Jésus libère

Signes

Femme courbe libre

Il y avait là une femme qui avait eu un esprit pendant dix-huit ans qui la maintenait malade; il était plié et ne pouvait en aucun cas se tenir debout.

Jésus la vit, l'appela à lui et lui dit: "Femme, tu es libérée de ton infirmité", et lui imposa les mains. Immédiatement, elle s'est redressée et a glorifié Dieu.

Évangile - Luc [13, 10-17]

Il enseignait autrefois dans une synagogue le jour du sabbat. Il y avait là une femme qui avait eu un esprit pendant dix-huit ans qui la maintenait malade; il était plié et ne pouvait en aucun cas se tenir debout. Jésus la vit, l'appela à lui et lui dit: "Femme, tu es libérée de ton infirmité", et lui imposa les mains. Immédiatement, elle s'est redressée et a glorifié Dieu.

Mais le chef de la synagogue, indigné parce que Jésus avait fait cette guérison le jour du sabbat, s'adressant à la foule a dit: "Il y a six jours où vous devez travailler; en ces jours-là donc, venez pour être guéri et non le jour du sabbat journée". Le Seigneur répondit: "Hypocrites, chacun de vous ne libère-t-il pas le bœuf ou l'âne de la crèche le jour du sabbat pour l'amener à boire?

Et cette fille d'Abraham, que Satan a maintenue ligotée pendant dix-huit ans, n'était-ce pas pour être libérée de ce lien le jour du sabbat?" Quand il a dit ces choses, tous ses adversaires avaient honte, tandis que toute la foule se réjouissait pour tous les merveilles qu'il a accomplies.

Exégèse - Évangile Luc [13, 10-17]

Dans cette histoire, il y a la description d'une femme malade, penchée, incapable de se redresser en raison d'une déformation dans la partie inférieure de la colonne vertébrale, qui l'avait réduite à un état physique de handicap grave. A jamais condamnée à une condition d'infériorité parmi les gens, elle fut rejetée, condamnée à la dégradation sociale et, par la loi pharisaïque, interdite de se tenir devant Dieu, dans la joie et l'exultation en tant que créature et fille de Dieu.

Jésus l'a vue, tout comme beaucoup d'autres l'avaient vue et d'autres la connaissaient et croyaient qu'elle souffrait d'une maladie irréversible. Cependant, le diagnostic de Jésus est différent: il affirme que sa pathologie est l'œuvre du mal et du Malin, qui la garde recroquevillée et repliée sur elle-même. Au regard, Jésus fait suivre l'action, il ne reste pas indifférent à la pauvreté; voyant l'empêchement qui la tient attachée, il l'appelle à haute voix et lui dit: "Femme, tu es libérée de ton infirmité", et pose Sa main sur elle; Il lui donne la grâce de devenir une créature à l'image et à la ressemblance de Dieu, une "fille d'Abraham".

Ce n'est pas la femme qui cherche le Seigneur ou lui demande de l'aide, c'est Jésus qui la voit, se rend compte de sa situation et la sort de sa condition d'esclavage du mal, d'abord par une parole efficace, puis par un geste qui la libère.

Les versets suivants mettent en évidence l'épilogue dramatique de cette bonne action: le chef de la synagogue et bien d'autres font des commentaires négatifs, aussi raides qu'ils soient dans leurs positions humaines; ils ne comprennent pas le sens de l'action de Jésus, ils n'acceptent pas la guérison effectuée le jour du sabbat, le jour consacré au repos corporel, à l'abstention de tout travail dicté par la condition humaine et visant exclusivement le culte; avec cette dureté de cœur, ils finissent cependant par devenir des collaborateurs de Satan.

Ce qui est surprenant dans cette histoire, c'est que Jésus prend l'initiative et mène une action qui, en plus de libérer la femme malade, sert à apprendre aux gens à se libérer du conditionnement ou des obstacles qui empêchent la croissance spirituelle. Jésus intervient toujours pour apporter son aide, c'est lui qui prend l'initiative pour que ces réalités qui semblent mortes ou qui semblent, comme chez Zachée, un cas désespéré soient réellement résolubles et, à travers lui, deviennent le moyen de redevenir enfants. d'Abraham.

Le Seigneur prend toujours soin des opprimés: "le Seigneur soutient ceux qui hésitent et ressuscite celui qui est tombé" (Ps 144,14) et encore "le Seigneur ressuscite ceux qui sont tombés".
(Ps 145,8).

L'oppression est quelque chose qui vous coupe le souffle, Jésus dit "Je te restaurerai", ce qui signifie "Je te redonnerai ton souffle afin de pouvoir retourner vivre pleinement et reprendre la marche sur le chemin du Seigneur".

Tu es intéressé