Paraboles de Jésus

Paraboles

Condotta esemplare

Nom du parabole:
- Les riches et Lazare
- Les riches et les pauvres

Résumé

Le riche et Lazare

De l'évangile de Luc Chapitre 16, versets 19-31

Il y avait un homme riche qui portait des robes de pourpre et de lin très fin, et il se donnait un grand banquet tous les jours. Un mendiant nommé Lazare se tenait à sa porte, couvert de plaies, désireux de se nourrir de ce qui était tombé de la table du riche; mais ce sont les chiens qui sont venus lécher ses plaies. Un jour, le pauvre homme mourut et fut porté par les anges à côté d'Abraham. L'homme riche est également mort et a été enterré. Debout dans l'enfer avec des tourments, il leva les yeux et vit Abraham de loin et Lazare à ses côtés. Puis, criant, il dit: Père Abraham, aie pitié de moi et envoie Lazare plonger le bout de son doigt dans l'eau et me laver la langue, car je souffre terriblement de cette flamme. Mais Abraham répondit: Fils, souviens-toi que dans la vie, tu as reçu tes biens et que Lazare était son mal; maintenant, tant qu'il est consolé, vous êtes au milieu de tourments. De plus, un grand abîme s'est créé entre nous et vous: ceux qui veulent venir à vous d'ici ne peuvent pas, ni personne, de là, ne peut nous atteindre. Et il répondit: "Alors, Père, envoie s'il te plaît Lazare chez mon père, car j'ai cinq frères." Mets-les en garde pour qu'ils ne viennent pas eux aussi dans ce lieu de tourments. Mais Abraham il répondit: Ils ont Moïse et les prophètes; écoutez les. Et lui: Non, Père Abraham, mais si des morts s'en vont à eux, ils se repentiront. Abraham répondit: "S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne seront pas convaincus, même si l'on devait ressusciter d'entre les morts".

Exégèse Parabole Luc

En première lecture, l'interprétation de cette parabole pourrait nous égarer, car nous parlons ici de richesse et de pauvreté dans la mesure où les pauvres plaisent à Dieu et les riches ne sont pas les bienvenus à Dieu; et c'est généralement l'interprétation et l'explication qui sont attribuées à son contenu. Mais cela fait partie d'un discours plus large, qui évoque le contexte des pharisiens: il nous présente un homme riche qui porte de très beaux vêtements en lin violet et des banquets somptueux donnés tous les jours, et un homme pauvre (Lazare) qui est à porte des riches, couverts de plaies: qui représentent-ils? Pour le savoir, nous devons essayer de comprendre ce que Jésus voit chez les pharisiens, c'est-à-dire le danger d'un comportement imprudent qui ne manque pas une occasion de dénoncer: "Faites attention et méfiez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens! [...] Ils ont alors compris que il n'avait pas dit de se méfier du levain du pain, mais de la doctrine des pharisiens et des sadducéens".
(Mt 16,6-12).

De ce point de vue, les riches sont ceux qui se croient parfaits devant la loi; Luc lui-même, en plus de cet exemple, nous montre également la parabole du pharisien qui va devant le Seigneur pour proclamer sa richesse, affirmant qu'il n'est pas comme les autres "Deux hommes montèrent au temple pour prier: l'un était un pharisien et le un autre publicain [...], ce dernier, contrairement à l'autre, est rentré chez lui justifié, car celui qui s'élèvera sera humilié, et celui qui s'abaissera sera exalté".
(Lc 18,9-14).

Cette "richesse" signifie donc, par sa similitude, que de se croire parfait devant la loi et devant Dieu, de recevoir l'admiration des autres: l'homme riche de la parabole exhibe en fait une robe de lin très fin pourpre et donne des banquets somptueux, il a mis sa vie admiratif parce qu'il voulait se démarquer des autres. C'est le péché dont Jésus accuse les pharisiens: ils observent et font tout selon la loi, mais leur véritable objectif est la conquête de l'admiration. Lazare, en revanche, est le publicain qui vit au jour le jour, uniquement dans la crainte de Dieu.

La signification de la parabole qui les considère comme des protagonistes se reflète dans le témoignage du prophète Jérémie: "Maudit est l'homme qui fait confiance à l'homme, qui place son soutien dans la chair et dont le cœur s'éloigne du Seigneur". (Jr 17,5), c'est-à-dire qu'il ne s'appuie que sur ce qui appartient à la vie terrestre. Il est évident, dans ce cas, que ce n'est plus le Seigneur qui dirige la conduite de l'homme, mais tout ce qui appartient à la chair, dans le seul but de gagner l'admiration des autres hommes (certainement pas de Dieu). Mais tout cela n'est pas sans conséquences, mais il faut un certain temps pour qu'il se manifeste, mais tôt ou tard, elles deviennent concrètes; et ils ne doivent pas être compris comme une punition divine, mais plutôt comme le cours inévitable de tels mauvais choix; En fait, Jérémie poursuit: "Il sera comme un tamérisque dans la steppe; quand le bien viendra, il ne le verra pas; il habitera dans des endroits arides dans le désert, dans un pays salé où personne ne pourra vivre".
(Jr 17,6).

La parabole, rapportée par l'évangéliste Luc, réaffirme précisément ce concept: que nous dit-elle lorsque le riche se tourne vers Abraham? "Aie pitié de moi, envoie Lazare plonger le bout de son doigt dans l'eau et me laver la langue, car je souffre terriblement de cette flamme". Alors que Lazare est un mendiant qui attend patiemment, l'homme qui vit en confiance dans le Seigneur et se met tout entier en lui. Cet homme est "comme un arbre planté au bord de cours d'eau, qui porte ses fruits au moment opportun: ses feuilles ne se fanent pas et tout ce qu'il fait, il réussit [...]. Car le Seigneur veille sur le chemin des justes, le chemin des méchants est en ruine". (Ps 1: 3-6); "c'est comme un arbre planté le long d'un ruisseau, il étend ses racines vers le courant; il n'a pas peur de la chaleur, ses feuilles restent vertes, l'année de sécheresse, il n'y a pas de douleur, il ne cesse de produire des fruits". (Jer 17: 8). Avec cette parabole, Luc nous dit que Jésus est l'accomplissement de chaque prophétie.

Ceci étant le cas, parce que l'homme riche a vécu de cette façon et qu'il a été entendu: "S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, n'écouteront-ils même pas si l'on ressuscite des morts?" Ici, il est clair que la dénonciation de la dureté de cœur des pharisiens, qui connaissait les Écritures, connaissait le témoignage laissé par les Prophètes, était considérée comme le plus grand expert et le fidèle exploitant de la Loi, mais se comportait de manière complètement différente. Pourquoi cette dureté? Jérémie l'avait déjà prédit: "Rien n'est plus perfide que le cœur et il guérit à peine! [...] Moi, le Seigneur, j'examine l'esprit et je teste les cœurs, pour qu'ils se donnent à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actions" (Jer 17: 9-10.) Les pharisiens avaient toutes les chances de se racheter, mais ils ne voulaient pas, car leur cœur était indigne de confiance, loin de Dieu, même s'ils appartenaient en apparence à Dieu, d'où leur hypocrisie dans la parabole de Luc, alors que le mendiant Lazare a un cœur pur et mérite de jouir de la vision de Dieu, il est en fait décrit comme étant dans le ventre de Abraham, le riche qui a un cœur perfide et hypocrite est dans le supplice c'est physique parce qu'actuellement le corps est mort, mais c'est spirituel, donc beaucoup plus aigu et intemporel: ça ne finira jamais, c'est pour toujours. Et la gravité de ce tourment est encore plus accentuée par Abraham, quand il dit "entre nous et toi est un grand abîme a été créé, ceux qui veulent passer par ici vous, personne de plus, à partir de là, ne peut nous atteindre".

La parabole, rapportée par l'évangéliste Luc, réaffirme précisément ce concept: que nous dit-elle lorsque le riche se tourne vers Abraham? "Aie pitié de moi, envoie Lazare plonger le bout de son doigt dans l'eau et me laver la langue, car je souffre terriblement de cette flamme". Alors que Lazare est un mendiant qui attend patiemment, l'homme qui vit en confiance dans le Seigneur et se met tout entier en lui. Cet homme est "comme un arbre planté au bord de cours d'eau, qui porte ses fruits au moment opportun: ses feuilles ne se fanent pas et tout ce qu'il fait, il réussit [...]. Car le Seigneur veille sur le chemin des justes, le chemin des méchants est en ruine ". (Ps 1: 3-6); "c'est comme un arbre planté le long d'un ruisseau, il étend ses racines vers le courant; il n'a pas peur de la chaleur, ses feuilles restent vertes, l'année de sécheresse, il n'y a pas de douleur, il ne cesse de produire des fruits". (Jer 17: 8). Avec cette parabole, Luc nous dit que Jésus est l'accomplissement de chaque prophétie.

Lorsque notre existence terrestre finira, nous entrerons dans la connaissance parfaite de Dieu, nous comprendrons les mystères de Dieu et, à la lumière de cette connaissance, nous comprendrons également pleinement la vie que nous avons menée. À ce moment précis, nous réaliserons que nous ne pourrons pas atteindre la communion avec Lui si, dans la vie terrestre, nous n'avons pas pris la peine de le placer au premier rang: c'est seulement à ce moment-là que nous en prenons pleinement conscience. Cependant, il ne sera plus possible de suivre un chemin possible uniquement lorsque nous serons dans la dimension terrestre "Ils ont Moïse et les Prophètes, écoutez-les". Ce qui est contrariant, c'est que lorsque cela sera réalisé, il ne restera plus rien à faire et ce sera pour toujours; la conscience d'avoir erré dans la conduite de sa vie sera inutile, car maintenant tout sera fini; avec la fin des temps, le remords ne peut pas être transformé en repentance, et la douleur d'avoir perdu le plus grand bien se transformera en ce tourment éternel semblable au feu: une punition vraiment terrible, s'il est vrai que même le bout d'un doigt humide est vrai dans l'eau, il suffirait d'avoir du relief!

Maintenant, le message de base est clair, et c'est ce que Jésus résumera en s'adressant aux pharisiens: «Ainsi, vous avez annulé la parole de Dieu au nom de votre tradition. Hypocrites! avec ses lèvres mais son cœur est éloigné de moi" (Mt 15: 6-8), ce qui signifie en un mot que vous ne m'avez pas reconnu. Et les pharisiens ne reconnaîtront pas Jésus même après la résurrection, pour cette raison, nous savons de la bouche d'Abraham" ils ne seront pas persuadés même si l'on se lève d'entre les morts".

La parabole de l'Évangile de Luc est très dure, car elle met en cause la responsabilité de son propre mode de vie: tout dépend du choix que l'on fait, en marchant vers Dieu ou vers la condamnation éternelle. Il sera alors inutile d'accuser Dieu de cette condamnation: c'est vous qui vous y êtes destiné, en choisissant la voie de la perdition! Et la situation de notre époque est terrible, parce que l'humanité avance dans la même direction que cet homme riche, vêtu de violet et de très fin lin, décrit dans la parabole. La culture d'aujourd'hui nous pousse vers la réalisation d'objectifs terrestres, pour satisfaire chaque désir personnel et professionnel. Le plus classique de la tentation du diable est l'insinuation sibylline de nous faire croire que nous pouvons devenir "comme Dieu", ce qui ne signifie pas aspirer à devenir éternel, mais satisfaire tous les désirs avec cupidité, coudes et se placer au-dessus de tout, ressentir "un dieu sur terre". Ici, donc, parce que Jésus proclame: "Si quelqu'un veut venir après moi, laissez-le se renier, prenez sa croix tous les jours et suivez-moi. Celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie pour moi, il le sauvera".
(Lc 9, 23-24).

Et encore: "Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui rend l'homme impur. En fait, c'est du cœur des hommes que naissent les intentions du mal: impureté, vol, meurtre, adultère, cupidité, méchanceté, tromperie, la débauche, l'envie, la calomnie, l'orgueil, la bêtise. Toutes ces mauvaises choses sortent de l'intérieur et rendent l'homme impur". (Mc 7,20-23) Si vous êtes dirigé par l'égoïsme, le carriérisme, le désir d'omnipotence, où vos actions vous mèneront-elles? Pour que vous connaissiez Dieu, vous devez avoir un cœur pur, et cela ne dépend que de vous. Vous décidez où aller, quelle décision prendre maintenant, ce qui aura des répercussions dans le temps à venir. Lazare est le modèle à suivre, à savoir celui d'un homme craintif de Dieu qui se confie en sa justice et sa miséricorde divines. O Seigneur, examine mon esprit, teste mon cœur, fais-moi comprendre la bonté de mes actes, pour que le diable ne puisse jamais me dominer, n'agisse pas sur ma volonté en instillant des désirs pervers et trompeurs, s'écartant de la vérité, me conduisant inexorablement à ce lieu de tourments éternels!

Tu es intéressé