Paraboles de Jésus

Paraboles

Parabole de joie

Le bon Berger.

Résumé

Le bon Berger

De l'Évangile de Jean Chapitre 10, versets 1-10

Vraiment, vraiment, je vous le dis: quiconque n'entre pas dans la bergerie par la porte, mais monte d'un autre côté, est un voleur. Mais quiconque entre par la porte est le Berger des brebis. Le gardien l'ouvre et le mouton écoute sa voix: il appelle son mouton par son nom et le fait sortir. Et quand il a sorti toutes ses brebis, il marche devant elles, et les brebis le suivent parce qu'elles connaissent sa voix. Au lieu de cela, un étranger ne le suivra pas, mais ils s'enfuiront de lui, parce qu'ils ne connaissent pas la voix des étrangers. "Jésus leur a donné cet exemple; mais ils n'ont pas compris ce que cela signifiait pour eux. Ensuite, Jésus leur a de nouveau dit: "En vérité en vérité je vous dis: je suis la porte des brebis. Tous ceux qui m'ont précédé sont des voleurs et des bandits; mais les moutons ne les ont pas écoutés. Je suis la porte: si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé; va entrer et sortir et trouver des pâturages. Le voleur ne vient que pour voler, tuer et détruire; Je suis venu parce qu'ils ont la vie et l'ont en abondance.

Exégèse de la parabole de Jean

Le texte correspond au chapitre 10 de Jean, dans lequel Jésus se présente avec des paroles de royauté: "Je suis la porte, si on ne passe pas par moi, il n'entre pas dans le giron". Au chapitre 9, Jésus discute de la cécité avec les pharisiens et se termine par la guérison d'un aveugle. Cette guérison est commentée par les pharisiens en disant: "Sommes-nous aussi aveugles?" et Jésus n'hésite pas à leur répondre: "Si tu étais aveugle, tu n'aurais pas de péché; mais comme tu dis: Nous voyons, ton péché demeure" (Jn 9, 40-41). La narration se poursuit dans le chapitre suivant, suggérant qu'ils ne comprennent toujours pas: une fois de plus le thème de la cécité est mis en évidence et le rôle emblématique de Jésus qui dans ce contexte éclaire, restaure la vue, vainc cette cécité représentée ici par ceux qui font semblant d'entrer dans la clôture par d'autres parties "quiconque n'entre pas dans la porte est un voleur ou un bandit" et qui prétendent dans leur aveuglement vous conduire à Dieu, sans le connaître..

"Celui qui entre par la porte est le Berger des brebis, les brebis le reconnaissent et il les conduit". En fin de compte, Jésus prétend être à la fois la porte et le bon Berger, et ce n'est que si quelqu'un entre par lui qu'il sera sauvé. Le sens du concept de la porte est la connaissance de Dieu; Les pharisiens, les scribes et les prêtres ont la présomption de la connaissance de Dieu, mais ils ne l'ont pas vraiment: ils la remplacent par la leur, interprétant les commandements à leur manière. C'est pourquoi Jésus définit les pharisiens et les scribes comme des brigands voleurs, parce qu'ils ont trompé les gens et ne les ont pas dirigés vers la connaissance de Dieu, parce qu'ils n'aimaient pas les moutons et les ont menés à la perdition en les dispersant loin du giron. En regardant les foules, Jésus avait de la compassion parce qu'ils étaient comme des moutons sans berger, ils étaient guidés par ceux qui n'étaient pas entrés par la porte: seuls ceux qui entrent dans la vérité deviennent le Berger, c'est pourquoi cela révèle que c'est la porte et donc la Vérité qui est capable de conduisez les brebis au Père. Jésus se présente avec insistance: "Je suis la porte", j'ai la vérité en Dieu, vous devez passer par Moi parce que c'est moi qui ai la vérité, "Je suis la vérité, le chemin, la vie".

L'évangéliste Jean, avec ce témoignage de Jésus, souligne qu'entrer par la porte signifie entrer dans la connaissance de Dieu, entrer dans le troupeau où se trouvent les autres brebis conduites par le Berger. Cette présence du Berger garantit la pleine possession de la vérité, sinon les moutons ne sont pas sauvés, car seule la vérité peut sauver. Et ici, Jean introduit un autre thème: que font les moutons? Ils sont conduits au pâturage par le berger, donc le Berger est là pour eux et pour leur bien-être. De cette façon, Jean affirme que le bien-être de l'homme ne peut dériver que des vérités de Dieu, ce qui signifie avoir la certitude de sa présence. Ici donc, il est révélé que le bien-être de l'homme commence dans la perception de la présence de Dieu; en fait, les moutons sont conduits aux pâturages et cette "conduite" signifie que leur bien-être n'est pas représenté en soi par les pâturages, mais par le fait d'être amené, accompagné, guidé et sachant que le Berger le fait. On peut dire que la source de ce bien-être est basée sur la sécurité réconfortante que le Berger ne vous quittera jamais, car il est un Berger fidèle.

Sentons-nous tous comme des moutons attendant le Berger, car entourés de voleurs et de brigands qui nous détournent de la vérité et ne peuvent pas nous conduire aux certitudes de Dieu, nous ne pouvons pas perdre le guide et la porte qui nous ramène au bercail. Nous devons demander la grâce de reconnaître le vrai Berger, celui qui nous connaît par son nom; nous devons nous confier à Jésus: ce n'est qu'ainsi que surgiront une certitude et une sécurité absolues qui nous donneront la force d'affronter toute difficulté. Rien ne peut nous distraire de cette certitude, que pour nous le seul soutien est Jésus.

Tu es intéressé