Guérisons

Signes

Guérison d'un lépreux

La guérison d'un lépreux prend un sens encore plus profond, car la lèpre est une maladie horrible causée par la multiplication d'un bacille dans les tissus organiques: après avoir attaqué la peau, elle pénètre progressivement dans la viande, et la corrode au point que les pauvres les malades restent complètement défigurés.

Évangile - Matthieu [8,1-4]

Quand il est descendu de la montagne, une grande foule l'a suivi. Et voici, un lépreux s'approcha et se prosterna devant lui en disant: "Seigneur, si tu veux, tu peux me purifier". Jésus étendit la main et le toucha en disant: "Je le veux, sois purifié". Et à cet instant, il fut purifié de la lèpre. Jésus lui dit: "Veillez à ne le dire à personne, mais allez, montrez-vous au prêtre et faites l'offrande que Moïse a prescrite, et cela peut leur servir de témoignage".

Exégèse - Matthieu [8,1-4]

Avec les enseignements précédents sur la montagne, prêchés à la foule, Jésus voulait aussi former ses disciples, les préparer à leur mission. Maintenant, l'évangéliste nous présente Jésus, à qui toutes les forces de la nature sont soumises, comme guérisseur, celui qui est venu au monde pour guérir toutes nos infirmités. À cette fin, il regroupe dans les deux chapitres 8 et 9 dix miracles qui se sont produits à des moments différents, qui suivent un ordre logique. Ce chapitre 8 est marqué par la mise en œuvre de la mission de Jésus, basée sur trois signes messianiques: l'enseignement, la guérison des maladies, la libération du démon.

"Quand Jésus descendit de la montagne, une grande foule le suivit. Et voici, un lépreux s'approcha et se prosterna devant lui [...]"; mais pourquoi un lépreux et non un aveugle, sourd, paralytique? C'est aussi sa première guérison, donc l'intervention du lépreux prend un sens encore plus profond, car la lèpre est une maladie horrible causée par la multiplication d'un bacille spécial (Bacillus leprae) dans les tissus organiques: après avoir attaqué la peau, elle pénètre peu à peu dans la viande, et cela les corrode pour que les pauvres malades restent complètement défigurés.

Elle a toujours été reconnue comme contagieuse, et la loi ancienne avait pour cette raison prévu toute une série de précautions pour éviter le contact du peuple avec les lépreux: elle était difficile à guérir, elle était irréversible et dans la plupart des cas entraînait la mort. Maladie qu'aucun homme ne pouvait guérir, la lèpre était également considérée comme le signe du châtiment de Dieu; il suffit de rappeler l'exemple de Job qui, atteint de la lèpre, est consolé par certains de ses amis avec des arguments sur ses épreuves qui alourdissent encore plus ses souffrances, à tel point qu'il les définit comme des "consolateurs gênants" (Job 16, 2); commence ainsi une discussion entre Job et ses trois amis, convaincus que la souffrance est toujours et nécessairement une conséquence du péché; Job ne prétend pas être un homme parfait, mais il rejette fermement leur jugement et ne comprend pas la dureté apparente de Dieu à son égard.

Dans ce récit de l'Évangile de Matthieu, le lépreux va vers Jésus et demande à être purifié, car la lèpre constituait une poubelle légale (Et voici, un lépreux, s'approchant de lui, se prosterna devant lui, en disant: "Seigneur, si tu veux, tu peux purifie-moi"). Quiconque la toucherait deviendrait impur! Pourtant, ce lépreux a beaucoup de courage: il transgresse les normes de la religion pour pouvoir s'approcher et entrer en contact avec Jésus: "Si tu veux, tu peux me guérir!" c'est-à-dire "il n'y a pas besoin de me toucher, ta volonté suffit à me guérir!". Et incroyablement Jésus, "tendant la main, le toucha en disant: "Je le veux, sois purifié". Et à cet instant il fut purifié de la lèpre!".

La demande du lépreux à Jésus est très intéressante, qui ne dit pas "guéris-moi", mais "Seigneur, si tu veux, tu peux me purifier"; c'est l'attitude intérieure d'un homme qui manifeste la crainte de Dieu et a en lui la certitude absolue que Jésus a la puissance de Dieu et que rien ne lui est impossible. Qu'est-ce qui lui a permis de reconnaître Jésus? La foi, qui le pousse à surmonter même la peur d'être puni car la loi exigeait un isolement total pour ne pas infecter d'autres personnes.

Et bien que Jésus ordonne à l'homme: "Faites attention de ne le dire à personne, mais allez, montrez-vous au prêtre et faites l'offrande que Moïse a prescrite, et cela peut leur servir de témoignage", l'Évangile de Marc ajoute que l'homme ne parut pas, il commença plutôt à divulguer la nouvelle, à tel point que Jésus ne put plus entrer publiquement dans la ville, car il avait touché le lépreux et était donc devenu impur devant les autorités religieuses, rigoureuses interprètes de la loi de l'époque.

En fait, à ce moment-là, pour être réadmis dans la communauté, un lépreux avait besoin d'un "certificat de guérison" et la loi ordonnait qu'il soit délivré par un prêtre moyennant des honoraires de la personne guérie qui, s'il était riche, se composait de deux personnes des agneaux, un mouton, deux tourterelles ou deux colombes immaculées, et une quantité donnée de farine et d'huile; s'il était pauvre, il aurait offert un agneau et deux tourterelles ou deux colombes, et une moindre quantité de farine et d'huile.

Le fait que Jésus ait guéri le lépreux aurait été pour les prêtres un témoignage et une preuve qu'il était le Messie envoyé par Dieu; au lieu de cela, après avoir appris la guérison par les foules et non par le lépreux guéri qui - selon ce que Marc a rapporté - n'est pas venu vers eux, ont pris cela comme prétexte pour considérer Jésus lui-même comme impur et transgresseur de cette loi que la tradition avait établie pour la défense du pouvoir de jugement des prêtres et non du respect de la volonté du Père.

Au lieu de cela, ce qui compte, c'est le témoignage de la manière dont se déroule la guérison du lépreux, sans avoir besoin d'explications et de justifications supplémentaires: "Seigneur, si tu veux, tu peux me purifier". Jésus étendit la main et le toucha en disant: "Je le veux, sois purifié".

Tu es intéressé