Des miracles

Signes

Marie au mariage à Cana

Ainsi Jésus commença ses miracles à Cana de Galilée, manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui.

Évangile - Jean [2, 1-12]

Trois jours plus tard, il y a eu un mariage à Cana de Galilée et la mère de Jésus était là, Jésus et ses disciples ont également été invités au mariage. Pendant ce temps, quand le vin s'est épuisé, la mère de Jésus lui a dit: "Ils n'ont plus de vin". Et Jésus répondit: "Qu'ai-je à faire de toi, ô femme? Mon heure n'est pas encore venue". La mère dit aux serviteurs: "Faites tout ce qu'il vous dira". Il y avait là six jarres en pierre pour la purification des Juifs, contenant chacune deux ou trois tonneaux. Et Jésus leur dit: "Remplissez les jarres d'eau"; et les a remplis à ras bord.

Il leur dit à nouveau: "Maintenant, servir un peu et apportez-en au maître de table". Et ils lui en ont apporté. Et quand il eut goûté l'eau devenue vin, le maître de table, qui ne savait pas d'où elle venait (mais les serviteurs qui avaient tiré l'eau le savaient), appela l'époux et lui dit: "Tout le monde sert du bon vin depuis le début et, quand ils sont un peu ivre, le moins bon; au contraire, vous avez gardé le bon vin jusqu'à présent".

Ainsi Jésus commença ses miracles à Cana de Galilée, manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui. Après cela, il descendit à Capharnaüm avec sa mère, ses frères et ses disciples et n'y resta que quelques jours.

Exégèse - Jean [2, 1-12]

Dans l'épisode du mariage à Cana, saint Jean présente la première intervention de Marie dans la vie publique de Jésus et souligne sa coopération dans la mission du Fils.

Dès le début de l'histoire, l'évangéliste prévient qu '"il y avait la mère de Jésus" et, comme pour suggérer que cette présence est à l'origine de l'invitation adressée par les époux à Jésus lui-même et à ses disciples, il ajoute: "Jésus et ses disciples ont également été invités au mariage". Avec ces notations, Jean semble indiquer qu'à Cana, comme dans l'événement fondamental de l'Incarnation, c'est Marie qui introduit le Sauveur.

Le sens et le rôle qu'assume la présence de la Vierge se manifestent lorsqu'il n'y a pas de vin. Elle, en tant que ménagère experte et avisée, s'en rend immédiatement compte et intervient pour que la joie de tous n'échoue pas et, en premier lieu, pour aider les époux en difficulté.

S'adressant à Jésus avec les mots: "Ils n'ont plus de vin", Marie exprime son inquiétude face à cette situation, en attendant une intervention résolutive. Plus précisément, selon certains exégètes, la Mère attend un signe extraordinaire, puisque Jésus n'avait pas de vin disponible.

Le choix de Marie, qui aurait peut-être pu se procurer ailleurs le vin nécessaire, montre le courage de sa foi car, jusqu'à ce moment, Jésus n'avait fait aucun miracle, ni à Nazareth ni dans la vie publique.

A Cana, la Vierge montre une fois de plus sa totale disponibilité à Dieu. Celle qui dans l'Annonciation, croyant en Jésus avant de le voir, avait contribué au prodige de la conception virginale, ici, confiante dans la puissance non encore révélée de Jésus, la provoque. "premier signe", la prodigieuse transformation de l'eau en vin.

De cette manière, elle précède les disciples dans la foi qui, comme Jean le raconte, croiront après le miracle: Jésus "manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui". En effet, en obtenant le signe prodigieux, Marie offre un soutien à leur foi. La réponse de Jésus aux paroles de Marie: "Qu'ai-je à faire de toi, ô femme? Mon heure n'est pas encore venue", exprime un refus apparent, mettant presque à l'épreuve la foi de la Mère.

Selon une interprétation, à partir du moment où Jésus commence sa mission, il semble s'interroger sur la relation naturelle d'un fils, remise en cause par sa mère. La phrase, dans la langue parlée de l'environnement, entend, en effet, souligner une distance entre les personnes, à l'exclusion de la communion de vie. Cette distance n'élimine pas le respect et l'estime; le terme "femme", avec lequel il s'adresse à sa mère, est utilisé dans un sens qui reviendra dans les dialogues avec la Cananéenne, avec la femme samaritaine, avec la femme adultère et avec Marie-Madeleine, dans des contextes qui manifestent une relation positive de Jésus avec ses interlocuteurs.

Avec l'expression: "Qu'ai-je à faire de toi, ô femme?", Jésus entend placer la coopération de Marie sur le plan du salut qui, en engageant sa foi et son espérance, demande le dépassement de son rôle naturel de mère. La motivation formulée par Jésus paraît plus importante: "Mon heure n'est pas encore venue".

"Qu'est-ce que j'ai à faire avec toi, femme? Mon heure n'est-elle pas encore?". Jésus fait comprendre à Marie qu'à présent il n'est plus dépendant d'elle, mais doit prendre l'initiative de faire l'œuvre du Père. Marie s'abstient donc docilement d'insister avec lui et se tourne plutôt vers les serviteurs pour les inviter à lui obéir.

Dans tous les cas, sa confiance dans le Fils est récompensée. Jésus, à qui elle a totalement laissé l'initiative, opère le miracle, reconnaissant le courage et la docilité de la Mère: "Jésus leur dit: "Remplissez les jarres d'eau"; et ils les ont remplis à ras bord". Leur obéissance contribue donc également à obtenir du vin en abondance. La demande de Marie: "Faites tout ce qu'il vous dira" conserve sa valeur toujours présente pour les chrétiens de tous âges, et est destinée à renouveler son effet merveilleux dans la vie de chacun. Il nous exhorte à faire confiance sans hésitation, surtout lorsque nous ne comprenons pas le sens et l'utilité de ce que le Christ demande.

Comme dans le récit cananéen, le refus apparent de Jésus exalte la foi de la femme, ainsi les paroles du Fils: "Mon heure n'est pas encore venue", ainsi que l'accomplissement du premier miracle, manifestent la grandeur de la foi de la Mère et la force de sa prière.

L'épisode des noces de Cana nous exhorte à être courageux dans la foi et à expérimenter dans notre existence la vérité de la parole évangélique: "Demandez et elle vous sera donnée".

Audience générale de Jean-Paul II
Mercredi 26 février 1997
.

Tu es intéressé