Paraboles de Jésus

Paraboles

Paraboles du pardon

Noms communs de paraboles:
- L'esclave sans pitié.
- Serviteur impitoyable.

Résumé

L'esclave sans pitié

De l'Évangile de Matthieu Chapitre 18, versets 21 à 35

À ce moment-là, Pierre s'approcha de Jésus et lui dit: "Seigneur, combien de fois devrais-je pardonner à mon frère s'il pèche contre moi? Jusqu'à sept fois?" Et Jésus lui répondit: "Je ne te le dis pas avant sept fois, mais jusqu'à soixante-dix sept fois.
À cet égard, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulait se réconcilier avec ses serviteurs. Les comptes ont commencé, on lui en a présenté un qui lui devait dix mille talents. Cependant, comme il n'avait pas l'argent à rembourser, le capitaine ordonna qu'il soit vendu avec sa femme, ses enfants et ce qu'il possédait, et rembourserait ainsi la dette. Puis ce serviteur, tombant à terre, le supplia: Seigneur, aie de la patience avec moi et je te rendrai tout. Le maître le laissa partir et pardonna sa dette. Dès qu'il est sorti, ce serviteur a trouvé un autre serviteur comme lui qui lui devait cent deniers et, le saisissant, l'étouffant et lui disant: payez ce que vous devez! Son compagnon, tombant à terre, le supplia en lui disant: "Sois patient avec moi et je te rembourserai la dette." Mais il ne voulait pas le remplir, il est allé le faire jeter en prison, jusqu'à ce qu'il ait payé la dette. Voyant ce qui se passait, les autres serviteurs furent attristés et allèrent tout raconter à leur maître. Alors le maître appela cet homme et lui dit: Mauvais serviteur, je t'ai pardonné toute ta dette parce que tu m'avais prié. Ne deviez-vous pas aussi avoir pitié de votre compagnon, comme j'ai eu pitié de vous? Et dédaigneusement, le maître le livra aux tortionnaires jusqu'à ce qu'il ait rendu tout son argent. C’est aussi ce que fera mon Père céleste à chacun de vous, si vous ne pardonnez pas à votre frère de votre coeur".

Exégèse de la parabole Matthieu

Auparavant, Jésus avait parlé de l'importance du pardon et de la nécessité de savoir accueillir les frères et sœurs pour les aider à se réconcilier avec la communauté (Mt 18.15-20). Face à ces paroles de Jésus, Pierre demande: "Combien de fois dois-je pardonner au frère qui a péché contre moi? Jusqu'à sept fois?" Les rabbins enseignaient qu'il fallait pardonner trois fois (trois est un symbole de "sainteté et d'amour" envers Dieu, c'est pourquoi chaque prière du judaïsme est souvent répétée trois fois) et Pierre, se croyant généreux, propose de pardonner sept fois ( Sept est le nombre qui dans le judaïsme symbolise l'achèvement de la relation avec Dieu, la perfection.

Jésus lui répond: "Je ne te le dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante dix fois sept." L'expression "soixante-dix fois sept" est une allusion claire aux paroles de Lamech, qui a déclaré: "J'ai tué un homme pour mon éraflure et un garçon pour mon ecchymose. Sept fois Caïn sera vengé, mais Lamech soixante-dix-sept" (Gen 4 23-24). Jésus veut inverser la spirale de violence qui est entrée dans le monde à cause de la désobéissance d'Adam et Eve, de l'assassinat d'Abel par Caïn et de la vengeance de Lamech: quand la violence effrénée envahit la vie, tout se passe mal et la vie devient désintègre.

L'exemple qu'il utilise pour faire comprendre ce concept aux gens est très aigu: "À cet égard, le royaume des cieux est comme un roi qui voulait se réconcilier avec ses serviteurs [...] Commencez les comptes, il a été présenté à un qui il lui devait dix mille talents". En Orient, même les gouverneurs des grandes provinces étaient appelés les serviteurs du roi; On peut donc supposer que ce débiteur était un grand responsable de l'État: il pourrait par exemple être un satrape qui, à force d'abus de pouvoir, avait réussi à frauder le trésor public d'une somme importante; les dix mille talents de l'époque seraient en réalité comparables à six milliards d'euros aujourd'hui, mais la dette de ce serviteur est ici pour représenter la dette envers Dieu, le sien et le nôtre aujourd'hui.

Cependant, comme il n'avait pas la grosse somme à rembourser, le maître a ordonné que lui-même, sa femme, ses enfants et tout ce qu'il possédait soient vendus, afin de rembourser sa dette. Les anciennes lois de l'Orient autorisaient le créancier à rendre ou à asservir le débiteur insolvable, à confisquer toutes les substances, y compris sa femme et ses enfants. Mais ce serviteur, assailli par la panique et la terreur de l'avenir redoutable qui l'attendait, tomba à terre et plaida: "Seigneur, aie de la patience pour moi et je te rendrai tout. Dommage que le serviteur, le laisse le partir et le tolère la dette "; Matthieu, après avoir rapporté les enseignements de Jésus sur la manière d'aider les sœurs et les frères pécheurs à se réconcilier avec la loi, raconte maintenant comment Jésus veut qu'ils soient reçus lorsqu'ils prouvent qu'ils se sont repentis pour ce qu'ils ont commis.

Dès qu'il est sorti de sa conversation avec son maître, ce serviteur trouve cependant un autre serviteur comme lui qui lui devait cent deniers, une somme bien inférieure à sa dette et équivalant à environ dix euros aujourd'hui; malgré cela, il affirme avoir recouvré l'intégralité de sa dette, il ne ressent aucune raison, il ne prend pas pitié devant les demandes de son débiteur, il va le dénoncer et le fait jeter en prison, jusqu'à ce qu'il ait payé la dette. Lorsque le maître apprend ce qui s'est passé, il ne peut s'empêcher de s'écrier: "En tant que méchant serviteur, je vous ai pardonné toute votre dette parce que vous m'avez prié.

Ne devrais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme je t'ai eu pitié? "Avec cette question, il souligne l'inhumanité du valet et la justice de la sentence prononcée contre son débiteur: face à tant de dureté de cœur, le Maitre est obligé de suivre le raisonnement de son serviteur, de nier le pardon qui lui a été accordé en premier et de le donner aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il rende tout ce qui lui est dû. sincère à ton frère".

Avec cette parabole, Jésus nous montre que ce qu'Il demande n'est pas excessif: Dieu pardonne aux hommes les insultes sans fin qu'il a subies à son encontre, il a donc le droit de commander aux hommes de pardonner les petites insultes des autres, de pardonner sept fois", c'est un nombre indéfini de fois. La charité chrétienne doit toujours être prête à pardonner les insultes. Combien de fois Dieu vous a-t-il pardonné par sa miséricorde! Ne soyez pas ingrat, utilisez-le envers votre frère: si vous voulez obtenir le pardon de vos péchés de Dieu, il est nécessaire que vous pardonniez à votre prochain. En fait, la seule limite à la gratuité du pardon de Dieu est notre incapacité à pardonner à notre frère! (Mt 18,34; 6,15).

La manière d'agir de Dieu est dictée par l'amour, le même amour que nous avons vu exprimé dans la parabole de la brebis perdue, mais aussi dans la parabole du fils prodigue: ce père, certainement offensé, accueille le fils qui revient repenti et prépare aussitôt une grande fête pour lui. Pardonner n'est pas simple ni même banal, la vengeance est instinctive et beaucoup plus immédiate; mais pardonner est nécessaire pour ne pas continuer à nourrir la haine, le ressentiment et d'autres injustices inexorables, c'est un acte sincère d'amour, de cet amour qui peut vaincre l'orgueil humain, qui n'éprouve aucune raison, qui ne craint pas la pitié, et qu'il ne reste pas insensible aux demandes de pardon de son frère.

L'acte de pardon envers des frères et des sœurs repentants est un moyen précieux pour pouvoir être pardonné à notre tour par Dieu, pour toutes ces infractions qui, parfois même inconsciemment, le causent jour après jour et qui, à la fin de notre vie terrestre nous empêchera d'être accueillis dans ses bras paternels. Laissons de côté l'orgueil, écoutons la voix du cœur, pardonnons aux justes et nous aurons la certitude de recevoir à notre tour le pardon du Père!

Tu es intéressé