Guérisons

Signes

Les dix lépreux

Le lépreux atteint de la lèpre portera des vêtements déchirés et la tête découverte, couvrira sa barbe et ira en criant: "Impur! Impur!".

Évangile - Luc [17,11-19]

Sur le chemin de Jérusalem, Jésus a traversé la Samarie et la Galilée. En entrant dans un village, dix lépreux le rencontrèrent et, debout à distance, élevèrent la voix en disant: "Jésus Maître, ayez pitié de nous!" Dès qu'il les a vus, Jésus a dit: "Allez vous présenter aux prêtres". Et comme ils allaient, ils étaient guéris. L'un d'eux, se voyant guéri, est revenu en louant Dieu à haute voix; et elle se jeta aux pieds de Jésus pour le remercier. C'était un samaritain. Mais Jésus observa: "Tous les dix n'ont-ils pas été guéris? Et où sont les neuf autres? N'a-t-il pas été trouvé quelqu'un pour retourner rendre gloire à Dieu, sauf cet étranger?" Et il lui dit: "Lève-toi et va, ta foi t'a sauvé!".

Exégèse - Luc [17.11-19]

Jésus est en route pour Jérusalem, passant par la Samarie pour se rendre en Galilée, quand dans un village, dix lépreux s'approchent de lui, s'arrêtent à distance et crient: "Jésus, maître, aie pitié de nous!"

La loi de Moïse prescrivait que quiconque avait la lèpre, par crainte de contagion, cet homme devait vivre hors des villages et des villes: "Le lépreux atteint de la lèpre portera des vêtements déchirés et la tête nue, couvrira sa barbe et ira en criant: "Impur! Impur!". Il sera impur tant qu'il aura la peste; il est impur, il restera seul, il vivra hors du camp".
(Niv 13,45-46).

Ils étaient tenus de signaler leur présence aux autres, car quiconque les rencontrait les éviterait. Celle du lépreux était une vie doublement douloureuse, à la fois du point de vue physique, avec souffrance, mutilation, pauvreté, misère, et du point de vue moral et spirituel, car ils étaient considérés comme impurs, incapables d'entrer dans le temple et aussi privés de confort humains, de la compassion de leurs familles, éloignés de tout et de tout le monde. Pour tout cela, la lèpre était la pire des maladies et équivalait en substance à la mort d'un juif.

Pourtant ces lépreux, ayant vu Jésus, ne l'invitent pas à partir, l'avertissant en disant "Nous sommes impurs", mais au contraire ils s'approchent, peut-être parce qu'ils ont compris, que seul Jésus est leur seul espoir et voici leur cri: "Jésus, Maître, ayez pitié de nous".

Pour les lépreux, la recherche de la guérison signifiait trouver la pureté afin de se réinsérer dans la communauté. Maintenant, dans ce cri, ils expriment une foi profonde en Jésus qui pourrait les guérir et leur rendre la pureté. Obtenir la pureté signifiait se sentir à nouveau accueilli par Dieu et pouvoir aller à lui pour recevoir la bénédiction promise à Abraham.

Jésus pourrait les guérir immédiatement mais il veut prouver leur foi et dit: "Allez vous présenter aux prêtres". Le prêtre devait vérifier la guérison et certifier la pureté du guéri (Lv 14,1-32). Et ils s'en vont, ils partent, ne se confiant qu'en la parole du Seigneur parce qu'ils croient, même si leur corps était encore couvert de lèpre. Leur foi est récompensée parce qu'en chemin, ils découvrent que la lèpre a disparu, ils sont guéris. Voici le miracle de la foi, seule la foi peut activer la puissance de Dieu lui permettant de travailler avec des merveilles.

De manière inattendue, l'épisode ne s'arrête pas là, des dix lépreux qui ont été guéris, un seul revient en louant Dieu à haute voix, se prosternant devant Jésus, à ses pieds, pour le remercier, il était un Samaritain. Ce lépreux guéri reconnaît en Jésus le Messager de Dieu, Dieu lui-même, et le remercie. Pour que cet homme soit sauvé.

Le peuple juif méprisait les Samaritains et n'avait pas grand chose à voir avec eux, mais les Samaritains avaient toujours observé les préceptes mosaïques tels qu'exprimés dans le Pentateuque, au cas où ce seraient les Juifs qui s'écarteraient de la bonne religion, ajoutant des innovations déviantes à la foi mosaïque correcte.

Mais Jésus observe: "Tous les dix n'ont-ils pas été guéris? Et où sont les neuf autres? N'y a-t-il pas trouvé quelqu'un pour revenir rendre gloire à Dieu, sauf cet étranger?" Jésus exprime son émerveillement, mais comment, devant un si grand prodige, ces neuf ne l'ont-ils pas reconnu?

Il est vraiment paradoxal qu'il n'y ait aucune nouvelle qu'à ce moment-là, d'autres pourraient faire des merveilles comme celle-ci. Pourtant, lorsqu'ils se mettent en route vers les prêtres, ils n'ont aucun doute sur leur guérison et en cela ils prouvent leur foi.

Mais même s'ils n'ont vu qu'un prophète en Jésus pourquoi ils ne jugent pas nécessaire de revenir le remercier. Sont-ils si ingrats? Étaient-ils uniquement intéressés par la guérison du corps?

Quand ils sont allés voir les prêtres, ils auront sûrement raconté leur rétablissement et qui était celui qui était l'auteur du prodige. On pourrait en déduire que les prêtres qui ne sont pas en faveur de Jésus, ont en quelque sorte essayé de le discréditer. On sait que le Samaritain était plus libre dans ses pensées et évaluait ce qui s'était passé sans aucune interférence. Il faut rappeler ici que ce seront les prêtres qui feront condamner Jésus au supplice de la croix. Cependant, l'évangéliste ne rapporte aucun commentaire, mais nous propose comme modèle que le Samaritain qui a vu la puissance de Dieu dans le signe, a cru et s'est sauvé, contrairement aux neuf autres.

Cette histoire nous témoigne que parfois le prodige ne suffit pas pour pouvoir croire, et cela peut nous arriver aussi, que Jésus a travaillé avec des signes dans notre vie. Notre réponse contient notre lendemain de salut ou de condamnation.

Tu es intéressé