Paraboles de Jésus

Paraboles

Paraboles de la vie

Les talents.

Résumé

Les talents

De l'Évangile de Matthieu Chapitre 25, versets 14.30

En fait, cela arrivera à un homme qui, parti en voyage, appela ses serviteurs et leur donna ses biens. À l'un il donna cinq talents, à deux autres, à un autre, selon les capacités de chacun; après la partie. Celui qui avait reçu cinq talents est immédiatement allé les employer et en a gagné cinq autres. De même, celui qui en a reçu deux en a gagné deux autres. Au lieu de cela, lui qui n'avait reçu qu'un seul talent, est allé faire un trou dans le sol et y a caché l'argent de son maître. Après un long moment, le maître de ces domestiques est revenu et a voulu régler des comptes avec eux. Celui qui avait reçu cinq talents se présenta et en apporta cinq autres en disant: Seigneur, tu m'as donné cinq talents; ici, j'ai gagné cinq autres. Eh bien, bon et fidèle serviteur - lui dit son maître -, vous avez été fidèle en peu de chose, je vous donnerai beaucoup de pouvoir; participe à la joie de ton maître. Il s'est ensuite présenté et a reçu deux talents et a dit: Seigneur, tu m'as donné deux talents. Voici, j'en ai gagné deux autres. Eh bien, bon et fidèle serviteur, son maître lui a dit: tu as été fidèle en peu de chose, je te donnerai beaucoup de pouvoir; participe à la joie de ton maître. Finalement, celui qui n'avait reçu qu'un seul talent s'est présenté et a dit: Seigneur, je sais que tu es un homme dur, que tu récoltes où tu n'as pas semé et que tu collectes où tu n'as pas versé. J'avais peur et je suis allé cacher ton talent sous terre: c'est ce qui est à toi. Le maître lui répondit: Serviteur diabolique et paresseux, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé et que je rassemble où je n'ai pas versé; vous auriez dû confier mon argent aux banquiers et donc, à mon retour, j'aurais retiré le mien avec intérêts. Enlevez donc le talent et donnez-le à ceux qui ont les dix talents. Car à quiconque il aura, il sera donné et sera en abondance; mais ceux qui n'ont pas auront aussi ce qu'ils ont emporté. Et le serviteur inutile le jette dans les ténèbres; il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Exégèse parabole

Après la parabole des vierges, Matthieu poursuit sur le thème de la reconnaissance du Fils de l'homme, en proposant la parabole des talents. Essayons de comprendre ce texte à partir des images des trois protagonistes, trois serviteurs dont deux bons et un fainéant. Contrairement à la parabole du semeur, où quatre champs sont décrits, dont trois sont infructueux (négatif) et un seul est le bon (positif), il existe un renversement: deux sont les exemples vertueux, deux positifs, un seul.

La question spontanée qui se pose est de comprendre qui représentent ces serviteurs et ce que représentent ces talents. La parabole parle d'un temps d'absence d'un maître qui, pour cette raison, confie ses biens aux serviteurs, qui sont chargés de continuer à les gérer, restant fidèles à ses intentions et à ses dispositions, pendant tout le temps où il ne sera pas là surveiller leur travail. Cette introduction reflète ce que Paul rapportera plus tard dans la lettre aux Romains: "De plus, nous savons que tout contribue au bien de [...] ceux qui ont été appelés conformément à son plan.

Pour ceux qu'il a toujours connus, il les a également prédestinés à se conformer à l'image de son Fils, de sorte qu'il puisse être le premier-né parmi de nombreux frères; ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés [...]" (Rom 8: 28-30) et tous les hommes ont été appelés à la foi et au salut, mais quel est cet appel? Toute la race humaine elle a en elle-même ce don, qui consiste en résumé à vivre dans la crainte de Dieu, cette crainte conserve ces biens que la parole ne sait pas dire et l'esprit ne sait pas comment penser, soutenir et guider les hommes vers la grâce du Seigneur. La peur de Dieu comme condition préalable à ce voyage qui mène à la plénitude de l'existence, ce qui signifie être du côté de Dieu, c'est-à-dire rester en vie dans l'espoir de le rencontrer et d'être avec lui pour toujours. Elle vous dit ce que vous devez faire et vous donne le désir d'agir avec obéissance. La parabole des talents nous confirme cette vérité: nous avons tous l'appel à craindre Dieu, ce qui nous conduit à la foi, et nous sommes donc tous appelés à la foi.

Dans la parabole mentionnée, les serviteurs doivent se comporter selon la volonté du Maître qui est maintenant très loin; on suppose donc qu'ils connaissent sa volonté, c'est-à-dire ce qu'ils doivent faire et comment le faire pour continuer à lui être fidèle même au loin: c'est la crainte de Dieu. Mais ces serviteurs agissent différemment, en se basant sur leur opinion de la volonté du Maître: alors que les deux premiers mettent immédiatement leurs talents à profit, le troisième serviteur n'interprète pas correctement son commandement et n'enterre pas le talent. Et comment justifie-t-il ce comportement face à une erreur? "Seigneur, je sais que tu es un homme dur, que tu récoltes là où tu n'as pas semé et que tu ne récoltes pas où tu n'as pas dispersé"; dans ces trois déclarations, la logique "humaine" de la loi est réunie: le serviteur ne voit pas le Maître pour ce qu'il est, mais à travers son raisonnement; exactement comme l'ont fait les pharisiens, les scribes et les grands prêtres, c'est-à-dire la tradition juive, en interprétant la Parole donnée d'un point de vue humain; mais quand Jésus essaie de les ramener à une interprétation correcte, il est verbalement attaqué et menacé: "Avec quelle autorité faites-vous ces choses? Qui vous a donné ce pouvoir?" (Mt 21,23) "Notre père est Abraham [...] nous n'avons qu'un père: Dieu".
(Jn 8: 39-41).

Jésus les avertit: "Pourquoi ne comprends-tu pas ma langue? Parce que tu ne peux pas écouter ma parole. Le diable est le père de qui tu es et tu veux satisfaire les désirs de ton père" (Jn 8, 43-44), mais ceux-ci continuent à être convaincus de leur interprétation, qui a cependant transformé la loi modifiant également la vision de Dieu: "si vous n'obéissez pas, vous serez puni". C'est le raisonnement qui pousse le serviteur à cacher son seul talent: "si je le perds ou si je ne le rends pas, le Maître me punira; je le placerai ensuite dans un trou dans le sol pour qu'il soit en sécurité"; dans la parabole de l'homme riche qui ne vit que pour satisfaire ses propres désirs, Jésus nous avertit du malheur auquel il est confronté, ne réalisant ses fausses interprétations et ses erreurs qu'après la mort. En revenant à la présente parabole, il est donc évident que l'attitude des deux premiers serviteurs est complètement différente, semblable à celle de celui qui a compris l'appel de Dieu. Il utilise donc toute l'existence terrestre pour multiplier les talents que le Seigneur lui a donnés et ne les tient pas seulement pour elle-même.

Mais comment savoir si nous multiplions en fait les talents qui nous ont été donnés ou si notre foi crée ce chemin vers Dieu? Il ressort de la parabole que Dieu ne fait aucune différence dans cette "distribution", car les talents sont donnés à tous. Bien entendu, la réponse sera proportionnée à l'adhésion de la foi, qui dépend de notre liberté de choix, la liberté de reconnaître le Fils de l'homme et de suivre ses enseignements, livrant ainsi les dons de Dieu, ou de conserver pour sa propre consommation et par sa propre gloire, ces talents reçus gaspillent toute une vie à suivre de faux enseignements.

Que faut-il pour répondre à l'appel de la foi? Saint Paul affirme que tout est en train de suivre l'annonce de l'Évangile et que c'est en nous que nous cultivons l'amour de Dieu. Si nous vivons vraiment selon l'évangile de Jésus, nous avons la certitude de répondre à la foi, ce qui signifie cultiver des talents. reçus, chacun selon ses capacités. Les bons serviteurs de la parabole ont reconnu la mission que leur a confiée le maître, à savoir faire fructifier les biens laissés en détention; ces serviteurs représentent donc ceux qui ont compris l'appel du Maître: s'il nous appelle, cela signifie qu'il nous fait confiance, croit en notre bonté et en nos capacités; alors pourquoi ne devrions-nous pas lui faire confiance? L'obéissance, la confiance, la confiance sont les talents à faire fructifier. Les pharisiens, d'autre part, ont prétendu avoir répondu à l'appel de Dieu, mais Jésus les a appelés hypocrites, des tombeaux blanchis à la chaux, une race de vipères, parce qu'ils ne cherchaient que l'admiration d'eux-mêmes: c'est qui le serviteur paresseux, conscient de la appelé mais ne veut pas répondre, car il a une vision de Dieu tellement décalée qu'il ne lui permet pas de reconnaître Jésus et de faire son chemin de foi. Matthieu, rendant le texte de la parabole des talents aux générations futures, est comme s'il disait aux chrétiens de tous les temps: "veillez à ne pas ressembler aux Pharisiens, représentés par le serviteur paresseux".

Le Seigneur nous appelle deux fois, le premier pour nous donner l'occasion d'adhérer à l'Evangile, le second pour nous donner l'occasion de comprendre comment répondre à la foi, dans l'obéissance; C'est seulement ainsi que nous pourrons rendre fructueux les talents reçus et définir ce que sera notre héritage pour la vie éternelle: "Je ne vous appelle plus de serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait le maître. Je vous ai appelés amis, car tout ce que j'ai entendu dire de la Mon père, je vous l'ai fait savoir. Vous ne m'avez pas choisi, mais je vous ai choisi et je vous ai nommé pour aller porter des fruits".

Tu es intéressé