Signaux

Signes

Jésus multiplie les pains et les poissons

Résumé

Évangile - Luc [5, 1-11]

Alors que la foule se pressait autour de lui pour entendre la parole de Dieu, Jésus, debout au bord du lac de Gennèsaret, vit deux bateaux s'approcher du rivage. Les pêcheurs étaient descendus et lavaient leurs filets. Il monta dans un bateau, qui appartenait à Simon, et lui demanda de s'éloigner un peu de la terre. Il s'est assis et a enseigné aux foules depuis le bateau. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon: "Va dans les profondeurs et jette tes filets pour la pêche". Simon a répondu: "Maître, nous avons travaillé toute la nuit et nous n'avons rien attrapé; mais sur votre parole, je laisserai tomber les filets".

Ils l'ont fait et ont attrapé une énorme quantité de poissons et leurs filets se sont presque cassés. Puis ils ont fait signe à leurs compagnons de l'autre bateau de venir les aider. Ils sont venus et ont rempli les deux bateaux jusqu'à ce qu'ils coulent presque. Voyant cela, Simon Pierre se jeta à genoux en disant: " Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un pécheur".

En effet, l'étonnement l'avait envahi, ainsi que tous ceux qui étaient avec lui, pour la pêche qu'ils avaient faite; ainsi que James et John, fils de Zébédée, qui étaient les partenaires de Simon. Jésus dit à Simon: "N'aie pas peur, désormais tu seras pêcheur d'hommes". Et, ayant tiré les bateaux à terre, ils ont tout laissé et l'ont suivi.

Exégèse - Luc [5, 1-11]

Debout au bord du lac du Gennèsaret, entouré de la foule venue l'écouter, Jésus aperçoit deux bateaux amarrés sur le rivage, d'où descendent quelques pêcheurs qui, résignés pour cette nuit inutile sans avoir bientôt de poisson, lavent et mettent leur filets. Jésus monte dans le bateau et demande à Simon Pierre de sortir un peu de la terre. Pierre déplace le bateau, afin que le Maître puisse enseigner plus confortablement la foule qui se pressait de plus en plus sur la plage.

Ayant fini de parler, Jésus dit à Simon: "Sortez dans les profondeurs et jetez vos filets pour la pêche". Simone est étonnée et ne retient pas un commentaire presque désapprobateur: "Maître, nous avons lutté toute la nuit, même si c'est le moment propice pour la pêche, malgré notre fatigue nous n'avons rien attrapé, mais en faisant confiance à votre parole je jetterai les filets". Puis Pierre prend son envol, pose les filets sur la parole de Jésus, professant ainsi la plus grande foi et la plus grande obéissance envers le Maître.

L'obéissance détermine le miracle, car Pierre fait confiance aux paroles de Jésus: la pêche devient une prise miraculeuse, à tel point que les filets menacent de se casser, à tel point que l'aide d'un autre bateau est nécessaire, à tel point que les deux bateaux sont si pleins de poisson qu'ils ont presque coulé.

Le contraste entre la capture inutile précédente et la capture très abondante faite conformément à la parole de Jésus est évident. La réaction de Pierre au signe de la capture miraculeuse est extraordinaire: étonnement, presque incrédulité face à un fait humainement incompréhensible et, avec acte de foi authentique", il se jeta aux genoux de Jésus en disant: "Seigneur, détourne-toi de moi, car je suis pécheur". C'est extraordinaire ce qui émerge de son âme et de la conscience en reconnaissant ses péchés, ses limitations, et c'est aussi l'aveu d'indignité, comme l'a fait le prophète Isaïe au moment de sa vocation.
(cfr. Is 6,5).

La reconnaissance du péché par Pierre n'est pas la confession d'une vie de péché, mais plutôt la reconnaissance de la distance entre l'homme et Dieu, de sa propre condition d'indigne et de pécheur. Et cet "appel à la pêche" montre que le ministère de Pierre n'a pas été accordé pour ses qualités, mais pour la gratuité de Dieu! Les paroles de Jésus qui clôturent le dialogue sont des paroles prophétiques: l'invitation initiale "Sortez dans les profondeurs", témoigne que cette invitation prend l'aspect de la manifestation de Dieu, et ce n'est pas un ordre mais une parole prophétique qui anticipe un réalité peu de temps après confirmée dans sa vérité.

Le signe de la pêche miraculeuse du poisson révèle la puissance de la parole de Jésus et tout aussi puissante sera la promesse, qui fera de Pierre un "pêcheur d'hommes". Oui, sur la parole de Jésus Pierre a attrapé une grande quantité de poissons, mais ce n'est que le prélude à un succès qui sera encore plus grand quand, sur la parole même de Jésus, il jettera son filet dans le monde.

Certes, la parole prophétique de Jésus est puissante dès le premier moment, comme le suggère l'expression "ne crains pas, désormais..."; en fait, pour Pierre, une nouvelle époque commence immédiatement en tant que pêcheur d'hommes; et la conclusion de la pièce est inattendue et surprenante: "ils ont tout laissé et l'ont suivi". Cet appel ne vient pas d'un ordre, mais de l'appel d'une Parole vigoureuse, capable d'indiquer une pêche abondante, mais aussi de faire ce "oui" qui transforme toute vie en désir et en maturité.

Évangile - Jean [21, 1-14]

À ce moment-là, Jésus se révéla de nouveau aux disciples sur la mer de Tibériade. Et il se manifesta de cette manière: Simon Pierre, Thomas dit Dio, Nathanaël de Cana de Galilée, les fils de Zébédée et deux autres disciples étaient ensemble. Simon Pierre leur a dit: "Je vais à la pêche". Ils lui ont dit: "Nous venons aussi avec vous". Puis ils sortirent et montèrent dans le bateau; mais cette nuit-là, ils n'ont rien attrapé.

A l'aube déjà, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne se rendirent pas compte que c'était Jésus. Jésus leur dit: "Enfants, n'avez-vous rien à manger?". Ils ont répondu: "Non". Puis il leur dit: "Jetez le filet sur le côté droit du bateau et vous trouverez". Ils l'ont jeté et ne pouvaient plus le tirer en raison de la grande quantité de poisson. Alors ce disciple que Jésus aimait dit à Pierre: "C'est le Seigneur!". Simon Pierre, dès qu'il apprit que c'était le Seigneur, passa sa robe autour de ses hanches parce qu'il était déshabillé, et se jeta à la mer. Les autres disciples, en revanche, sont venus avec le bateau, traînant le filet plein de poissons: en fait ils n'étaient pas loin du sol sinon à cent mètres.

Dès qu'ils sont arrivés à terre, ils ont vu un feu de charbon de bois avec du poisson dessus et du pain. Jésus leur dit: "Apportez quelques-uns des poissons que vous venez de pêcher". Puis Simon Pierre monta dans la barque et ramena le filet à terre plein de gros poissons cent cinquante-trois. Et bien qu'il y en ait eu tellement, le filet n'était pas cassé. Jésus leur dit: "Venez et mangez". Et aucun des disciples n'a osé lui demander: "Qui êtes-vous?", Car ils savaient très bien que c'était le Seigneur. Jésus monta, prit le pain et le leur donna, ainsi que le poisson. C'était la troisième fois que Jésus se révélait aux disciples, après être ressuscité des morts.

Exégèse - Jean [21, 1-14]

Jésus a accompli de nombreux signes de son vivant, ces signes peuvent-ils encore se produire après sa mort? Jean dit oui, et il nous le rapporte dans ce passage de la deuxième capture miraculeuse, qui a eu lieu après la résurrection de Jésus, comme un témoignage que ces signes peuvent encore se produire.

Après le prodige de la première prise, Pierre, André, Jacques et Jean quittèrent tout et suivirent Jésus, l'appel était le signe de cette prise, et Jésus avait également prédit la mission à Pierre, quand il dit: "N'ayez pas peur; désormais vous serez pêcheur d'hommes". Ils sont sur la mer de Galilée, ils sont tous retournés en Galilée, comme l'avait dit le jeune homme, assis à droite, vêtu d'une robe blanche: "Dites à ses disciples et à Pierre: Il vous précède en Galilée. Vous le verrez comme il vous l'a dit".
(Mc 16,7).

Et Pierre avec les disciples retourna au lac de Tibériade, ils se mirent à pêcher. Comme dans la première capture miraculeuse, cette fois aussi, ils ne capturent rien. Quand il était déjà l'aube et que les disciples revenaient sur le rivage déçus de voir de loin qu'il y avait quelqu'un qui les attendait, il y a un feu allumé et du poisson sur le gril à brûler.

Qui est-ce attend qu'ils mangent avec eux. L'ont-ils reconnu? Ils ne savent pas encore, mais ils ont commencé à se souvenir de la langue et, lorsqu'ils s'approchent, Jésus leur demande: "Avez-vous quelque chose à manger?", La demande de cet étranger est frappante: "Enfants, avez-vous quelque chose à manger?" Ils ont dit "non". L'étranger semblait bien savoir ce dont ils avaient besoin, et il leur donne le bon conseil: "Jetez le filet du côté droit et vous trouverez", et les apôtres l'ont jeté et ont attrapé beaucoup de poissons qui ne peuvent pas le tirer. Voici un passage différent de la première pêche, maintenant ils ont immédiatement jeté les filets sans faire de commentaire, peut-être parce qu'ils se souvenaient du résultat de la première pêche, dans leur cœur ils ont senti la présence de Jésus.

Pierre a dû penser: "Mais comment pourrais-je ne pas le reconnaître? Mais qui est-ce? Mais pourrait-il être Lui? Alors, dès que Pierre se demande, le disciple qui est avec lui dans la barque dit: "C'est le Maître" , comme pour dire: "ça ne peut être que lui, nous ne l'avons pas reconnu". Et Pierre, plein d'élan, se jette et se dirige vers le Seigneur. Une fois sur le rivage, ils mangent avec lui, à la question de Jésus: "Apportez du poisson que vous avez attrapé", ils apportent du poisson. "Cent cinquante-trois gros poissons ...", peut-être représentent-ils toutes les cultures qui se seraient ouvertes à l'Evangile et des peuples connus à l'époque de Jésus, qui aurait été évangélisé.

Les apôtres ont fait confiance immédiatement parce qu'ils ont compris l'autorité de cette parole, du commandement, ils n'ont opposé aucune résistance et Jésus a pu agir.

Saint Augustin déclare que les deux pêches miraculeuses représentent, la première l'église de ce monde et la seconde église du ciel. L'église ici-bas pêche partout et jette ses filets là où elle arrive, car on ne sait pas qui répondra à l'appel de Dieu. Mais l'église qui entrera au ciel ne jettera ses filets que du côté droit, puisque seuls les justes entreront le Royaume des Cieux.

Le Seigneur nous présente l'Église telle qu'elle sera à la fin des temps, tout comme avec une autre pêche, il a présenté l'Église telle qu'elle est dans le temps présent. Le fait qu'il ait fait la première prise au début de sa prédication, cette seconde, cependant, après sa résurrection, montre que ce trait de poisson représentait le bien et le mal dont l'Église est maintenant formée; cela ne représente au contraire que le bien qui formera définitivement l'Église, quand, à la fin du monde, la résurrection des morts sera achevée. De plus, lors de la première prise, Jésus n'était pas, comme maintenant, sur le bord de la mer, lorsqu'il a ordonné de jeter les filets pour la prise; mais il monta dans l'un des bateaux, celui qui appartenait à Simon, il le pria de sortir un peu du sol, puis, s'asseyant, il instruisit les foules depuis le bateau.

Quand il eut fini de parler, il dit à Simon: Sortez en mer et baissez vos filets pour la pêche. Et le poisson qu'ils pêchaient alors était ramassé dans les bateaux, car les filets n'étaient pas transportés à terre comme c'est le cas aujourd'hui. Pour ces signes, et pour d'autres que l'on pouvait trouver, dans cette pêche, l'Église du temps présent était représentée; en cela, cependant, l'Église est représentée telle qu'elle sera à la fin des temps. C'est pour cette raison que la première prise a été faite avant la résurrection du Seigneur, tandis que cette seconde a eu lieu après; parce que dans le premier cas le Christ représentait notre vocation, dans le second notre résurrection. Lors de la première pêche, les filets ne sont pas lancés uniquement à droite du bateau, c'est-à-dire uniquement les bons, et pas même seulement à gauche, c'est-à-dire uniquement les mauvais. Jésus dit simplement: laissez tomber vos filets pour la pêche, pour nous faire comprendre que le bien et le mal sont mélangés.

Ici au contraire, il précise: jetez le filet à droite du bateau, pour désigner ceux qui étaient à droite, c'est-à-dire uniquement les bons. Dans le premier cas, le filet s'est déchiré pour indiquer les divisions; dans le second cas, cependant, puisque dans la paix suprême des saints il n'y aura plus de divisions, l'évangéliste a pu faire remarquer: bien que les poissons soient nombreux - c'est-à-dire si gros - le filet n'était pas déchiré. Il semble faire allusion à la première pêche, lorsque le filet a été déchiré, afin de mieux mettre en évidence le résultat positif de cette pêche à partir de la comparaison avec cela. Dans le premier cas, ils ont attrapé une telle quantité de poissons que les deux bateaux, surchargés, ont coulé, c'est-à-dire qu'ils ont menacé de couler: ils n'ont pas coulé, mais nous les avons ratés. D'où viennent à l'Église tous les maux que nous déplorons, sinon du fait qu'il n'est pas possible de faire face à l'énorme masse qui entre dans l'Église avec des coutumes complètement étrangères à la vie des saints et qui menacent de submerger toute discipline?

Dans le second cas, cependant, ils ont jeté le filet à droite du bateau et ne pouvaient plus le tirer en raison de la grande quantité de poissons. Qu'est-ce que cela signifie: ils ne pouvaient plus le tirer? Cela signifie que ceux qui appartiennent à la résurrection de la vie, c'est-à-dire à droite, et finissent leur vie dans les filets du christianisme, n'apparaîtront que sur le rivage, c'est-à-dire à la fin du monde, lorsqu'ils se lèveront de nouveau. Pour cette raison, les disciples étaient incapables de tirer le filet pour renverser le poisson qu'ils avaient attrapé dans le bateau, comme ce fut le cas avec ceux dont le poids le filet déchirait et les bateaux risquaient de couler. L'Église possède tous ces poissons qui sont à droite du bateau, mais qui restent cachés dans le sommeil de la paix, comme dans les profondeurs de la mer, jusqu'à la fin de la vie, lorsque le filet, traîné sur une distance d'environ deux cent coudées, atteindront enfin le rivage.

Même maintenant, Jésus continue à agir, parce qu'il est vraiment ressuscité, mais il vous demande de continuer à avoir confiance même si vous ne pouvez pas Le voir, car il agit en vous, aussi longtemps que vous vous confiez à lui avec confiance, afin qu'il puisse agir. Mais que signifie se livrer à lui? Il fait sa volonté. C'est une invitation à continuer à être capable d'une foi qui peut nous conduire à l'abandon et à la capacité de discerner sa voix.

Tu es intéressé