Paraboles de Jésus

Paraboles

La lampe - Marc

De l'Évangile de Marc, chapitre 4, versets 21-25

Il leur dit: "Apportez-vous peut-être la lampe pour la mettre sous un boisseau ou sous le lit? Ou ne pas la mettre sur le chandelier? Il n'y a en fait rien de caché qui ne devrait pas se manifester et rien de secret qui ne devrait pas être mis en évidence . Si quelqu'un a des oreilles pour écouter, écoutez!".
Il leur dit: "Faites attention à ce que vous entendez. Avec la même mesure avec laquelle vous mesurez, cela vous sera mesuré; en effet, cela vous sera donné davantage. Car quiconque a, cela sera donné; mais à celui qui n'a pas, même cela qui a".

Exégèse parabole Marc

Continuant à parler avec ses disciples, après avoir expliqué la parabole du semeur, Jésus propose cela, composé de six versets, et nous enseigne comment nous devons recevoir sa Parole. Dans la parabole précédente, il a dit que la semence tombée sur la bonne terre représente ceux qui écoutent, accueillent la Parole et portent donc du fruit. Maintenant, Marco avec cette parabole souhaite vous encourager à aller plus loin pour comprendre encore plus la signification de ces enseignements.

La symbologie montrée sur cet affichage voit d'un côté la position de la lampe allumée, de l'autre le mètre avec lequel nous allons être mesurés. L'analogie avec la parabole précédente du semeur est évidente: celui qui reçoit la bonne semence symbolise celui qui écoute la parole et la fait fructifier; celui qui place la lampe sur le chandelier symbolise également dans ce cas ceux qui entendent le mot et le lèvent, de sorte que sa lumière éclaire toute l'humanité. La Parole de Jésus devient le guide, la référence, la raison d'agir pour ceux qui décident de l'accueillir et de le suivre. La Parole est donc lumière: "La vraie lumière qui illumine tout homme est venu au monde" (Jn 1,9) et Jésus lui-même a dit de lui-même: "Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie".
(Jn 8,9).

Il faut prendre cette Parole, c'est-à-dire la lumière, pour qu'elle devienne le guide de notre existence terrestre. Bien sûr, celui qui accueille la Parole, c'est-à-dire la lumière, et la place sur le chandelier, illumine notre pensée, notre parole, notre action, et nous aussi, nous porterons beaucoup de fruits. De même celui qui prend la lampe "pour la mettre sous un boisseau ou sous le lit", se comporte exactement comme le semeur qui laisse tomber la semence sur ces sols "stériles" qui font mourir la Parole: ici il se tourne vers ses disciples, comme pour dire "Si vous avez accepté le mot, vous êtes convaincu que c'est la lumière, alors vous devez le placer comme un guide pour votre existence terrestre; cependant, faites attention aux tentations qui peuvent devenir des barrières, qui peuvent obscurcir la lumière".

Ce sont ces barrières qui nous conduisent à mettre la lampe sous un boisseau et à nous empêcher de suivre Jésus. La première barrière est celle érigée par satan, le "perturbateur" par excellence, qui parvient souvent à ôter le "mot semé". Mais de quelle manière, avec quelle ruse? La réponse se trouve déjà dans le livre de la Genèse, lorsque le serpent parvient avec ses convictions insidieuses à éradiquer la parole de Dieu du cœur d'Eve et d'Adam. Maintenant, Jésus reprend l'argument: "le semeur sème la Parole. Maintenant ceux qui sont en chemin sont ceux en qui la Parole est semée, et quand ils l'ont entendue immédiatement, Satan vient et retire la Parole semée en eux" ( Mc 4, 14-15), en veillant à ce que l'homme n'écoute plus la Parole et, s'il la ressent, la diminue pour ne pas devenir importante et décisive, pour la discréditer aussi aux oreilles de ceux qui l'entendent.

Le diable a donc ce pouvoir, d'éteindre la lumière de la Parole en nous et de mettre la lampe sous un boisseau. Adam est le symbole de cette réalité, en effet le serpent le convainc que la parole de Dieu ne peut pas être le critère de son action. Eve avait accepté la Parole de Dieu, mais il lui manquait l'acceptation définitive, et le serpent parvient à utiliser cette faiblesse pour la confondre et lui cacher la vérité de cette Parole. C'est pourquoi Jésus nous exhorte à faire attention, à ne pas mettre la lampe sous un boisseau.

La deuxième barrière se produit lorsque vous essayez d'obéir à la Parole: vous vous rendrez vite compte que vous êtes en dehors de la mentalité actuelle, et le "tentateur" pourrait prendre le dessus sur votre malaise pour vous faire comprendre que ce sentiment hors de votre place et persécuté est le Parole elle-même; c'est ici que nous devons être fidèles et persévérants aux enseignements de Jésus: si la parole n'est pas enracinée, les insinuations du démon vous feront renoncer. Et puis il y a la troisième barrière qui est représentée par toutes les tentations et provocations humaines, qui peuvent nous éloigner plus ou moins progressivement de la suite de Jésus: «le soin du monde vient, la séduction des richesses, la cupidité de toute autre sorte et étouffez la Parole, qui échoue".
(Mc 4, 19).

Encore une autre invitation à la vigilance et à la lutte pour ne pas être débordé: "qui a des oreilles pour entendre, comprendre!". Bien sûr, Jésus n'impose pas ses enseignements, mais nous suggère et nous encourage à les suivre, et cela dépend exclusivement de la volonté de chacun de nous.

Et voici l'avertissement à la fin de la parabole de la lanterne: "Avec la même mesure avec laquelle vous mesurez, elle vous sera mesurée". La mesure est le comportement de chacun de nous, c'est le critère avec lequel nous avons travaillé, nous avons porté des fruits en nous référant à la Parole de Jésus, c'est-à-dire si nous avons placé la lampe sous un boisseau ou sur le chandelier: chacun de nous, avec ses choix et ses comportements, détermine son propre salut ou perdition. Mais si vous n'acceptez pas, si vous vous êtes privé de la Parole qui sauve, comment pourrez-vous vous sauver? Cette parabole nous invite à raviver en nous la décision d'écouter et de mettre en pratique les enseignements et de veiller à ce que toutes nos actions soient toujours et uniquement conformes aux enseignements de Jésus, et alors nous serons sûrs de marcher dans notre existence terrestre l'éternité tant attendue, pour un avenir de félicité sans fin.

La lampe sous un boisseau - Matthieu

De l'Évangile de Matthieu Chapitre 5, versets 14-16

Tu es la lumière du monde; une ville située sur une montagne ne peut pas être cachée, et une lampe ne peut pas être allumée pour la mettre sous un boisseau, mais au-dessus du puits de lumière pour éclairer tous ceux de la maison.

Laisse donc ta lumière briller devant les hommes, afin qu'ils voient tes bonnes oeuvres et rendent gloire à ton Père qui est dans les cieux.

Tu es intéressé