Jésus libère

Signes

Épileptique possédé par un démon

Maître, je t'ai amené mon fils, possédé par un esprit muet

A la vue de Jésus, l'esprit secoua le garçon avec des convulsions et lui, tombé au sol, roula et moussa.

Jésus, voyant la foule se précipiter, menaça l'esprit impur en disant: Esprit muet et sourd, je t'ordonne, sors de lui et ne reviens jamais.

Évangile - Marc [9, 14-29]

Et quand il est venus vers les disciples, il les ont vus entourés d'une grande foule et de scribes discutant avec eux. La foule entière, le voyant, a été étonnée et a couru pour le saluer. Et il leur a demandé: "De quoi vous disputez-vous avec eux?" Un de la foule lui répondit: "Maître, je vous ai amené mon fils, possédé par un esprit muet. Quand il l'attrape, il le jette à terre et il fait mousser, grince des dents et se raidit. J'ai dit à vos disciples de le chasser, mais ils nont pas réussi" Il leur dit alors en réponse: "Ô génération incrédule! Combien de temps vais-je rester avec vous? Combien de temps devrai-je vous endurer? Amenez-le-moi". Et ils le lui ont apporté. A la vue de Jésus, l'esprit secoua le garçon avec des convulsions et lui, tombé au sol, roula et moussa. Jésus a demandé à son père: "Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il?".

Et il a répondu: "Dès l'enfance; en effet, il l'a même souvent jeté dans le feu et dans l'eau pour le tuer. Mais si vous pouvez faire quelque chose, ayez pitié de nous et aidez-nous". Jésus lui dit: "Si tu peux! Tout est possible pour ceux qui croient". Le père de l'enfant répondit à haute voix: "Je crois, aide-moi dans mon incrédulité". Alors Jésus, voyant la foule se précipiter, menaça l'esprit impur en disant: "Esprit muet et sourd, je t'ordonne, sors de lui et ne reviens jamais". Et en criant et en le secouant fort, il est sorti. Et l'enfant est devenu comme mort, de sorte que beaucoup ont dit: "Il est mort". Mais Jésus, le prenant par la main, le souleva et il se leva.

Il est ensuite entré dans une maison et les disciples lui ont demandé en privé: "Pourquoi ne pourrions-nous pas le chasser?". Et il leur dit: "Ce genre de démons ne peut être chassé d'aucune façon, sauf par la prière".

Exégèse - Marc de l'Évangile [9, 14-29]

Dans la narration de Marc, la guérison du jeune homme possédé par un démon suit immédiatement le récit de la Transfiguration, où Jésus se manifeste dans son identité à trois de ses disciples. Or, dans le passage actuel, Jésus descend de la montagne et, étant arrivé aux neuf autres disciples laissés au pied de la montagne, il voit les scribes se disputer avec eux. Bien que les disciples aient reçu le pouvoir de chasser les démons, ils n'avaient pas pu libérer le garçon possédé.

Les scribes se moquaient de lui pour se moquer de Jésus et du pouvoir qu'il donnait à ses disciples; mais comment Jésus répond-il à la provocation? Il combat le mauvais esprit qui emprisonne cet enfant et le libère. Comment est-il possible que Jésus puisse le chasser? Tous les Evangiles nous disent comment se déroule la libération du diable, et comment les possédés se comportent toujours de la même manière: ils grincent des dents, ils moussent de la bouche, ils sont raidis par une force mystérieuse qui les jette à terre parfois dans le feu ou l'eau., disloque leurs os sous la puissance de l'esprit impur.

Les possédés ne peuvent plus se dominer eux-mêmes, ils sont subjugués par cette force qui détruit toute volonté, toute raisonnabilité et les conduit à une dévastation qui les pousse à l'autodestruction; cependant personne ne peut les blâmer, car les signes que l'on voit s'apparentent à la folie, à la haine.

Dans ce texte, on nous présente un enfant qui, même depuis l'enfance, a été soumis à cette force maléfique, mais quand Jésus interroge son père, il reçoit une réponse importante: "si vous pouvez faire quelque chose, ayez pitié de nous et aidez-nous", à laquelle Jésus répond: "tout est possible pour ceux qui croient", et c'est comme s'il disait "je suis venu vaincre le pouvoir diabolique, cependant je ne peux pas encore agir, car j'attends de voir si vous faites vraiment confiance".

Voici l'aveu de ce père: "Je crois, aide-moi dans mon incrédulité", qui en synthèse est cet acte de foi que Jésus attend et qui lui permet, maintenant, d'agir: "Esprit muet et sourd, je le ferai ça pour toi. J'ordonne, sors de lui et ne reviens jamais". Et en le criant et en le secouant fortement, il est sorti". Le diable est vaincu!

Nous pouvons nous aussi être exposés à l'action de cette force diabolique, par laquelle même Jésus lui-même, comme nous le disent les Évangiles, a été tenté. Souvenons-nous toujours des caractéristiques de la tentation: belle à regarder, facile à réaliser, si persuasive et à portée de main pour ne rien voir de mal à l'accueillir. Parfois l'attaque est encore plus subtile, suggérant que ce très bon Jésus ne nous a pas protégés, ne nous a pas empêchés de tomber dans la maladie ou le malheur: c'est une action ciblée du démon, qui souhaite nous arracher à Celui qui peut libérez-nous et économisez.

Le passage évangélique en question nous enseigne que la foi nourrie par la prière est la condition dans laquelle l'œuvre de Dieu prend forme. Les disciples, qui ont disparu de la scène après le reproche de Jésus "génération incrédule", sont maintenant dans le calme d'une maison, loin la foule, avec le Maître: désolés et confus, ils ne comprennent pas pourquoi leur action a été inefficace, "parce que nous n'avons pas pu le chasser". Jésus est là avec eux, ses paroles ont la certitude de ceux qui gouvernent la situation, de ceux qui demandent à ses disciples le courage de la confiance, condition essentielle pour avoir le don de vaincre le mal.

Nous demandons au Seigneur de nourrir de plus en plus en nous la capacité de discernement, et de nous faire comprendre ce qui vient de Jésus et ce qui vient de Satan.

Tu es intéressé