Guérisons

Signes

Guérissez le fils du fonctionnaire du roi

Il y avait un fonctionnaire du roi qui avait un fils malade à Capharnaüm.
Jésus répond: "Va, ton fils vit".
Cet homme a cru la parole que Jésus lui avait dite et s'est mis en route.

Évangile - Jean [4: 43-54]

Au bout de deux jours, il est parti pour se rendre en Galilée. Mais Jésus lui-même avait déclaré qu'un prophète ne reçoit pas d'honneur dans son pays natal. Mais quand il arriva en Galilée, les Galiléens le reçurent avec joie, car ils avaient vu tout ce qu'il avait fait à Jérusalem pendant la fête; en fait, eux aussi étaient allés à la fête. Il retourna donc à Cana de Galilée, où il avait transformé l'eau en vin. Il y avait un fonctionnaire du roi qui avait un fils malade à Capharnaüm. Quand il a découvert que Jésus était venu de Judée en Galilée, il est allé vers lui et lui a demandé de descendre et de guérir son fils parce qu'il était sur le point de mourir. Jésus lui dit: "Si vous ne voyez pas les signes et les prodiges, vous ne croyez pas". Mais le fonctionnaire du roi a insisté: "Monsieur, descendez avant que mon bébé ne meure". Jésus répond: "Va, ton fils vit". Cet homme a cru la parole que Jésus lui avait dite et s'est mis en route. Au moment où il descendait, les serviteurs sont venus vers lui et lui ont dit: "Ton fils vit!" Puis il a demandé à quelle heure il avait commencé à se sentir mieux. Ils lui ont dit: "Hier, une heure après midi, la fièvre l'a quitté". Le père a reconnu qu'à ce moment même Jésus lui avait dit: "Ton fils vit" et il l'a cru avec toute sa famille. C'était le deuxième miracle que Jésus accomplit à son retour de Judée en Galilée.

Exégèse - Évangile selon Jean [4: 43-54]

Jésus quitte la Galilée et se rend en Judée, pour atteindre Jérusalem pour la fête et, en passant par la Samarie. Il y reste plusieurs jours, pendant lesquels de nombreuses personnes se convertissent. Puis il décide de retourner en Galilée, sachant que le peuple de Galilée le regarde avec une certaine réserve; mais Jésus veut retourner dans sa terre malgré le fait que, comme il l'affirme lui-même, "aucun prophète n'est le bienvenu dans sa terre". Les Galiléens, à cette occasion, l'accueillirent avec joie, mais seulement parce qu'ils avaient vu tout ce qu'il avait fait à Jérusalem; en fait, Jésus proclame clairement: "Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges, vous ne croyez pas". Ce n'était pas la foi que Jésus voulait.

Alors, quelle est la vraie foi? Jean, dans le passage cité, nous raconte précisément l'histoire de ce fonctionnaire du roi païen, qui s'approche de Jésus et le supplie de descendre chez lui pour guérir son fils avant qu'il ne meure. Et la réponse de Jésus est profondément éducative: il veut mettre la foi de cet homme à l'épreuve, vérifier s'il ne s'est tourné vers lui que pour avoir un signe de sa puissance; Mais malgré la réponse de Jésus, l'homme ne reste pas silencieux et répète la même demande: "Seigneur, descends avant que mon bébé ne meure!" À ce stade, Jésus décide de ne pas rentrer à la maison avec l'homme, mais simplement de le renvoyer avec un "Allez! Votre fils est vivant!".

Telle est la foi à laquelle Jésus aspire: il veut que le fonctionnaire croie sa parole, que l'enfant est déjà guéri parce que le Fils fait exactement la volonté du Père. Et le fonctionnaire ne le déçoit pas: il rentre chez lui, part confiant, et les domestiques le voient et courent lui dire que son fils est en bonne santé. Il se demande quand il a été guéri et découvre, avec une certitude étonnante, que c'était exactement le moment où Jésus lui a dit: "Ton fils vit!" Ainsi, il confirme que la fermeté de sa foi a sauvé son fils.

D'après les témoignages de l'Évangile, nous savons que Jésus n'agit jamais que s'il voit d'abord la foi; Il le fait remarquer lui-même à plusieurs reprises lorsqu'il dit: "votre foi vous a sauvé". C'est le cas, par exemple, de ce lépreux qui s'est approché de Jésus, s'est agenouillé devant lui et a crié: "Si tu veux, tu peux me guérir!", Et Jésus a répondu: "Va, présente-toi devant le prêtre"; et encore le cas de Jairo, le chef de la synagogue à qui on a dit "ta fille est morte" et Jésus l'a consolé en disant: "N'aie pas peur, continue à avoir la foi. C'est la foi qui permet à Jésus d'agir! Aussi à ce fonctionnaire Jésus répond: "Va, ton fils vit", parce qu'il a vu la vraie foi en lui.

Notre foi doit aussi être comme ça, un abandon total dans la certitude qu'il a la puissance de Dieu en lui, pas comme ce pharisien de la parabole de Luc, qui prie en se levant pour affirmer sa présence dans le temple avec plus d'arrogance. Il croit, il prie vraiment, mais il n'accomplit qu'une formalité religieuse, cherchant l'admiration de ceux qui, présents avec lui dans le temple, ne peuvent s'empêcher de le remarquer.

Telles sont les attitudes qui poussent Jésus à affirmer que notre cœur est loin de Dieu. En revanche, ce fonctionnaire, cet homme "qui n'est pas de l'Église", n'a pas besoin d'avoir de signes ou de prodiges: il ne s'oppose pas, il ne remet pas en question la véracité des paroles professées par Jésus, il n'a pas un miracle sur place; croyez-le sur parole, faites-lui confiance et partez Ce n'est qu'alors qu'il découvre, sans même délibérément enquêter, sur la véracité des déclarations de Jésus, à travers les serviteurs qui lui disent "votre fils vit". Extraordinaire! Voici la force de la foi, qui fait dire à Jésus lui-même: "En vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, chercherez et vous trouverez, frappez et elle vous sera ouverte."
(Lc 11,9).

Ce n'est pas un hasard si Jean termine le passage de l'Évangile en déclarant: "C'était le deuxième miracle que Jésus a accompli", un miracle qui n'est possible que pour ceux qui ont une foi profonde. La foi révèle ce que l'œil ne voit pas.

Tu es intéressé