Jésus libère

Signes

Petite fille libérée du diable

Aussitôt une femme qui avait sa fille possédée par un esprit impur, dès qu'elle le savait, alla se jeter à ses pieds.

Évangile - Marc [7, 24-30]

Partant de là, il se rendit dans la région de Tyr et de Sidon. Et est entré dans une maison, il voulait que personne ne sache, mais il ne pouvait pas rester caché. Aussitôt une femme qui avait sa fille possédée par un esprit impur, dès qu'elle le savait, alla se jeter à ses pieds. Or, cette femme qui le suppliait de chasser le diable de sa fille était grecque, d'origine syro-phénicienne. Et il lui dit: "Que les enfants soient d'abord nourris; il n'est pas bon de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens". Mais elle répondit: "Oui, Seigneur, mais même les petits chiens sous la table mangent les miettes des enfants". Puis il lui dit: "Pour cette parole que tu as, va, le diable est sorti de ta fille". De retour à la maison, elle a trouvé la fille allongée sur le lit et le diable était parti.

Exégèse - Marc de l'Évangile [7, 24-30]

Dans ce chapitre 7, Marc nous fait comprendre que Jésus est vraiment le Fils de Dieu à travers certains signes messianiques. Dans les 23 premiers versets, il nous présente le premier signe messianique, c'est-à-dire l'enseignement sur la pureté et l'impureté comme accomplissement de la loi: "Il n'y a rien d'extérieur à l'homme qui, entrant en lui, puisse le souiller, sont des choses; celles qui souillent l'homme viennent de l'homme. [...]

De l'intérieur, c'est-à-dire du cœur des hommes, les mauvaises pensées, les fornications, les vols, les meurtres, les adultères, la cupidité, la méchanceté, la tromperie, la luxure, l'envie, le blasphème, l'orgueil et la folie. Toutes ces choses mauvaises procèdent de l'intérieur et souillent l'homme".
(Mc 7, 15,21-23).

Il nous présente maintenant le deuxième signe messianique, la libération du diable et sa défaite: Jésus chasse le démon avant que, à la fin du chapitre 7, la guérison d'un sourd-muet ne soit rapportée, comme un autre signe messianique. Cette histoire de la petite fille affranchie du diable s'inscrit donc dans un contexte particulier: "Aussitôt une femme qui a fait posséder sa fille par un esprit impur, dès qu'elle l'a su, est allée se jeter à ses pieds".

Quelle stupéfaction! Cette femme était grecque, c'est-à-dire polythéiste et donc païenne; de plus, il était d'origine syro-phénicienne, loin de la culture juive. Et comment se déroule l'approche avec Jésus? Jésus lui dit: "Que les fils soient d'abord nourris; il n'est pas bon de prendre le pain des fils et de le jeter aux chiens". Et surprenante est la réponse de cette femme: "Oui, Seigneur, mais même les chiens sous la table mangent les miettes des fils" (les Juifs avaient l'habitude de donner le nom de "chiens" aux païens).

Certes, cette femme était éclairée; en effet, dès qu'elle connaît la présence de Jésus là où elle aussi a vécu, elle va le chercher et se jette à ses pieds: c'est toujours l'attitude qui précède toute demande de libération, c'est l'attitude de celui qui est certaine que Jésus est le fils de Dieu, se jeter à ses pieds est l'acte par lequel la femme déclare par gestes: "Je suis en présence de Dieu". Mais comment cette femme peut-elle être si sûre de la vraie nature de Jésus? Cette femme était une Grecque d'origine syro-phénicienne, elle était essentiellement païenne! Paul ira prêcher l'Évangile aux païens, parce qu'ils l'accueilliront, tandis que les Juifs le refusèrent: "En entendant cela, les païens se réjouirent et glorifièrent la parole du Seigneur, et tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle crurent. La parole du Seigneur se répandit dans toute la région. Mais les Juifs excitèrent les pieuses femmes de la noblesse et les notables de la ville et provoquèrent la persécution contre Paul et Barnabas et les chassèrent de leur territoire".
(Actes 13,48-50).

Mais qui a dit à cette femme syro-phénicienne qui était Jésus? Jacques répond à la question lorsqu'il affirme que la connaissance de Dieu en Jésus n'est possible que si nous avons la sagesse en nous, et "si l'un de vous manque de sagesse, demandez à Dieu, qui donne généreusement à tous et sans lui faire de reproches, et ce sera un rendez-vous". (Jas 1,5). Mais Marc ajoute quelque chose de plus, c'est comme s'il nous disait: cette femme était guidée par la sagesse, par une sagesse divine qui était exclue des pharisiens et des grands prêtres.

Souvenez-vous simplement de la belle prière de Jésus quand il dit que "Heureux les cœurs purs parce qu'ils verront Dieu". Cette femme, sans doute guidée par la Sagesse, se jette aux pieds de Jésus pour exprimer son appel, auquel Jésus répond: "Que les fils soient nourris d'abord" ou "J'ai été envoyée d'abord pour ceux qui appartiennent au peuple d'Israël", et donc "il n'est pas bon de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens", comme on appelait alors les païens. Mais la femme n'abandonne pas et sa réponse est audacieuse et incroyable: "Oui, Seigneur, mais même les chiens sous la table mangent les miettes des fils".

Jésus ne fait plus aucun commentaire, donc il a la preuve certaine que cette femme a compris par la Sagesse qui Il est: "Par cette parole de la tienne va, le diable est sorti de ta fille". Mais qu'est-ce que cette femme a dit de si important? Il a reconnu la puissance infinie du divin qui est en Jésus: bien qu'il n'appartienne pas à la tradition juive, il ne se présente pas à lui avec présomption, mais se jette à ses pieds dans un acte d'humble attente de la décision avec laquelle Jésus suivra ou non votre demande. En résumé, cette femme révèle, avec son attitude, la volonté d'accepter n'importe quelle volonté de Jésus et se compare aux petits chiens sous la table qui se contentent de miettes: elle n'attend que Jésus pour lui accorder ne serait-ce qu'un souffle de sa miséricorde. C'est l'attitude de celui qui a une foi inébranlable: abandonner, abonder, attendre; "Je reste ici parce que je suis sûr que tôt ou tard, même des miettes tomberont de la table".

Jacques nous exhorte à considérer une "joie parfaite, mes frères, lorsque vous subissez toutes sortes d'épreuves, sachant que votre foi, lorsqu'elle est mise à l'épreuve, produit de la patience. Et la patience achève son œuvre en vous, afin que vous soyez parfaits et entiers, sans manque de rien".
(Jas 1,2-4).

Cette femme a été testée par Jésus quand il lui rappelle qu'elle n'appartient pas au peuple d'Israël, mais elle réagit avec patience, sans abandonner son intention: sa foi est testée et la patience permet à Dieu d'achever son œuvre. Mais la sagesse a pu agir en elle car elle n'était pas dominée par les convoitises.

Marc nous présente donc cette femme comme un exemple à imiter pour arriver à reconnaître Jésus par l'intervention de la Sagesse, à condition qu'il soit libre de toute convoitise.

Tu es intéressé