Guérisons

Signes

Paralytique à la porte des moutons

La piscine est proche du Temple et est un lieu de tradition car, disait-on, ses eaux ont été émues par un Ange qui est descendu du ciel et, quand ils se déplaçaient, quiconque s'y plongeait était guéri de toutes les maladies.

Évangile - Jean [5,1-9]

Après ces événements, il y eut une fête des Juifs et Jésus monta à Jérusalem. À Jérusalem, près de la porte des moutons, il y a une piscine, appelée Bethesda en hébreu, avec cinq portiques. Sous ces arcades gisait une foule de malades, aveugles, boiteux et paralysés, attendant que l'eau bouge. En fait, un ange descendait de temps en temps dans la piscine et remuait l'eau: le premier qui courait se plonger, quand l'eau était remuée, se remettait de toute maladie, quelle qu'elle soit. Il y avait un homme là-bas qui était malade depuis 38 ans. Jésus, le voyant allongé et sachant qu'il était dans cet état depuis longtemps, lui dit: "Veux-tu guérir?". Le malade répondit: "Seigneur, je n'ai personne qui, quand l'eau est agitée, me plonge dans la piscine: pendant que j'essaye d'y arriver, un autre y plonge avant moi". Jésus lui dit: "Lève-toi, prends ta civière et marche." L'homme a été guéri instantanément; il prit sa civière et se mit à marcher. Mais ce jour-là était un samedi. Alors les Juifs dirent à l'homme qui avait été guéri: "C'est samedi et il n'est pas permis de porter sa civière".

Mais il leur répondit: "Celui qui m'a guéri m'a dit: Prends ta civière et marche." Puis ils lui demandèrent: "Qui est l'homme qui t'a dit: "Prends ta civière et marche?" Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui il était; en fait, Jésus était parti parce qu'il y avait foule à cet endroit. plus tard, Jésus le trouva dans le temple et lui dit: "Voici, tu es guéri! Ne pèche plus, pour qu'il ne t'arrive plus rien. L'homme est parti et a dit aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri. C'est pourquoi les Juifs ont persécuté Jésus, parce qu'il a fait de telles choses le jour du sabbat. Mais Jésus leur dit: "Mon Père agit même maintenant et moi aussi j'agis". Pour cette raison, les Juifs ont essayé encore plus de le tuer, parce que non seulement le jour du sabbat, mais il a appelé Dieu son Père, se rendant égal à Dieu.

Exégèse - Jean [5,1-9]

C'était un jour de fête pour les Juifs. On ne précise pas quelle fête, mais on dit que c'était le samedi, qui est la "fête du repos": pour les juifs, compte tenu du fait que le septième jour de la création Dieu s'est arrêté pour "se reposer", le Shabat (signifie littéralement " cesser de fumer") est le jour où l'abstention de tout travail, guérison, étude et actions similaires doit être strictement observée. Jésus monte donc ce jour-là à Jérusalem où, près de la porte des brebis, il y a une piscine appelée en hébreu Bethesda, qui dans la langue locale signifie "Maison de la Miséricorde".

La piscine est proche du Temple et est un lieu de tradition car, disait-on, ses eaux ont été émues par un Ange qui est descendu du ciel et, quand ils se déplaçaient, quiconque s'y plongeait était guéri de toutes les maladies. C'était un signe par lequel la tradition juive soutenait que Dieu était toujours présent et actif, à travers le mouvement des eaux et les guérisons qui ont eu lieu dans cette piscine. Jean nous décrit que, malgré une grande foule de malades, d'aveugles, de boiteux et de paralytiques, Jésus ne guérit qu'un seul homme, ce malade en particulier pendant trente-huit ans, prenant l'initiative parce qu'il veut laisser un signe de la présence de Dieu. Cet épisode rappelle la parabole de Matthieu sur la brebis perdue: "Si un homme a cent moutons et que l'un d'eux s'égare, ne laissera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf sur les montagnes et ira chercher celui qui est perdu?".
(Mt 18,12).

Bref, la brebis perdue représente la fatigue de ceux qui cherchent Dieu et rencontrent de nombreux obstacles qui les empêchent de le retrouver. Le passage de Jean décrit la fatigue de ce paralytique qui désire de toutes ses forces se plonger dans les eaux de la piscine mais qui, interrogé par Jésus sur sa volonté de guérir, répond: "Seigneur, je n'ai personne qui, quand il s'agite "l'eau, plonge-moi dans la piscine: pendant que j'essaye d'y arriver, un autre plonge dedans avant moi". Jean nous ramène à l'attitude intérieure de cet homme, désireux de s'immerger, c'est-à-dire de rencontrer Dieu, pourtant sa condition est un obstacle, d'autres le précèdent et ne lui permettent pas de le rencontrer. Il vit ce drame de ne pas couronner son désir de rencontrer Dieu.

"Jésus lui dit:" Lève-toi, prends ta civière et marche. "L'homme a été guéri instantanément; il a pris sa civière et s'est mis à marcher." Quel étonnement cet homme a dû ressentir quand on lui a dit "levez-vous, prenez votre civière et marchez"; doit avoir pensé: comment puis-je me lever si je n'ai pas pu marcher pendant trente-huit ans? Cependant, John dit qu'immédiatement l'homme a été guéri et a commencé à marcher. Une force incroyable, une vigueur extraordinaire amène cet homme à croire en ce mot, malgré la réticence de sa raison humaine. C'est la puissance de la parole de Jésus, c'est-à-dire du Père. Ce malade ne connaît pas encore Jésus, mais à cet instant il reçoit la réponse à sa recherche effrénée de Dieu; puis il croit en ce mot, se lève et s'en va.

Quand il trouva Jésus dans le temple, il lui dit: "Voici: tu es guéri! Ne pèche plus, pour qu'il ne t'arrive plus rien". Peut-être que cet homme était un pécheur, mais il était malade depuis trente-huit ans: difficile à croire; peut-être cet homme avait-il été emprisonné dans son infirmité par la force démoniaque, comme cette femme courbée, pendant dix-huit ans en proie à un esprit qui la maintenait malade: Jésus l'a vue, l'a appelée et l'a guérie (Lc 13, 10-13). Dans ce cas également, le miracle a eu lieu dans la synagogue samedi: dès qu'il l'a vue, Jésus a pris l'initiative et l'a libérée de l'esclavage.

Le péché est inhérent à la présence diabolique qui veut emprisonner l'homme, et ce paralytique était malade précisément parce qu'il a été écrasé par l'action de satan; maintenant Jésus, dans cette invitation à ne pas pécher, l'exhorte à être vigilant, pour ne pas s'éloigner de Dieu.Jean révèle ici le grand signe messianique de cette guérison extraordinaire: Jésus surmonte toute force diabolique, nous libérant de toute infirmité. Alors cet homme est allé dire aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri, parce qu'il avait compris.

Quand nous marchons vers Dieu, nous ne pouvons pas encore le connaître, tout comme ce malade de Jérusalem ne connaissait pas encore Jésus; il ne l'avait même pas trouvé dans la foule immédiatement après sa guérison, car Jésus, pour ne pas être vu, avait immédiatement disparu. Il le revoit alors dans le temple et ce n'est qu'ici qu'il reconnaît Jésus comme l'auteur de sa guérison: il court annoncer qui il a vu, révélant aux Juifs que c'est Jésus qui l'a guéri. Cette annonce les exaspère parce qu'ils croient qu'il a travaillé contre la loi, sans observer le sabbat; "Mon Père agit encore maintenant et moi aussi": il proclame ainsi son salut, respectueux de la volonté du Père.

Tu es intéressé