Guérisons

Signes

Le serviteur du centurion

Nous sommes au deuxième miracle de l'Évangile de Matthieu. Et c'est le deuxième miracle que Jésus a fait à travers une guérison, et cela se réalise principalement pour la Parole et la foi.

Évangile - Matthieu [8,5-13]

C'est aussi la première qui se passe à distance, sans le contact physique de Jésus. Bien sûr, une guérison contre nature nous surprend, car elle met en évidence la rupture de Dieu dans la nature.

Lorsqu'il entra à Capharnaüm, un centurion le rencontra qui le supplia et lui dit: "Seigneur, mon serviteur est à la maison, au lit, paralysé et dans une douleur terrible". Il lui dit: "Je viendrai le guérir." Mais le centenier répondit: "Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis juste le mot et mon serviteur sera guéri. Même si je suis aussi un subordonné, j'ai des soldats sous mon toit et j'en dis un: "Allez!", Et il va; et à un autre: "Viens!", Et il vient; et à mon serviteur: "Fais ceci!", Et il le fait". En l'écoutant, Jésus fut étonné et dit à ceux qui le suivaient: "En vérité, je vous le dis, je n'ai trouvé personne en Israël avec une si grande foi! Maintenant, je vous dis que beaucoup viendront d'Orient et d'Occident et s'asseoiront à table avec Abraham, Isaac et Jacob dans le royaume des cieux, tandis que les enfants du royaume seront jetés dans les ténèbres, où il y aura des pleurs et des grincements de dents". Et Jésus dit au centurion: "Va, que cela t'arrive comme tu as cru." En cet instant, son serviteur fut guéri.

Exégèse - Matthieu [8,5-13]

Nous sommes à Capharnaüm, où Jésus a d'abord exercé son activité, et un centurion, un officier subalterne probablement au service d'Hérode Antipas, gouverneur de Galilée, vient à sa rencontre. Le centenier n'était pas juif mais gentil, et on peut en déduire qu'il était un prosélyte.

Au début, il cherche Jésus puis, l'ayant trouvé, il se tourne vers le Seigneur, lui présentant un cas devant lequel il est impuissant. Comme il ne se résigne pas aux souffrances produites par la maladie, il s'adresse à Jésus par les mots suivants: "Seigneur, mon serviteur est à la maison, au lit, paralysé et dans une douleur terrible". Il continue: "Dis simplement la parole et mon serviteur sera guéri".

En d'autres termes, le centenier dit à Jésus: "Tu es ce Dieu qui a tout fait avec la Parole, et ta parole a une puissance divine".

Et Jésus répond au centurion: "Allez, que cela vous arrive comme vous avez cru". Et à ce moment précis, le serviteur guérit! Matthieu souligne que la guérison du serviteur n'est pas l'œuvre de Jésus, mais de la grande foi du centurion: avec la volonté de reconnaître la divinité de Jésus, le centurion obtient ce qui est demandé et devient un modèle de foi. En fait, Jésus dit: "Je n'ai jamais trouvé une si grande foi en tout Israël". La foi consiste donc à reconnaître en Jésus la parole de Dieu, pas seulement une parole savante, mais une parole qui a la puissance de Dieu en elle. Un mot qui crée. Un mot qui se rend compte.

Nous aussi, nous avons besoin de la Parole de Jésus et d'y croire pleinement, pour y sentir la présence de Dieu, non pas une présence imaginaire mais une présence qui se reflète dans l'histoire, dans les faits concrets de chaque jour.

C'est l'acte de foi. C'est l'acte qui se fonde sur la reconnaissance de la Parole. Et l'expression du centenier "Dis juste un mot" est belle, ce qui révèle sa conscience confiante dans la puissance de la parole de Jésus. En tant que centurion, il a l'expérience de la parole obéie, c'est-à-dire des ordres que ses commandants lui imposent et que il suit; et aussi de la parole commandée, celle qu'il adresse à ses subordonnés, qui alors obéissent et exécutent. Si tel est le cas, il a une confiance illimitée dans la Parole, dans la puissance de la Parole de Dieu.

Tous les miracles sont accomplis par la foi en la Parole! Nous devons rechercher cette Parole, la reconnaître comme la puissance de Dieu de faire Sa volonté. En apparence, il semble facile de faire la volonté de Dieu, mais cela devient difficile lorsque nous laissons le doute s'insinuer et donner plus de crédibilité à nos désirs qu'à des plans divins: une tentation dangereuse et fréquente, qui tente de confondre notre volonté avec celle de Dieu En fait, il est de coutume de demander l'aide de Dieu pour réaliser nos désirs et de se plaindre parce que le Seigneur ne s'est pas fait entendre, mais il ne peut pas nous aider parce que notre volonté ne conduit pas au salut. Ensuite, le changement indique le centurion, qui demande au Seigneur de nous apprendre à comprendre sa volonté afin de pouvoir l'accomplir.

Pour faire la volonté de Dieu, nous ne devons pas nier notre volonté parce que notre volonté est un fait fondamental en nous. C'est la volonté qui crée notre identité; et le Seigneur aime notre identité, parce que le Seigneur nous aime individuellement. Le Seigneur ne nous enlève pas notre volonté, mais nous devons éclairer notre volonté afin que nous devenions capables d'accomplir sa volonté. Il faut demander avec insistance à Jésus: "Seigneur, donne-moi ta sagesse pour que je connaisse ta volonté". Cette demande est inhérente au Notre Père, qui nous apprend à demander "Notre Père [...] que ta volonté soit faite" ou "Montre-moi ta volonté pour que je puisse la suivre". Et le Père répond à cette demande en nous donnant la capacité de reconnaître Jésus, de sorte qu'en obéissant à Jésus la volonté du Père soit faite.

Cela peut paraître compliqué mais ce n'est pas tant que la parabole donne comme exemple son succès par un païen. Ce païen (le centurion) qui n'a jamais fréquenté aucune école pour comprendre à quoi devait ressembler la relation avec Dieu, mais qui avait néanmoins en lui ce grand don, le don de reconnaître Jésus et de reconnaître la force de sa parole parce que c'est la Parole Cette attitude intérieure doit pousser la volonté de dire: "Seigneur, je ne veux faire que ta volonté, fais-moi connaître ta volonté". Ce n'est qu'ainsi qu'il nous manifestera sa volonté et nous fera comprendre que la volonté de Dieu est en Jésus et que nous devons vivre selon son évangile. Ce sera le point d'arrivée, ce sera notre Noël, car ce sera le moment où Jésus naîtra en nous. Et Il nous insufflera sa sagesse, guidera notre volonté et nous insufflera le don de l'Esprit. Et tout ce qui paraissait impossible auparavant deviendra possible.

Tu es intéressé