Paraboles de Jésus

Parabole

Parabole

Du jugement final.

Résumé

Le jugement final

De l'Évangile de Matthieu Chapitre 25, versets 31-46

Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa majesté avec tous les anges, il s'assiéra sur le trône de sa gloire. Et toutes les nations seront devant lui, mais il les séparera les unes des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs; et il mettra les moutons à sa droite et les chèvres à sa gauche. Alors le roi dira à ceux à sa droite: Viens, béni de mon Père, prends possession du royaume préparé pour toi depuis la création du monde. Parce que j'avais faim et que tu m'as donné à manger, j'avais soif et tu m'as donné à boire; J'étais pèlerin et tu m'as accueilli, nu et tu m'as habillé, malade et tu m'as rendu visite, j'étais en prison et tu es venu me voir. Alors les justes lui répondront: Seigneur, quand t'avons-nous jamais vu affamé et te nourrissant, ou assoiffé et te donnant à boire? Quand t'avons-nous vu comme pèlerin et nous t'avons accueilli, ou nu et nous t'avons habillé? Et quand est-ce que nous vous avons vu malade ou en prison et sommes venus vous rendre visite? Et le roi leur répondra: En vérité, je vous le dis, chaque fois que vous avez fait cela à l'un de ces plus petits de mes frères, vous me l'avez fait. Puis il dira aussi à ceux à sa gauche: Éloignez-vous de moi, maudit, dans le feu éternel, préparé pour le diable et ses anges. Parce que j'avais faim et que tu ne m'as pas donné à manger; J'avais soif et tu ne m'as pas donné à boire; J'étais pèlerin et tu ne m'as pas accueilli, nu et tu ne m'as pas habillé, malade et en prison et tu ne m'as pas rendu visite. Eux aussi répondront alors: Seigneur, quand t'avons-nous jamais vu affamé ou assoiffé ou pèlerin ou nu ou malade ou en prison et nous ne t'avons pas aidé? Mais il leur répondra: "En vérité, je vous le dis, chaque fois que vous ne le faisiez pas à l'un de ces petits, vous ne me le faisiez pas. Et ils iront à la torture éternelle éternelle, le juste à la vie éternelle".

Exégèse de la parabole de Matthieu

Ce chapitre 25 est composé de deux paraboles qui ont pour thème "à regarder"; la parabole maintenant présentée, qui conclut le chapitre, traite de ce qui se passera lorsque le Fils de l'homme reviendra, ici représenté comme le roi qui sépare les moutons des chèvres. Par conséquent, Jésus viendra pour séparer les "bienheureux" des "maudits", mais dans quel sens? Une certaine correspondance se trouve dans l'Évangile de Luc, lorsque Jésus dit: "Croyez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, je vous le dis, mais la division" (Lc 12,51). Jésus nous offre la seule vérité sur laquelle l'homme peut librement décider: accepter ou non l'appel de Dieu, et de ce choix naîtra sa destination finale. Dans la parabole rapportée par Matthieu, Jésus se révèle donc comme un futur juge de l'humanité, pour lequel le seul critère d'évaluation sera la vérité absolue, qui si vous reconnaissez et acceptez, vous serez du côté de Dieu, mais si vous ne reconnaissez pas, vous serez dans le désespoir et du côté du diable.

Et quel est donc ce "critère de Vérité absolue" avec lequel le Roi sépare les moutons des chèvres, ou évalue son troupeau? Jésus lui-même le révèle: "Parce que j'avais faim et que tu m'as donné à manger, j'avais soif et tu m'as donné à boire; j'étais pèlerin et tu m'as accueilli, toi nu et tu m'as habillé, malade et tu m'as rendu visite, j'étais en prison et tu es venu me voir". Et d'ici l'explication: "chaque fois que tu faisais ça à l'un de mes plus petits frères, tu me le faisais". La vérité est la proclamation de l'Évangile, proclamée initialement par Jésus mais portée par ceux qui adhèrent à sa suite, qui à leur tour souhaitent la transmettre pour le salut des générations futures: ce sont eux qui, de cette manière, donnent de la nourriture, boire, s'habiller, qui s'occupent et rendent visite au plus jeune de ses frères.

Mais qui sont ces frères? Toujours Jésus, dans un autre passage de l'Évangile de Marc, se retrouve entouré d'une foule assise autour de lui quand ils lui disent: "Voici, ta mère et tes frères, à l'extérieur, te cherchent". Il leur répond: "Qui est ma mère et qui sont mes frères?". Puis, regardant autour de lui, il dit: "Voici ma mère et mes frères! Car celui qui fait la volonté de Dieu, c'est mon frère, ma sœur et ma mère" (Mc 3,32-35). En ces termes, Jésus se tourne vers ses disciples et la foule qui l'écoute, qui étaient restés avec lui parce qu'ils l'avaient reconnu comme le Messie, ils croyaient en lui, ils apprenaient à vivre selon ses enseignements, et donc ils étaient ceux qui ils avaient exprimé leur oui à la volonté de Dieu.

Ici se révèlent qui sont les "petits" qui doivent encore grandir dans la foi, ceux à qui nous devons nourrir, boire, aider à les approcher de la volonté de Dieu et grandir dans la Vérité absolue proclamée par le Fils", parce que tout le monde le fait pour l'un de mes jeunes frères m'a fait ça. "Et ses frères, réitère Jésus, sont ceux qui font la volonté du Père, donc ceux qui sont proches de lui après avoir compris qu'il est la seule manifestation de Dieu. Et dans un sens encore plus étendu et plus profond, les "petits" sont et seront à la fois ceux qui annonceront l'Évangile après sa mort et sa résurrection, et ceux qui croiront même sans avoir vu et connu directement le Messie: c'est ainsi que doit être l'union des croyants, à savoir la communauté, la famille, les frères-sœurs-mères du Fils de Dieu.

Mais qui sont ces frères? Toujours Jésus, dans un autre passage de l'Évangile de Marc, se retrouve entouré d'une foule assise autour de lui quand ils lui disent: "Voici, ta mère et tes frères, à l'extérieur, te cherchent". Il leur répond: "Qui est ma mère et qui sont mes frères?". Puis, regardant autour de lui, il dit: "Voici ma mère et mes frères! Car celui qui fait la volonté de Dieu, c'est mon frère, ma sœur et ma mère". (Mc 3,32-35). En ces termes, Jésus se tourne vers ses disciples et la foule qui l'écoute, qui étaient restés avec lui parce qu'ils l'avaient reconnu comme le Messie, ils croyaient en lui, ils apprenaient à vivre selon ses enseignements, et donc ils étaient ceux qui ils avaient exprimé leur oui à la volonté de Dieu.

Et il résulte des Actes des Apôtres que la première communauté chrétienne était vraiment basée sur les enseignements de l'Évangile, sur le partage, sur l'entraide: "Tous les croyants étaient ensemble et avaient tout en commun. Ils ont vendu leurs biens et réparti le prix entre le tout selon les besoins de chacun" (Actes 2:45). De cela, il est maintenant plus clair que les boucs de la parabole sont à la place ceux qui ne reconnaissent pas Jésus, et donc n'appartiennent pas à la communauté et ne peuvent pas faire la volonté de Son Père.

Or, le partage naît d'un acte de foi, de croire que Jésus est toujours présent à travers la proclamation de l'Évangile, même s'il ne le voit pas: "Puis il a dit à Thomas: "Mets ton doigt ici et regarde mes mains; étends ta main et mets-la dans mon côté; et ne sois pas incrédule mais croyant. "Thomas répondit: "Mon Seigneur et mon Dieu". Jésus lui dit: "Parce que tu m'as vu, tu as cru; bénis sont ceux qui croient sans avoir vu" (Jn 20, 27-29). Ici commence l'histoire de la communauté chrétienne qui est née, se tient et vit sur la proclamation de l'Évangile, et le modèle doit être celui proposé par Jésus, à savoir le partage, qui doit être fondé sur la fidélité à cet Évangile qui nous fait marcher dans l'espérance. Et quand cela viendra dans Sa gloire, il examinera de quel côté nous avons décidé de rester.

Matthieu, avec cette parabole, entend garder la future communauté éveillée et active dans la responsabilité d'être le corps du Christ, dans le but de rendre Jésus vivant et présent à tout moment, par sa parole et ses enseignements. La parabole nous est donc également adressée aujourd'hui, pour nous encourager à renforcer notre volonté de faire partie de ceux qui croient à l'infini: ce n'est qu'alors que nous deviendrons frères de Jésus, car nous vivrons vraiment concrètement sa parole. Nous lui demandons donc, directement et avec insistance, de renforcer ce désir et ce désir d'adhérer de plus en plus à sa Parole.

Tu es intéressé