Paraboles de Jésus

Paraboles

Paraboles du royaume

Nom commun de la parabole:
- Le trésor dans le domaine
- Le trésor caché.

Résumé

Le trésor sur le terrain - Matthew

De l'Évangile de Matthieu Chapitre 13, versets 45-46

Le royaume des cieux est comme un trésor caché dans le champ; un homme le trouve et le cache à nouveau; puis il part, plein de joie, vend tous ses biens et achète ce champ. Le royaume des cieux ressemble aussi à un marchand qui part à la recherche de perles précieuses; trouvé une perle de grande valeur, il s'en va, vend tous ses biens et l'achète.

Exégèse de la parabole Matthew

Cette parabole devrait nous aider à comprendre ce qu'est le royaume des cieux, mais pour ce faire, nous devons d'abord comprendre les similitudes qui y sont rapportées: la première image à laquelle le royaume des cieux est comparé est celle d'un trésor caché dans un champ; le second, d'un marchand qui part à la recherche de pierres précieuses. Les deux similitudes font allusion à la reconnaissance de Jésus, un acte strictement nécessaire pour atteindre le royaume des cieux.

Dans la première similitude, l'homme reconnaît Jésus dans ce domaine qui contient un grand trésor et dans lequel il cache à nouveau le trésor qu'il vient de trouver, pour ensuite se réjouir de vendre toutes ses possessions, afin d'acheter ce champ; ce qui est décrit pour cet homme, c'est ce que Jésus résume comme conditions indispensables pour le suivre quand il dit: "Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi" (Mt 10, 37); donc quiconque trouve Jésus doit tout quitter pour le suivre, comme l'ont fait les premiers disciples qui ont laissé des filets, des bateaux, des parents, des frères, tout simplement pour être à ses côtés.

Mais ce "tout quitter" signifie aussi abandonner tous les doutes, car lorsque vous "découvrez" Jésus, vous trouverez aussi ceux qui donnent la certitude de la présence de Dieu: c'est ce trésor caché que vous cherchiez et que vous allez maintenant tout faire pour le garder. Le trésor est donc la vérité de Dieu; et le champ où le trésor est caché, c'est Jésus. C'est Jésus qui vous conduit aux vérités de Dieu et puis, quand vous le découvrirez, vous ne pourrez pas éviter de tout laisser pour le suivre: Il vous donnera la lumière de la vérité et personne ne pourra vous tromper; pour cela, vous vendrez tout ce que vous avez, pour acheter ce champ et garder ce trésor avec vous pour toujours.

Ce détail est important: l'homme de la parabole achète le champ où se trouve le trésor, et non directement le trésor: l'homme qui achète le champ où se trouve le trésor représente celui qui a compris la vérité de Dieu (trésor ), mais est conscient que sans Jésus (champ) même cette vérité sortirait; c'est pourquoi il y a toujours un besoin pour ce champ, c'est-à-dire pour Jésus, de conserver et de faire durer le trésor qu'il contient éternellement, à tel point qu'il est à nouveau caché pour qu'il ne soit pas défiguré, volé, dispersé: la vérité de Dieu est bonne le plus précieux que nous puissions conquérir est le royaume des cieux. Si vous avez découvert la vérité de Dieu en Jésus, alors vous devez être avec lui, sinon vous perdez la vérité elle-même.

Mais le royaume des cieux est aussi semblable "à un marchand qui part à la recherche de perles précieuses; après avoir trouvé une perle de grande valeur, il part, vend tous ses biens et l'achète". L'acte du marchand, errant et presque perdu, dans sa recherche de la perle la plus précieuse connue, fait allusion à ce que Jésus fait pour confirmer le contenu de cette parabole quand, "descendu du bateau, il a vu une grande foule, il avait de la compassion pour eux, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont pas de berger, et il a commencé à leur enseigner beaucoup de choses".
(Mc 6, 34).

Cette foule, comme des moutons sans berger, à sa recherche, a soif de cette vérité que personne n'a réussi à combler; Je suis donc comme le marchand à la recherche de la perle de grande valeur. Encore une fois, c'est une similitude qui fait référence à quelque chose (ici la perle, d'abord le champ) qui a une grande valeur. La perle, comme le champ, représente Jésus: si vous reconnaissez en lui la vérité que vous cherchez, alors vous vous comporterez comme décrit dans cette parabole, c'est-à-dire vendez tous vos biens afin de la posséder.

Les arguments des apôtres, dans le nouveau Testament, sont tous centrés sur la reconnaissance des vérités de Dieu en Jésus, et cet objectif est très important, car si l'homme n'atteint pas cette vérité, il ne peut pas atteindre le salut, le royaume des cieux. Jésus est la réponse à cette soif de vérité et il le déclare lui-même en répondant à la question de Pilate: "Es-tu le roi des Juifs? [...] Mon royaume n'est pas de ce monde [...]. Tu le dis: Je suis roi. Pour cela je suis né et pour cela je suis venu au monde: rendre témoignage de la vérité" (Jn 18,33-37). Si Jésus a accepté d'être immolé, c'est parce qu'il voulait que les hommes puissent comprendre la vérité et par conséquent obtenir le salut.

Cette vérité changera votre vie et, si vous lui accordez toute certitude, alors Jésus deviendra votre guide pour la conquête de la vérité et vous serez investi d'une joie infinie, car s'il est celui qui vous guide, vous serez certainement en communion avec Dieu. Même les premiers apôtres, ils se sont comportés comme décrit dans la parabole et ont tout laissé: c'est le fondement d'être chrétien. Malheureusement, les chrétiens d'aujourd'hui sont entourés de l'hypocrisie de vérités hypothétiques; cependant nous avons encore l'occasion de découvrir la seule vérité: plongés dans la confusion qui nous entoure, ils nous trouvent dans l'état de la foule/troupeau qui n'a pas de berger; mais Matthieu, renvoyant cette parabole à la communauté chrétienne, nous exhorte à ne croire qu'en Jésus, afin que la vérité puisse être retrouvée en lui.

Les chrétiens sont donc ceux qui reconnaissent Jésus et sa seule vérité. Même les premiers apôtres le savaient bien, déjà peu de temps après la mort et la résurrection du Maître, ils s'inquiétaient de l'insinuation d'autres évangiles, contrairement à la vérité annoncée par Jésus. Cependant, les apôtres, en particulier Pierre et Paul dans leurs lettres adressées aux premières communautés chrétiennes, ils insistent sur l'annonce faite par Jésus et en témoignent par leur propre vie.

Leur enseignement s'applique également à nous aujourd'hui, qui devons apprendre à ne pas abandonner nos certitudes, nos convictions en chassant les fausses vérités; aujourd'hui, en fait, nous préférons laisser la vérité être interprétée librement et le critère de cette interprétation n'est plus Jésus, mais le bonté: en vertu du fait que Jésus est décrit comme bon et infiniment miséricordieux, tout devient licite dans la croyance qu'en en tout cas toute chute, toute erreur sera justifiée et pardonnée sans aucune conséquence. Mais quel genre d'annonce est-ce? De cette façon, pour justifier certains comportements, pour diffuser et donner de la crédibilité aux pensées humaines, la vérité est entravée, même si nous parlons de Jésus.

Les apôtres ont donné leur vie pour répandre la vérité, la seule vérité, sans hésitation: "Le lendemain, leurs chefs, les anciens et les scribes, le grand prêtre Anna, Caïphe, Jean, Alexandre et tous se sont réunis à Jérusalem ils appartenaient à des familles de grands prêtres. Ils les ont fait comparaître devant eux et ont commencé à les interroger: "Avec quel pouvoir ou en quel nom avez-vous fait cela?" [...] "Que devons-nous faire à ces hommes? [...] Afin de ne pas se répandre davantage parmi le peuple, nous leur interdisons par des menaces de parler à nouveau à qui que ce soit de ce nom. "Ils les ont rappelés et leur ont ordonné de ne parler en aucune façon ou d'enseigner au nom de Jésus. Mais Pierre et Jean répondit: "S'il est juste devant Dieu de vous obéir à la place de Dieu, jugez-le. Nous ne pouvons pas garder le silence sur ce que nous avons vu et entendu".
(Actes 4,5-20).

Aujourd'hui encore, telle doit être l'attitude de ceux qui veulent suivre Jésus, mettre en œuvre ses enseignements et croire en sa vérité: si nous reconnaissons Jésus comme notre guide, en nous il n'y aura plus de péché car, le reconnaissant et vivant comme Il dit, nous serons en communion avec Dieu, conquérant le salut et la vie éternelle: "Je suis la vraie vigne et mon Père est le fermier. Chaque branche qui ne porte pas de fruit en moi, la coupe et chaque branche qui porte du fruit, taillez-le pour qu'il porte plus de fruits. Vous êtes déjà purs, à cause de la parole que je vous ai dite. Restez en moi et moi en vous (Jn 15, 1-4); "cherchez d'abord le royaume de Dieu et faites sa volonté: tout le reste, Dieu vous en donnera plus".
(Mt 6,33).

Tu es intéressé