Paraboles de Jésus

Paraboles

Comportement exemplaire

Le pharisien et le publicain

Résumé

Le pharisien et le publicain

De l'évangile de Luc Chapitre 18, versets 9-14

Il a répété cette parabole pour certains qui avaient la présomption intime d'être justes et méprisaient les autres: Deux hommes sont montés au temple pour prier: l'un était un pharisien et l'autre un publicain. Le pharisien, se levant, se pria ainsi ainsi: Ô Dieu, je te remercie car je ne suis pas comme les autres hommes, voleurs, injustes, adultères ou même comme ce publicain. Jeûner deux fois par semaine et payer la dîme de tout ce que je possède. Le publicain, au contraire, qui s'arrêtait à distance, n'osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine en disant: "O Dieu, aie pitié de moi, un pécheur. Je vous le dis: contrairement à l'autre, il est rentré chez lui en paix avec Dieu, car celui qui s'élèvera sera abaissé, mais celui qui s'abaissera sera exalté.

Exégèse Parabole des Luca

Cette parabole veut mettre l'accent sur la dangereuse présomption de se considérer juste et, avec cette certitude intime, de nourrir le mépris des autres. Pour faire comprendre cet important enseignement, Jésus oppose deux figures emblématiques de son temps. D'un côté, le pharisien, tenu en haute estime par le peuple: bien qu'ils fussent minoritaires dans le Sanhédrin et occupaient un nombre inférieur de postes de prêtres, les pharisiens "contrôlaient" beaucoup plus les décisions prises par le Sanhédrin que les Sadducéens ou les scribes, précisément parce qu'ils avaient la faveur et le soutien du peuple; pour cette raison, ils ont été considérés comme les "garants" de la loi et de son interprétation correcte, ce qu'ils ont essayé d'obtenir en ajoutant des préceptes sur les préceptes à chaque nuance de la loi elle-même.

De son côté, le percepteur des impôts, qui était une sorte de percepteur des impôts nommé par le gouvernement romain: un travail apparemment normal, sans le fait que la présence des Romains n'ait pas été appréciée par la population locale; les publicains, qui appartenaient au peuple juif, étaient détestés pour avoir choisi d'être du côté des envahisseurs et aussi parce qu'avec ce travail ils retenaient une part d'extorsion pour eux-mêmes; ils étaient donc considérés comme "vendus" comme des prostituées, des hommes "sans espoir", dont le péché, selon la façon de penser commune, ne pouvait connaître la rédemption. A travers eux, Jésus révèle la présomption d'être juste et le danger auquel tout homme peut être exposé s'il tombe dans cette tentation insidieuse.

Rappelons-nous avec quelle expression le démon tente Jésus lui-même: "Si vous êtes le fils de Dieu, alors vous pouvez [...]". C'est la tentative perfide d'enflammer en Jésus un sentiment de présomption, l'incitant à utiliser son pouvoir. Si même Jésus était tenté de le faire, comment pouvons-nous nous en rendre compte si nous sommes asservis par la présomption de nous considérer justes dans notre façon d'agir et de penser? D'après ce que nous lisons dans la parabole exposée par Luc, la réponse devrait être immédiate: quand nous cultivons mépris pour les autres, les juger et parfois les condamner, lorsque nous cherchons l'éclatement infâme dans les yeux, soulignant tout ce que nous considérons comme négatif.

La parabole se concentre précisément sur cet argument, ou sur la présomption et le mépris qui sont deux faces de la même pièce: la présomption est une attitude intérieure, tandis que le mépris est le comportement que nous manifestons à la suite de la présomption cultivée dans notre interieur; et les deux sont contraires aux deux commandements laissés par Jésus: Le premier est: "Écoute, Israël. Le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur. tu aimeras donc le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton esprit et de toute ta force ". Et le second est celui-ci:" Tu aimeras ton prochain comme toi-même. "Il n'y a pas d'autre commandement plus important que ce".
(Mc 12,29-31).

Le premier commandement nous invite à nous confier totalement au Père, et être juste signifie uniquement se soumettre à sa volonté. Le deuxième commandement nous invite à aimer et certainement pas à critiquer ou à mépriser les autres. Sur la base de ces deux commandements, l'enseignement de la parabole est élucidé. Auparavant, Jésus avait prévenu les pharisiens en les appelant "hypocrites" et "tombeaux blanchis à la chaux", précisément parce qu'ils y avaient la conviction, fondée sur l'apparence extérieure de ses propres attitudes, d'être juste devant Dieu, le pharisien de la parabole de Luc prie debout pour affirmer sa présence au temple avec plus d'arrogance, se tourne vers le Père en disant: "Mon Dieu, je vous remercie parce que je ne suis pas comme les autres hommes" et accentue son mépris lorsqu'il dit cet être leurs voleurs, injustes, adultères, ne veulent être ni comme eux ni "comme ce percepteur d'impôts", mais au contraire jeûner deux fois par semaine et payer les dîmes de tout ce que je possède". Se faisant interprète de ce qui pourrait plaire à Dieu, il ne prie finalement pas mais exprime simplement une formalité religieuse.

L'attitude du publicain, en revanche, est complètement différente: "il n'osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine en disant:" Mon Dieu, aie pitié de moi, un pécheur"; en tant que publicain, il était considéré par les pharisiens, les scribes et les prêtres comme un pécheur, car il ne respectait pas leur loi; se sentant pécheur, il ne se considère pas digne de s'approcher de Dieu, ni de rechercher le pardon du Père les yeux tournés vers le ciel. Mais justement avec cette attitude de soumission, il reconnaît la supériorité de Dieu, se confiant et s'abandonnant totalement à lui; démontre la pureté de son cœur et met en pratique le grand commandement "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit" (Mt 22:37). C'est pourquoi le percepteur des impôts rentre chez lui justifié.

L'enseignement de la parabole est donc clair: le pharisien est l'homme qui s'élève et est saisi par la présomption d'être un homme juste; mais lorsqu'il se trouvera devant Dieu et devant sa justice, il réalisera qu'il n'a toujours agi que pour lui-même, pour être loué par les hommes, sans accepter Dieu en lui-même et qu'il sera donc humilié. Jésus insiste beaucoup sur cet enseignement, à tel point qu'il s'en souvient également dans la "Parabole des riches et des pauvres": lorsque le riche met fin à son existence terrestre, il est au désespoir parce qu'il se rend compte qu'il ne sera plus en mesure de le faire atteindre Dieu parce que, durant sa vie terrestre, il n'avait pas cherché le vrai bien. Le message que Jésus nous laisse est donc de prêter attention à cette tentation intime et subtile qui conduit à la présomption d'être juste: ce n'est pas nous qui devons nous déclarer justes devant Dieu. Nous serons justes si nous voulons faire sa volonté, et c'est seulement en suivant chemin enseigné par Jésus que nous aurons la certitude d'être agréable à Dieu.

Nous devons être vigilants, car même parmi les croyants d'aujourd'hui, il existe cette présomption, qui devient évidente quand ils se permettent de mépriser les autres. Le démon essaie par tous les moyens de nous convaincre que nous sommes parfaits et donc autorisés à juger les autres, mais nous tombons ainsi dans son piège trompeur et nous nous éloignons inexorablement de Dieu: la vie éternelle est un bien trop précieux pour permettre une tentation subtile de faites-le perdre pour toujours; suivons donc Jésus et faisons de ses précieux enseignements le gouvernail qui dirige notre navigation de cette vie au Royaume promis.

Tu es intéressé