Paraboles de Jésus

Paraboles

Paraboles allégoriques

Noms communs de la parabole:
- Les mauvais locataires
- Vignerons meurtriers.
- Paysans assassins.

Résumé

Les mauvais locataires - Matthew

De l'Évangile de Matthieu Chapitre 21, versets 33-45

Écoutez une autre parabole: il y avait un homme qui possédait des terres et y plantait un vignoble. Il l'entoura d'une haie, creusa un trou pour la presse et construisit une tour. Il l'a loué à des paysans et est parti. Lorsque le moment est venu de récolter les fruits, j'ai envoyé ses serviteurs aux agriculteurs pour récolter la récolte. Mais les paysans ont pris les domestiques et l'un l'a battu, l'autre l'a tué, l'autre l'a lapidé. Il envoya de nouveau d'autres domestiques, plus nombreux que les premiers, mais ils les traitèrent de la même manière. Enfin, il leur a envoyé son fils en leur disant: Ils auront du respect pour mon fils! Mais les paysans, voyant leur fils, se sont dit: c'est l'héritier. Allez, tuons-le et nous aurons son héritage! Ils l'ont pris, l'ont chassé de la vigne et l'ont tué. Alors: quand le propriétaire du vignoble viendra, que fera-t-il à ces agriculteurs? Ils lui dirent: "Ces méchants les feront mourir misérablement et loueront la vigne à d'autres paysans, qui livreront les fruits en temps voulu". Et Jésus leur dit: "Vous n'avez jamais lu dans les Écritures: "La pierre que les bâtisseurs ils l'ont jeté est devenu la pierre angulaire; par le Seigneur, cela a été fait et c'est une merveille à nos yeux". C'est pourquoi je vous dis: le royaume de Dieu vous sera enlevé et donné à un peuple qui produira ses fruits. Celui qui tombe sur cette pierre sera brisé; et s'il tombe sur quelqu'un, il l'écrase. "En entendant ces paraboles, les principaux sacrificateurs et les pharisiens ont compris qu'il en parlait. Ils ont essayé de l'attraper, mais ils avaient peur de la foule parce qu'il le considérait comme un prophète.

Exégèse de la parabole Matthew

La parabole, adressée aux principaux sacrificateurs, pharisiens et scribes, doit être comprise dans son contexte. Le peuple d'Israël est représenté par la vigne, dont Jésus dit qu'elle est confiée aux paysans: ces "opérateurs" devaient garder éveillés dans le peuple la connaissance du propriétaire de la vigne, c'est-à-dire de celui qui l'a fait, mais ils en ont pris possession. Alors, qui sont ces opérateurs déloyaux? Ce sont les pharisiens, les scribes, les grands prêtres et tous ceux qui à chaque époque obscurcissent le commandement de Dieu avec leurs propres interprétations. Mais pourquoi ce que Dieu, le maître de la vigne, a commandé est-il si important? Dans son sens littéral, le "commandement" est une prescription particulière, un ordre qui doit être observé, afin de ne pas subir les conséquences et les punitions relatives.

Le commandement dans le domaine religieux est conçu comme un commandement qui vient directement de Dieu; cependant, dans son sens le plus profond, c'est une manifestation de la pensée de Dieu, c'est donc une révélation du Père envers ses créatures, un acte d'amour, un "commandement" donné pour le salut de ses enfants. Dans l'Ancien Testament, à la fin de l'Exode et dans le Deutéronome, les enseignements messianiques sont rapportés, c'est-à-dire la véritable interprétation de la Loi que Dieu a donnée à Moïse, afin qu'elle puisse être acceptée par le Peuple pour le salut du Peuple lui-même. L'obéissance aux commandements n'est donc pas comparable à l'observation d'une loi humaine: obéir aux commandements divins devrait se réjouir, car en eux Dieu a offert le moyen d'atteindre le but du salut et du bonheur.

Jésus, avec cette parabole, veut souligner que déjà en son temps le Commandement de Dieu s'était égaré, éloigné de la vérité. S'adressant aux pharisiens, scribes et grands prêtres, il rappelle quelle devait être leur mission d'opérateurs dans la vigne du Père: ils devaient enseigner la pureté du Commandement, qu'il préparerait pour la révélation finale; au lieu de cela, ils ont enseigné aux gens ce qui était légal et cohérent avec leur vie quotidienne, ils ont plié le Commandement de Dieu à leur interprétation libre et définitive. Ils étaient comme ces paysans devenus eux-mêmes maîtres de la vigne. Et Jésus se tourne vers eux avec indignation, accusant leur injustice et leur hypocrisie, avec des expressions sévères et directes: "serpents, race de vipères!" (Mt 23,33); "Malheur à vous, scribes et hypocrites pharisiens!" (Mt 23.13); "Malheur à vous, guides aveugles". (Mt 23.16).

Et encore: "Vous remplissez la mesure de vos pères!", S'exclame Jésus après avoir accusé les scribes et les pharisiens d'être complices du meurtre des prophètes" (Mt 23,29-32): "vous êtes comme des tombes blanchies à la chaux, qui ils paraissent beaux à l'extérieur, mais à l'intérieur ils sont pleins d'os de morts et de toutes ordures" (Mt 23,27). Mais Dieu ne cesse d'envoyer ses serviteurs pour garder sa vigne fertile et en ordre, c'est-à-dire pour libérer son peuple de l'obscurcissement de la vérité. Dans les textes prophétiques, lorsque le serviteur de Dieu parle, il précède sa parole avec "Oracle du Seigneur", pour souligner la source de ses paroles. Il en fut de même pour élie, lorsqu'il travailla pour restaurer la pureté à la vérité de Dieu, même s'il devait fuir, car une persécution avait commencé contre lui.

Et d'autres prophètes n'ont pas connu un destin différent; Jérémie, par exemple, n'a pas eu plus de chance: "nous voulons marcher en suivant nos pensées, nous voulons agir chacun en suivant l'entêtement de notre mauvais cœur ... Allons, tracons les pièges contre Jérémie !; Parce que la loi ne manquera pas de manque de prêtres, ni conseil faute de sagesse, ni parole faute de prophètes. Venez, tenons-nous-en à la langue et n'écoutez aucune de ses paroles" (Gr. 18,12-18).

Dans la parabole rapportée par Matthieu, on comprend comment des siècles plus tard les pharisiens se sont comportés exactement de la même manière: "En entendant ces paraboles, les principaux sacrificateurs et les pharisiens ont compris qu'il en parlait. Ils ont essayé de l'attraper", avec l'intention de le tuer. En ce sens, la parabole retrace toute l'histoire du peuple d'Israël, présentant les différents serviteurs envoyés par Dieu qui ont été battus de temps en temps, chassés, souvent torturés à mort, jusqu'au moment où le propriétaire du vignoble décide de envoyer son Fils, en espérant qu'ils aient au moins du respect pour lui: "enfin il leur a envoyé leur propre fils", enfin, c'est-à-dire qu'après lui, il n'y aura plus de révélation, c'est le dernier acte avec lequel Dieu donne au monde Sa parole. Mais à la vue de l'héritier, les paysans n'ont qu'une seule pensée: le tuer! C'est l'accomplissement de la méchanceté de l'homme, qui n'a pas de limites et va même jusqu'à tuer Dieu. C'est sur cela que Matthieu veut nous avertir, car ce qui s'est déjà passé peut se répéter dans l'église d'aujourd'hui: maintenant et toujours il y aura les agriculteurs qui souhaitent reprendre le vignoble.

Le livre de l'Apocalypse anticipe cette époque, où la révélation est entravée dans sa proclamation: il commence par la description du contenu des sept lettres destinées aux sept églises et nous met en garde contre les antichrists, c'est-à-dire ceux qui veulent s'approprier la vigne, de ceux qui prétendent amener le peuple à la connaissance de Dieu, en tant que nouveaux "prêtres", "pharisiens" et "scribes". Ce qui est frappant, même dans l'histoire de l'Apocalypse, c'est que les antichrists sont ceux qui devraient diriger l'église avec vérité. Aujourd'hui, comme alors, beaucoup parlent d'un Dieu qui n'est pas le Dieu révélé par Jésus, mais est un Dieu adapté à leurs pensées humaines, à leurs connaissances, à leur philosophie. Dans la lettre à l'église de Laodicée, "ainsi Amen, le Témoin digne de foi et de vérité, énonce le principe de la création de Dieu: je connais vos oeuvres, je sais que vous n'avez ni froid ni chaud. Oh, j'avais au moins froid ou chaud! Mais parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni chaud, je vais te vomir de ma bouche" (Ap 3,15-16).

Cette église est dirigée par ceux qui la rendent tiède, indifférent au Commandement de Dieu, et donc condamné à être rejeté, vomi de la bouche de Dieu. C'est pourquoi Matthieu rapporte cette parabole en la laissant comme un héritage à la communauté chrétienne: il nous met en garde, nous exhorte à discernement, afin que Dieu nous accorde la lumière pour comprendre la vraie parole, et marche sur ce chemin qui nous donne la révélation de Jésus-Christ!

Les mauvais locataires - Marc

De l'Évangile de Marc Chapitre 12, versets 1-12

Jésus a commencé à leur parler en paraboles: "Un homme a planté un vignoble, placé une haie autour de lui, creusé un pressoir, construit une tour, puis loué à certains vignerons et est parti. Au moment où il a envoyé un serviteur pour ramasser les fruits de la vigne de ces vignerons. Mais ils l'ont attrapé, l'ont battu et l'ont renvoyé les mains vides. Il leur a renvoyé un autre serviteur: ils l'ont également frappé à la tête et l'ont couvert d'insultes. Il en a envoyé un autre, et cela l'a tué; et de beaucoup d'autres, qu'il a encore envoyés, certains les ont battus, d'autres les ont tués. Il en avait encore un, le fils bien-aimé: il les a envoyés en dernier, disant: Ils auront du respect pour mon fils!

Mais ces vignerons se sont dit: voici l'héritier; Allez, tuons-le et l'héritage sera à nous. Et l'attrapant, ils l'ont tué et l'ont jeté hors de la vigne. Que fera donc le propriétaire du vignoble? Ces vignerons viendront exterminer et donner la vigne à d'autres. Vous n'avez peut-être pas lu cette Écriture: la pierre que les constructeurs ont jetée est devenue la tête d'angle; cela a-t-il été fait par le Seigneur et est-il admirable à nos yeux"

Puis ils ont essayé de l'attraper, mais ils avaient peur de la foule; ils avaient compris qu'il avait prononcé cette parabole contre eux. Et, le laissant, ils sont partis.

Les mauvais locataires - Luke

De l'Évangile de Luc, chapitre 20, versets 9-19

Puis il a commencé à raconter au peuple cette parabole: "Un homme a planté un vignoble, l'a confié à des agriculteurs et est parti pour longtemps. Avec le temps, il a envoyé un domestique à ces agriculteurs pour lui donner une partie de la récolte du vignoble. Mais les cultivateurs l'ont battu et renvoyé les mains vides. Il a envoyé un autre serviteur, mais ils l'ont également battu, insulté et renvoyé les mains vides. Il en a envoyé un autre tiers, mais cela l'a également blessé et chassé. Le propriétaire du vignoble: que dois-je faire? J'enverrai mon fils unique; peut-être qu'ils le respecteront. Quand ils l'auront vu, les agriculteurs se sont disputés en disant: "C'est l'héritier. Tuez-le et donc l'héritage sera à nous. Et ils l'ont chassé". et ils l'ont tué. Que va donc leur faire le propriétaire du vignoble? Il viendra et enverra ces fermiers à mort, et confiera le vignoble à d'autres. "Mais quand ils ont entendu cela, ils se sont exclamés: "Ne sois jamais!".

Puis il s'est tourné vers eux et a dit: "Qu'est-ce qui est écrit alors: la pierre que les constructeurs ont jetée est-elle devenue une tête de coin? Quiconque tombe sur cette pierre se brisera et quiconque tombera dessus l'écrasera".

Les scribes et les principaux sacrificateurs ont alors tenté de lui imposer les mains, mais ils avaient peur du peuple. Ils ont compris que la parabole l'avait dit pour eux.

Tu es intéressé