Paraboles de Jésus

Paraboles

Paraboles allégoriques

Banquet de mariage

Résumé

Le banquet de mariage

De l'Évangile de Matthieu Chapitre 22, versets 1-14

Jésus leur a parlé en paraboles et a dit: "Le royaume des cieux est comme un roi qui a fait une fête de mariage pour son fils. Il a envoyé ses serviteurs appeler les invités du mariage, mais ils ne voulaient pas venir. Encore il a envoyé d'autres serviteurs pour dire: "Ici, j'ai préparé mon déjeuner; mes bœufs et mes animaux engraissés sont déjà abattus et tout est prêt; venir au mariage". Mais ils ne se sont pas souciés et sont allés dans leur propre champ, qui pour leurs propres affaires; d'autres ont ensuite pris ses serviteurs, les ont insultés et les ont tués. Alors le roi s'est indigné et, envoyant ses troupes, a tué ceux assassins et incendier leur ville. Puis il dit à ses serviteurs: "Le banquet de mariage est prêt, mais les invités n'en étaient pas dignes; allez maintenant au carrefour des rues et de tous ceux que vous trouverez, appelez-les au mariage". Un homme qui ne portait pas la robe de mariée lui dit: "Ami, comment pourrais-tu entrer ici sans la robe de mariée?" Et il se tut. Puis le roi ordonna aux serviteurs: "Attachez-lui les mains et les pieds et jetez-le dans l'obscurité; il y aura des pleurs et des grincements de dents". Parce que beaucoup sont appelés, mais peu choisis".

Exégèse parabole

Les destinataires de ce texte sont les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple, scandalisés par le fait que Jésus ait même mangé avec les collecteurs d'impôts, les pécheurs, les prostituées et les païens. Le contenu de cette parabole de l'évangéliste Matthieu est similaire à celui de Luc (cf. Lc 14, 16-24), mais il diffère dans certains détails. Le royaume des cieux est donc semblable à un roi qui donne un banquet de mariage pour son fils: le roi est Dieu le père, le fils est Jésus-Christ et leur union avec le Peuple, dont l'Église est née, est ici comparée à une mariage et banquet donné en l'honneur du grand événement.

Alors "il a envoyé ses domestiques appeler les invités du mariage". En Orient, après une première invitation officielle faite par le maître, il était de coutume d'envoyer des serviteurs prendre les invités et de les courtiser à la salle de banquet: Dieu appela les Juifs à entrer dans son église et renouvela l'invitation au moyen de prophètes avant, et du Baptiste et de Jésus lui-même après, mais en vain.

Même après la mort de son fils bien-aimé, il a envoyé d'autres serviteurs - les apôtres - pour réitérer l'invitation, qui après l'ascension de Jésus a annoncé que tout était prêt: l'agneau a été immolé, les sacrements institués, les dons de l'Esprit communiqués Saint, ils ont prêché que non seulement les Juifs pouvaient rejoindre l'église de Dieu le Père, mais tous ceux qui croyaient et se convertissaient: "Il fallait que la parole de Dieu vous soit proclamée en premier, mais depuis vous le rejetez et ne vous jugez pas digne de la vie éternelle, voici, nous nous tournons vers les païens! Ainsi, en effet, le Seigneur nous a ordonné".
(Actes 13:46).

Alors, en sortant dans les rues, ces serviteurs "ont rassemblé tout ce qu'ils trouvaient, bon et mauvais, et la salle était remplie de convives": En fait, ils n'avaient pas à faire de distinction, il suffisait que les personnes approchées acceptent l'invitation, parce que Dieu veut que le Que l'évangile soit prêché à tous et que personne ne soit exclu du chemin du salut. Il n'y a qu'une seule condition qui limite l'accès à cette rue: "le roi entra pour voir les convives et, voyant un homme qui ne portait pas la robe de mariée, [...] ordonna aux domestiques: "Liez-lui les mains et les pieds et le jeter dans l'obscurité; il y aura des pleurs et des grincements de dents".

Pour être admis au mariage éternel de l'Agneau dans le ciel, appartenir à l'église ne suffit pas, mais il faut porter la robe nuptiale de la grâce sanctifiante: la robe nuptiale représente une vie chrétienne constamment active, une condition essentielle pour pouvoir réellement bénéficier du don du salut apporté de Jésus.

"Attachez-lui les mains et les pieds et jetez-le dans l'obscurité; il y aura des pleurs et des grincements de dents". Parce que beaucoup sont appelés, mais peu choisis", telle est la conclusion de la parabole: tous ont été appelés, tant les Juifs que les païens; cependant, peu ont pu accepter l'invitation avec dignité, car seuls ceux qui portaient une robe de mariée ont été admis au mariage. Lors d'un banquet de mariage avec des vêtements de travail sales ou avec un manque de bonne création est l'attitude de ceux qui sous-estiment l'importance des mariages, plus encore que ces mariages particuliers: croire que la grâce, le salut et le bonheur sont "à bon prix" ou accordé, c'est se moquer de Dieu, ne pas croire en sa justice, implacable comme parfait.

Être appelé au salut et être effectivement sauvé est une équation qui ne se produit que lorsque l'acceptation de l'invitation, c'est-à-dire l'adhésion à l'appel coïncide avec "le principe de responsabilité". Pour la nouvelle alliance, réalisée par l'incarnation du Fils et l'œuvre de rédemption qui en résulte, Dieu a invité les Juifs d'abord par l'annonce et l'action des différents prophètes; le résultat n'étant pas satisfaisant, une fois la rédemption accomplie, il envoya encore les premiers prédicateurs de l'évangile aux Juifs; mais même dans ce cas, la réponse n'était pas à la hauteur de l'appel: certains des serviteurs de Dieu ont été battus, d'autres tués ou martyrisés, comme étienne et Jean-Baptiste.Ce faisant, il est devenu clair que les "premiers invités", c'est-à-dire les personnes choisies qui avaient déjà libéré Moïse de la condition d'esclavage et conduit à la Terre Promise, ne voulaient pas participer au banquet: non seulement il refusait l'invitation préférant suivre des intérêts terrestres mais il insulta et tua les serviteurs envoyés par le maître; en ce sens, les juifs ont été les artisans de violentes persécutions, dont les apôtres et les disciples de Jésus-Christ ont été victimes.

En tuant les serviteurs du roi, ils ont nié l'autorité du souverain avec une rébellion ouverte contre lui. On comprend alors l'indignation du roi qui, après leur refus, décide d'envoyer ses troupes contre les renégats, de tuer ces assassins et d'incendier leurs villes. La vengeance de Dieu était déjà terrible à cette époque: ses milices sur terre étaient les armées romaines qui, sous la direction de Titus, en 70 après JC, ont fait un horrible massacre de Juifs et détruit leur royaume pour toujours, réduisant en tas des ruines de Jérusalem et de son temple". (cf. Mt 27,25; Lc 23,28-31).

Entre-temps, d'autres avaient été appelés à partager les biens de la rédemption: pécheurs, idolâtres, esclaves ... et ceux-ci ont répondu en masse. Comme la robe nuptiale de la parabole n'est pas la cause d'être au banquet, mais son absence est la cause d'être chassé de celui-ci, de sorte que le respect de la loi morale ne justifie pas, indépendamment de l'appartenance au groupe des élus, mais la le non-respect de cette loi est à l'origine de leur damnation. La phrase qui clôt la parabole, "beaucoup sont appelés, mais peu sont choisis", peut sembler incohérente avec la situation réelle car, au final, un seul des convives a été jugé indigne de participer au banquet, car il ne décores pas de la robe de mariée appropriée. C'est un principe plus général, qui comprend le sens de toute la parabole.

Tous étaient appelés: les négligents, les rebelles, les vagabonds, les "mauvais et bons", et le même qui ne s'est alors pas présenté dans la robe de mariée. Cependant, tous ne sont pas élus, évidemment à cause d'une partie de leur culpabilité qui ne leur a pas permis de participer concrètement au banquet de mariage. Quel que soit le nombre de ceux appelés, il ne faut donc pas se faire d'illusions: il ne suffit pas d'être tel, de se considérer déjà choisi.

Le thème proposé dans cette parabole est le lien entre le Royaume et Jésus; les considérations qui se dégagent du texte ont l'avantage de nous orienter dans la direction de vivre, dans la foi de Dieu, l'amitié avec Jésus, qui est la clé pour pouvoir entrer dans ce Royaume: ce n'est que par Lui que le Royaume peut devenir un don totalement gratuit, nullement programmable ou à collectionner, et donc infiniment surprenant. Le christianisme n'est pas une doctrine à suivre, une pratique à mettre en œuvre, un rituel à célébrer, mais c'est une relation personnelle à cultiver intimement et collectivement avec Jésus.

La parabole insiste sur "l'ici et maintenant", pour affirmer que quiconque vit constamment la foi en Jésus a la grâce de la goûter immédiatement. La servante rapporte aux convives que "tout est prêt", que le banquet ne peut pas être reporté: ils doivent se présenter maintenant! En fait, la fête est célébrée grâce à la présence de Jésus, ici et maintenant. C'est donc le bon moment pour accepter l'invitation; demain peut être trop tard et rien ne peut être fait.

Tu es intéressé