Libérations

Signes

Possédé de Gádara

Dans ce récit, Matthieu nous offre l'opportunité de comprendre le pouvoir de Jésus sur de tels esprits.

Évangile - Matthieu [8,28-34]

Lorsque Jésus atteignit l'autre rive, au pays des Gadarèni, deux possédés, sortant d'un cimetière, vinrent à sa rencontre; ils étaient si furieux que personne ne pouvait suivre cette voie. Et voici, ils se sont mis à crier: "Que veux-tu de nous, Fils de Dieu? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps?". A une certaine distance d'eux se trouvait un grand troupeau de porcs au pâturage; et les démons le supplièrent en disant: "Si vous nous chassez, envoyez-nous dans le troupeau de porcs". Il leur a dit: "Allez!" Et ils sortirent et entrèrent dans les porcs; et voici, tout le troupeau se précipita de la falaise dans la mer et mourut dans l'eau. Les bergers se sont alors enfuis et, entrant dans la ville, ils ont tout raconté et aussi le fait des possédés. La ville entière est alors sortie à la rencontre de Jésus: quand ils l'ont vu, ils l'ont supplié de quitter leur territoire.

Exégèse - Matthieu [8,28-34]

Nous sommes à la fin du chapitre 8, où Matthieu souligne les trois signes messianiques et, en particulier, la guérison des malades et la libération des esprits impurs. Dans ce récit, Matthieu nous offre l'opportunité de comprendre le pouvoir de Jésus sur de tels esprits. Auparavant, toujours dans ce chapitre, Matthieu rapporte l'histoire de la tempête calmée, au cours de laquelle Jésus intervient pour calmer le vent et les eaux de la mer; à première vue, une certaine curiosité est éveillée par le fait que même le vent et les vagues des eaux obéissent à Jésus, mais de cette manière Matthieu met en évidence comment Jésus agit sur eux car il savait qu'ils étaient soumis, à ce moment-là, à l'action d'un esprit impur; et en fait il ne s'est pas contenté de les apaiser, mais "s'est levé, a grondé le vent et la mer, et il y avait un grand calme"
(Mt 8,26).

Comment se fait-il que Jésus agisse sur eux en parlant comme il le ferait avec des gens, avec des êtres vivants qui comprennent le langage humain et certainement pas avec les éléments? Il est évident que dans ce cas, le malin a usé, comme il le fait parfois, de la création pour se rager contre l'homme; et puis Jésus, qui est venu nous libérer de ces mauvais esprits, se lève et impose son pouvoir sur les événements indésirables.

Or Matthieu nous dit que le diable a été vaincu pendant la traversée, mais attend Jésus sur le terrain; en effet, ayant atteint l'autre rive dans le pays des Gadaréniens, Jésus, qui était habituellement accueilli par les foules qui affluaient, est plutôt attendu par deux possédés qui vont à sa rencontre pour lui faire face, et se mettent à crier: "Que voulez-vous de nous, Fils de Dieu "Êtes-vous venu ici pour nous tourmenter à l'avance?".

Ce cri "Fils de Dieu" est important: c'est une affirmation qu'aucun de ses disciples n'avait jamais faite, la même que celle décrite par Luc pour l'épisode de la Synagogue de Capharnaüm où, même dans ce cas, un possédé approché par Jésus lui crie contre: "Assez! Que voulez-vous de nous, Jésus de Nazareth? Êtes-vous venu nous ruiner? Je sais qui vous êtes: le saint de Dieu!".
(Lc 4,34).

Les évangélistes s'accordent pour nous laisser témoigner que le diable sait très bien qui est Jésus, tandis que les hommes le proclament prophète, les autres un envoyé de Dieu, sans pouvoir le reconnaître immédiatement comme fils de Dieu. Le plus choquant est donc que le diable est pleinement conscient du mystère de Jésus, le Fils de Dieu: "Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps?", comme pour dire "que fais-tu ici maintenant, ta présence me dérange, tu es venu trop tôt, avant mon royaume fait de cette terre et des hommes qui y habitent"; et c'est pourquoi les gens de Gadara "sont sortis à la rencontre de Jésus: quand ils l'ont vu, ils l'ont supplié de quitter leur territoire": le mal subjuguait tous les habitants de cette ville au point de les opposer à Jésus, le Bien suprême, le "perturbateur" du mal; et ils l'ont supplié de partir.

Jésus est un obstacle à l'œuvre diabolique; ce n'est pas par hasard que les deux démons du rivage lui demandent sournoisement, s'il est chassé, d'être envoyé dans le troupeau de porcs; et c'est arrivé: le troupeau est tombé de la falaise et est mort dans les vagues, causant de nouveaux dégâts aux Gadarenos, qui ont perdu un troupeau entier et se sont sentis "menacés" par la présence de Jésus; ils ne se souciaient pas du fait que les deux concitoyens possédés par des démons avaient été libérés, mais du "tourment" que Jésus leur causait par sa présence et son œuvre; mais il ne pouvait en être que ainsi, puisque celui qui les guidait et les inspirait contre Jésus était le diable lui-même.

Les deux possédés sont décrits comme furieux à tel point que personne ne pouvait plus emprunter cette voie: l'action démoniaque agit pour déséquilibrer et déstabiliser toute la personne humaine, à tel point que lorsqu'ils ont quitté le corps des hommes et sont entrés chez les porcs, tout le troupeau est tombé dans vagues et a péri. Mais pourquoi Jésus permet-il que cela se produise? Doit-on en déduire qu'il était un imbécile, un imprudent, qui ne savait pas ce qui allait se passer? Permettre aux démons d'aller aux porcs est, pour Jésus, une occasion précieuse de démontrer ce que le démon est capable de faire, qui atteint même la destruction de tout un troupeau, un atout inestimable pour la subsistance de ce peuple (les Gadarenos), car le provoquer; que les gens, cependant, ont maintenant le choix de rester avec Satan et de périr complètement ou de rester avec Dieu et ont l'option d'être libérés de la captivité du démon.

Matthieu, dans sa narration, fait plus, nous pousse à réfléchir: qui sont les vrais possédés? Qui est du côté du diable? L'action diabolique se déduit de l'état dans lequel se trouve le malade: les deux possédés sur le rivage sont furieux, parce qu'ils refusent de se soumettre à la volonté de Satan, et avec leurs moyens limités, ils essaient de se rebeller contre sa puissance; les Gadarèni, par contre, sont "calmes" et exécutent les directives du malin (ils chassent Jésus), car ils sont maintenant devenus son instrument; ils sont les possédés réels et c'est pour cette raison que Jésus ne guérit que les deux obsédés, qui refusent toujours d'être subjugués par Satan et - avec leur tourment - montrent qu'ils veulent le rejeter.

L'enseignement de cette parabole est donc celui d'être toujours vigilant envers une éventuelle action démoniaque, car c'est très féroce, surtout lorsque la personne s'est mise à suivre Jésus: pour le diable c'est une défaite et il fera tout son possible pour la décourager sur le chemin et la faire reculer vers lui. Quiconque est fidèle au Seigneur sera toujours attaqué par cette force qui conduit au combat intérieur; mais Jésus ne l'abandonne pas à lui-même, il le soutient, le soutient et peut lui rendre la paix (en fait les deux possédés sont guéris): pour cette raison, malgré les attaques, il ne faut jamais cesser de le chercher, d'aller à sa rencontre, de le suivre, croyez en lui et en ses promesses.

Nous sommes tous exposés à cette force maléfique, dont les armes résident dans la flatterie et les plaisirs terrestres; si nous persévérons dans la vigilance, nous ne serons pas pris par surprise et nous ne tomberons pas dans des pièges diaboliques: ce n'est qu'ainsi, et avec l'aide de Dieu, que nos certitudes ne seront pas sapées, et rien ne pourra nous séparer du Bien suprême. C'est seulement en toi, Seigneur, que nous pouvons trouver la force et la certitude de ne pas tomber entre les mains du malin: "Seigneur, vers qui irons-nous? Vous seul avez les paroles de la vie éternelle et nous avons cru et connu que vous êtes le Saint de Dieu".
(Gv 6,68-69).

Tu es intéressé