Paraboles de Jésus

Paraboles

Paraboles du pardon

Ouvriers de vigne

Résumé

Ouvriers de vigne

De l'Évangile de Matthieu Chapitre 20, versets 1-16

Le royaume des cieux est semblable à un propriétaire qui sortait à l'aube pour trouver des ouvriers pour sa vigne. Il a accepté avec eux pour un argent par jour, il les a envoyés dans sa vigne. Puis il est parti vers neuf heures du matin, a vu d'autres personnes debout sur la place, au chômage, et leur a dit: allez aussi à la vigne; Qu'est-ce que je vais vous donner? Et ils sont allés. Il est ressorti vers midi et vers trois heures et a fait de même. Quand il est revenu vers cinq heures, il a vu d'autres personnes qui se tenaient là et leur a dit: Pourquoi êtes-vous ici toute la journée sans rien faire? Ils lui répondirent: Parce que personne ne nous a pris pendant une journée. Et il leur dit: Allez aussi dans la vigne. Le soir venu, le propriétaire du vignoble dit à son agriculteur: Appelez les ouvriers et payez-leur la solde, en commençant par le dernier. Quand il était cinq heures de l'après-midi, ils ont chacun reçu de l'argent. Quand le premier est arrivé, ils ont pensé qu'ils recevraient plus. Mais eux aussi ont chacun reçu de l'argent. En le retirant, cependant, ils ont murmuré contre le maître en disant: Ce dernier n'a travaillé que pendant une heure et les a traités comme nous, qui supportions le poids de la journée et la chaleur. Mais le maître, répondant à l'un d'eux, dit: Mon ami, je ne te ferai pas tort. Vous n'êtes pas d'accord avec moi pour un prix? Prenez le vôtre et partez. Je veux aussi donner ce dernier autant que vous. Est-ce que je ne peux pas faire ce que je veux? Ou êtes-vous envieux parce que je suis bon? Ainsi, le dernier sera le premier et le premier, le dernier.

Exégèse de la parabole Matthew

À la fin du chapitre 19 de l'Évangile de Matthieu, Jésus, répondant à Pierre, déclare que "quiconque a quitté une maison ou un frère [...] pour mon nom recevra au de la vie centuple et héritera éternelle" (Mt 19 , 29); et, au début de ce chapitre, que "le dernier sera le premier et le premier, le dernier", comme pour dire "maintenant que je vous ai expliqué tout ce qui concerne le royaume des cieux, il est clair pour vous que cela signifie que" le premier sera le dernier et les derniers le premier".

En fait, la présentation du royaume, à travers la narration et l'explication des paraboles qui leur sont dédiées, commence au chapitre 13, par toute une série de similitudes "le royaume des cieux est similaire à [...]" par lequel Jésus entend faire comprendre aux gens la signification et la substance du royaume des cieux. La parabole du début du chapitre 20 commence également par "Le royaume des cieux est semblable à [...]": ici, la comparaison fait référence à un propriétaire qui sort pour prendre des ouvriers pour sa vigne et nous dit qu'à toute heure "à l'aube", "vers neuf heures du matin", "vers midi", "vers trois heures", "vers cinq heures", le maître est occupé à trouver des ouvriers.

L'insistance de ce maître qui appelle sans cesse ne s'échappe pas: une invitation qui attend une réponse. Jésus nous fait donc comprendre que le royaume des cieux est un appel, et Jean insiste également sur ce concept lorsqu'il dit: "Personne ne peut venir à moi à moins que le Père qui m'a envoyé ne le tire" (Jn 6,44). Le royaume des cieux est donc un appel qui empêche toute réponse du destinataire.

Matthieu précède l'appel au royaume, décrit au chapitre 20, par un autre exemple anticipant l'annonce: "Et voici, un homme s'approcha de lui et lui dit: Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle?" (Mt 19:16): à un moment donné, celui qui suivait Jésus se sent appelé et s'approche pour modifier cet "appel", et Jésus répond: "Viens et suis-moi" (Mt 19:21). ). Dans ce cas également, il s'agissait d'un appel en attente d'une réponse; Le royaume des cieux est donc semblable à ce maître qui appelle.

Depuis le début, les hommes ont toujours reçu un appel de Dieu et l'histoire en témoigne. Le peuple d'Israël est le peuple élu, le peuple avec qui Dieu a toujours dialogué pour annoncer la voie du salut, car c'est le peuple privilégié. Et "en retour", ce peuple a reçu la mission de faire connaître la vérité de Dieu; c'est le thème de l'alliance: Dieu veut établir un état de communion avec son peuple bien-aimé pour le salut éternel du peuple lui-même. Cependant, l'histoire et les Écritures témoignent également du nombre de fois où ce peuple a trahi et violé cette alliance en s'éloignant de Dieu. Sur la base de cette prémisse historique, Jésus raconte une parabole qui commence par l'image du maître ) dès le petit matin (depuis le début des des temps), cherche ouvriers pour sa vigne: Il les trouve (le peuple élu) et établit avec eux un pacte (l'alliance), convenant avec eux d'un salaire journalier (la terre promise, le salut éternel).

Ce qui est étonnant, c'est la suite, car après avoir conclu le contrat avec ceux-ci, le maître s'appelle toujours à d'autres heures de la journée pour appeler d'autres travailleurs: avec ce dernier, il ne négocie aucune indemnité, mais dit: "va aussi dans la vigne; ce qui est juste je te le donnerai". Ces travailleurs répondent à l'appel sans hésitation et, bien que nous n'ayons pas signé d'accord, ils acceptent la proposition sur la base de la confiance, car ils croient que ce maître les traitera avec justice. Et il est encore plus étonnant de constater que le propriétaire appelle jusqu'à 5 heures du matin, heure la plus rapprochée (heure entre 17 et 18 heures - appelée par les Romains hora duodecima - coïncidant avec la dernière heure de lumière), et donc marqua la fin de la journée de travail): ces derniers également appelés acceptent de travailler à la vigne.

En fin de compte, le maître donne de l'argent à tous; et c'est de là que vient la remontée des «premiers»: la logique du contrat, ou de l'alliance avec Dieu, appartenait à la culture des pharisiens et leur présomption était alimentée par le fait que, précisément sur ce contrat-alliance, membres uniques du peuple de Dieu, le peuple aimé: quels que soient son comportement, un facteur discriminant n'est que l'appartenance à ce peuple élu et le fait que, sur la base de ce qui a été convenu, ils sont considérés d'abord ». Ainsi, à leurs yeux, le maître de la parabole se comporte de manière incroyable, inhabituelle, inattendue: il commence à payer à partir du "dernier", qui représente ceux qui s'approchent de Jésus sans appartenir à la tradition juive, mais qui ne sont pas considérés comme moins digne de recevoir ce qui a été convenu avec les "premiers".

Souvenons-nous, à cet égard, de certains passages de l'Évangile où, par exemple, un centurion - également considéré comme l'un des «derniers», parce qu'il n'appartenait pas à la culture juive, a envoyé des anciens juifs prier Jésus de sauver son serviteur. Avant que Jésus vienne chez lui, il envoya des amis lui dire: "Seigneur, ne te dérange pas, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit; pour cette raison, je ne me suis même pas considéré digne de venir à toi, mais il commande avec un mot et mon serviteur sera guéri, car moi aussi je suis un homme sous autorité, et j'ai des soldats sous moi, et je dis à l'un: Va et il va, et à un autre: Viens, et il vient et à mon serviteur: Fais ceci, et il le fait."

En entendant cela, Jésus a été admiré et, s'adressant à la foule qui l'a suivi, a déclaré: "Je vous dis que même pas en Israël, j'ai trouvé une si grande foi!" Et les envoyés, quand ils rentrèrent chez eux, trouvèrent le serviteur guéri".(Lc 7, 6-10). Un autre exemple de foi sans réserve est celui de la femme d'origine syro-phénicienne, qui s'est jetée aux pieds de Jésus pour libérer le sa fille était en possession d'un esprit impur; elle faisait également partie des "dernières", n'appartenant pas au peuple d'Israël, mais Jésus - compte tenu de sa foi - lui dit: "Femme, ta foi est grande!".

Que cela soit fait pour vous comme vous le souhaitez. "Et à partir de cet instant, sa fille fut guérie" (Mt 15:28). Et que dire de Jésus qui, à la table de Lévi, n'a pas dédaigné de s'asseoir à côté de publicains et de pécheurs, suscitant le scandale des scribes et des pharisiens qui ont dit à ses apôtres: "Comment se fait-il que votre maître mange avec des percepteurs d'impôts et des pécheurs?" (Mt 9,11), c'est-à-dire avec les personnes exclues et marginalisées par la tradition? Pourtant, Jésus les aborde également et leur apporte également sa parole, son appel.

Enfin, la description de l'appel des apôtres est belle: en se promenant le long de la mer de Galilée, il a vu deux frères, Simon, appelé Pierre, et André son frère, qui a jeté les filets à la mer et leur a dit de le suivre; sans délai, ils ont quitté les filets et l'ont suivi; La même chose était pour Joan et Jacobo. Jésus va chercher ses "ouvriers", c'est ce maître qui va appeler les hommes pour qu'il vienne dans sa vigne: "Pourquoi restes-tu ici toute la journée sans rien faire? Ils lui ont répondu: Parce que personne ne nous a pris pour une journée". Il est destiné aux hommes désorientés, qui ont perdu des certitudes, qui errent sans but; Jésus avait commencé à mettre tout cela en œuvre lorsque, regardant la foule qui le suivait, il affirma qu'il s'agissait de "moutons sans berger".

Par conséquent, aller travailler dans ma vigne change le sens de la vie; comme l'a dit le prophète Qelelet, "j'ai considéré l'occupation que Dieu a donnée aux hommes pour qu'ils puissent travailler. Il a tout fait beau de son temps; il a également placé dans leur cœur la durée de temps [...]. J'ai Il a également noté que tous les efforts et tous les succès obtenus ne sont que l'envie de l'un envers l'autre. C'est aussi une vanité, une poursuite du vent. Le fou croise les bras et dévore sa chair. Mieux vaut une poignée gagnée tranquillement que deux poignées avec tourment et une course derrière le vent [...]. Voici ce que je considère comme bon et beau pour l'homme: il est préférable de manger et de boire et de profiter de la marchandise pour toutes les fatigues subies au soleil, dans quelques jours de la vie que Dieu lui donne, car c'est sa part. En plus de chaque homme à qui Dieu accorde des richesses et des biens, il donne la faculté de manger, de prendre sa part et de jouir de son travail: c'est aussi un don de Dieu.

En fait, il ne pensera pas trop aux jours de sa vie, puisque Dieu l'occupe avec la joie de son cœur". [Qo 3,10-11; 4,4-6; 5,17-18] Si l'homme répond à cette question appelé, il trouve une certaine cohérence dans sa vie quotidienne, sinon il doit expérimenter que tout est relatif, tout passe, tout est là et dans un instant il n'y en a plus, et ce sera comme un rameau battu par le vent. Ecclésiaste, Dieu a placé "dans le cœur humain la durée des temps", le sens et la notion d'éternité, pourquoi ont-ils perdu la mémoire? Pourquoi ne répondent-ils pas à l'appel? Ils étaient inactifs, ces hommes de dernière minute dans la parabole , parce que personne ne leur a donné l'occasion de répondre: Jésus est venu pour cela, pour aider les hommes à retourner dans la vigne du Seigneur, pour répondre à cet appel, qui est alors la notion d'éternité gravée dans notre cœur de créatures de Dieu.

Et quoi reconnaître le maître à ceux qui répondent à son appel? Chacun reçoit un argent pour chacun, même le dernier est traité comme le premier, car ce sont ceux qui ont accepté sans contrat ni accord, mais seulement en croyant en ses promesses sans réserve qu'ils auraient reçu le droit ("ce qui est juste, Je vous le donnerai"): à la fin, c'est leur obéissance et leur confiance qui leur permettront d'être indemnisés. Les apôtres ont accepté l'invitation, ils ont tout quitté parce qu'ils avaient confiance en Jésus et, comme on pouvait s'y attendre, c'est à eux que Jésus a promis "lorsque le Fils de l'homme s'assiéra sur le trône de gloire, vous serez également assis sur douze trônes pour juger la douze tribus d'Israël"(Mt 19, 28).

D'autre part, cependant, dans la parabole, il y a aussi les manifestants, ceux de la première heure, qui "murmuraient contre le maître en disant: Ce dernier n'a travaillé qu'une heure et les a traités comme nous, qui avons porté le poids de la journée et la chaleur", comme s'ils voulaient le lui reprocher:" Maître, vous avez fait une chose injuste, parce que vous avez payé les derniers comme nous". Ceci est une présomption de la tradition juive, qui considère les élus comme "les premiers" envers Dieu et les païens comme impurs et pécheurs; mais Dieu ne considère aucun homme comme profane ou impur, il n'a aucune préférence de personne, celui qui l'accepte le craint et observe la justice (voir Actes 10: 34-35): même les païens peuvent donc être invités à travailler dans la vigne, afin qu'ils puissent accepter l'appel et croire en Jésus, qui est le seul à avoir "été constitué par Dieu pour juger les vivants et les morts [...] car tous ceux qui croient en lui reçoivent en son nom la rémission des péchés" ( Actes 10: 42-43) et la vie éternelle.

Tu es intéressé