Paraboles de Jésus

Paraboldes

Paraboles de la vie

Le devoir de l'esclave.

Résumé

Le devoir de l'esclave

De l'évangile de Luc Chapitre 17, versets 7.10

À ce moment-là, Jésus a dit: "Quiconque d'entre vous, s'il a un serviteur pour labourer ou faire paître le troupeau, lui dira à son retour du camp: "Viens tout de suite et assieds-toi à la table? Est-ce que tu me serviras jusqu'à ce que je mange et que je sois saoul, et ensuite tu mangeras et boiras aussi? Sera-t-il obligé envers son serviteur, pourquoi a-t-il exécuté les ordres qu'il avait reçus? serviteurs inutiles. Nous avons fait ce que nous devions faire".

Exégèse parabole

Le chapitre 17 de l'Évangile de Luc commence par Jésus qui dit à ses apôtres: "Il est inévitable que des scandales se produisent [...], prenez soin de vous!" Les apôtres, déconcertés peut-être parce qu'ils croyaient que la voie indiquée par leur Maître était impossible à parcourir, implorent Jésus de les fortifier dans leur choix, puis voici le plaidoyer "augmentons notre foi". La réponse de Jésus ne tarde pas et elle est déconcertante: "Si vous aviez la foi autant qu'une graine de moutarde, vous pourriez dire à ce mûrier: "Déraciné et allez vous planter à la mer", il vous obéirait". (Lc 17,1-6).

Avec ce symbolisme, Jésus exalte le pouvoir de la foi, en montrant que les choses les plus extraordinaires et les plus difficiles peuvent être accomplies. Maintenant, dans la parabole rapportée, Jésus exhorte ses disciples à fuir la gloire vaine, satisfaite des bonnes oeuvres, et nous montre qu'après avoir fait tout ce que Dieu veut de nous, nous n'avons aucune raison de nous glorifier.

Pour comprendre le sens de ce passage, il est nécessaire d'expliquer le nom "serviteurs" qui, de la leçon grecque du texte évangélique, a été traduit à la hâte en "serviteurs inutiles". Cependant, le mot grec serviteur a deux nuances différentes, toutes deux indiquant la petitesse. Tout d'abord, cela peut indiquer l'inutilité, la non-utilisation de l'un quelconque; ou, être pauvre, lâche, à cause de l'humilité de sa condition. La signification du terme latin correspondant indiquait également qui traitait avec des services humbles.

La version italienne du passage évangélique, qui préfère traduire le terme par "serviteurs inutiles", peut-être pour éviter la connotation humiliante du terme "vil", compense en réalité le sens correct trahissant le sens du contenu. Il est évident d'après le texte que les serviteurs ne sont pas inutiles parce qu'ils ont travaillé! Le sens du mot "vil", "pauvre", "humble" est beaucoup plus approprié: nous sommes des serviteurs vils, nous sommes des serviteurs pauvres, nous sommes simplement des serviteurs, des "prêteurs de services" pour le Seigneur.

Et puis l'expression évangélique veut exprimer que servir n'est pas un mérite, car être une créature, l'œuvre du Créateur, contient la disponibilité à être disponible pour être appelé à effectuer de tels services. "Allez donc, faites de tous les peuples des disciples, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, en leur enseignant de bien observer tout ce que je vous ai commandé".
(Mt 28.19-20).

Jésus parle à ses disciples, et c'est donc comme s'il disait: si un homme ne sert pas, il perd le sens de sa vie et de lui-même; qui, au contraire, vit son existence comme un serviteur fidèle, ne fait que répondre à l'appel et adhérer au plan divin de celui qui l'a généré. C'est pourquoi une récompense immédiate n'est pas nécessaire, c'est pourquoi servir le Seigneur ne peut être un motif de revendication.

Les paroles de Paul me viennent à l'esprit: "Pour moi, annoncer l'Évangile n'est pas une vantardise, c'est une nécessité qui m'est imposée: malheur à moi si je ne prêche pas l'Évangile! Si je le fais tout seul, j'ai le droit à une récompense; mais si je ne le fais pas de ma propre initiative, c'est une tâche qui m'a été confiée. C'est donc ma récompense, celle de proclamer gratuitement l'Évangile sans utiliser le droit que m'a procuré l'Évangile".
(1 Cor 9:18).

Tu es intéressé