Paraboles de Jésus

Paraboles

Paraboles allégoriques

Le grand banquet

Résumé

Le grand banquet

De l'Évangile de Luc Chapitre 14, versets 16-24

Jésus a répondu: "Un homme a donné un excellent dîner et a fait de nombreuses invitations. A l'heure du dîner, il a envoyé son serviteur dire aux invités: "Viens, tout est prêt". Mais tout le monde, à l'unanimité, a commencé à s'excuser a d'abord dit: "J'ai acheté un champ et je dois aller le voir; veuillez me considérer comme justifié". Un autre a dit: "J'ai acheté cinq paires de bœufs et je vais les essayer; veuillez me considérer comme justifié". Un autre a dit: "J'ai une femme et donc je ne peux pas venir". A son retour, le serviteur a rapporté tout cela au maître. Puis l'hôte, irrité, a dit au serviteur: "Sortez immédiatement pour le places et dans les rues de la ville et conduisez ici pauvres, estropiés, aveugles et boiteux". Le serviteur a dit: "Seigneur, cela a été fait comme vous l'avez ordonné, mais il y a encore de la place". Le maître a ensuite dit au serviteur: "Sortez dans les rues et le long des haies, enfoncez-les pour que ma maison se remplisse. "Parce que je vous le dis: aucun de ces hommes invités ne goûtera mon dîner".

Exégèse de la parabole Matthew

Luc place la parabole au milieu d'une large discussion entre Jésus et les pharisiens, la présentant comme une réponse à la provocation d'un de leurs chefs, que je l'avais invité à manger avec eux mais n'avait pas manqué d'observer comment son action n'était pas "conforme" à la loi. La réponse de Jésus est donnée à travers cette parabole, qui a pour protagoniste un homme sur le point de commencer un grand dîner et qui, par conséquent, exhorte les invités à participer par l'intermédiaire de son serviteur; avec une amère surprise, les joueurs appelés n'acceptent pas l'invitation pour de nombreuses raisons: l'achat d'un champ ou d'une paire de bœufs, ou tout juste de se marier; de ces justifications émergent cependant les véritables causes de leur refus: possession, commerce et plaisir.

Dans la Bible, le dîner est une image récurrente du salut que Dieu offre à tous les peuples. Le "serviteur", nommé cinq fois dans l'histoire de la parabole, est Jésus lui-même, et l'heure du dîner représente la venue de Jésus, qui coïncide avec le banquet de mariage.

Le refus des convives est total: à l'unanimité, ils commencent à se justifier, faisant des excuses invraisemblables; finalement tout le monde va à l'objet de son désir, chacun est fatalement attiré par son propre trésor. Pour eux, la possession, le commerce et le plaisir sont plus importants que Dieu.

Le seigneur ne discute ni n'insiste, mais ordonne au serviteur: "Sortez immédiatement sur les places et les rues de la ville et conduisez ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux". Ils prennent la place des premiers convives qui ont refusé, ce sont ceux que la doctrine pharisaïque excluait du royaume de Dieu: Jésus leur ouvre aussi le chemin qui mène au «souper» du royaume de Dieu.

Les premiers invités, qui refusent l'appel, sont au contraire ceux qui croient être sauvés par leurs moyens et par leurs observances, c'est-à-dire les pharisiens de tous les temps qui, cependant, en raison de leur refus à l'invitation, ne seront pas justifiés et seront exclu péremptoirement du souper du Père. Le sens de la parabole, en effet, peut être intégré par le message que l'apôtre Paul écrit à la communauté de Rome, rappelant la prophétie d'Osée: "J'appellerai mon peuple ce qui n'était pas mon peuple et mon bien-aimé qui n'a pas été aimé". Et il arrivera qu'à l'endroit même où on leur a dit: "Vous n'êtes pas mon peuple", là, ils seront appelés enfants du Dieu vivant".
(Rom 9,25-26). Les Juifs pensaient que le banquet n'était offert qu'à eux, indépendamment de leur participation active; au contraire, il est ouvert à tous les peuples, même à ceux qui étaient considérés comme impurs par les Juifs. Ce qui n'était pas considéré comme «digne» s'appelle maintenant le Peuple de Dieu.

Luc précise que les excuses données par les invités ne sont pas du tout durables. En fait, personne n'a acheté un champ sans le voir d'abord, ni acheté des bœufs sans les essayer, ou il pourrait refuser une telle invitation parce qu'il venait de se marier. Ici, la faute du peuple juif est soulignée une fois de plus, pour ne pas avoir écouté et cru en Jésus, pour avoir ignoré et tué les prophètes du passé. Luc nous présente le banquet d'un "homme", qui représente ici Dieu désireux de célébrer l'association avec ses élus (le peuple d'Israël) avec un grand dîner et qui, en raison de leur refus, n'annule pas le banquet mais adresse cette invitation à de nouveaux hôtes, à son nouveau peuple formé autant par les Juifs que par les gentils, par les prêtres ainsi que par les boiteux, estropiés ou païens.

Luc termine l'histoire par une phrase lapidaire, qui ferme les portes à ceux qui avaient été initialement invités, pour les ouvrir sur l'avenir qui appartient désormais aux nouveaux invités. Le salut du Seigneur est quelque chose d'aussi merveilleux et généreux qu'un banquet de mariage qui peut être librement étendu à ceux qui meurent de faim et de froid dans la rue. C'est le message étonnant de l'amour infini de Dieu, quelque chose à vivre et à partager chaque jour de notre vie.

Tu es intéressé