Guérisons

Signes

L'aveugle de Jéricho

Le chapitre 10 traite de la dureté du cœur des pharisiens et de la manière de supprimer cette dureté, en invitant tous ceux qui ont l'intention de suivre Jésus à devenir comme des enfants et en proposant l'exemple de l'aveugle de Jéricho.

Évangile - Marc [10,46-52]

Et ils sont venus à Jéricho. Alors qu'il quittait Jéricho avec ses disciples et une grande foule, le fils de Timée, Bartimée, un mendiant aveugle, s'assit le long de la route. Apprenant que c'était Jésus Nazaréen, il s'est mis à crier et à dire: "Fils de David, Jésus, aie pitié de moi!". Beaucoup lui ont reproché de se taire, mais il s'est écrié encore plus fort: "Fils de David, aie pitié de moi!". Jésus s'est arrêté et a dit: "Appelez-le!". Et ils ont appelé l'aveugle en disant: "Allez! Lève-toi, il t'appelle!". Il jeta son manteau, sauta et vint vers Jésus. Puis Jésus lui dit: "Que veux-tu que je fasse pour toi?" Et l'aveugle répondit: "Rabbi, puis-je revoir!" Et Jésus lui dit: "Va, ta foi t'a sauvé." Et aussitôt il revit et le suivit sur la route.

Exégèse - Marc [10,46-52]

Le chapitre 10 traite de la dureté du cœur des pharisiens et de la manière de supprimer cette dureté, en invitant tous ceux qui entendent suivre Jésus à devenir comme des enfants et en proposant - comme conséquence "naturelle" - l'exemple de "l'aveugle de Jéricho". Bartimée ne voit pas, mais il a un désir profond en lui-même, qui est de retrouver la vue. L'évangéliste Marc nous raconte qu'en entendant l'approche de Jésus de Nazareth, il s'est mis à crier: "Fils de David, Jésus, aie pitié de moi".

Pour les pharisiens, ce cri était un mépris, convaincus comme ils l'étaient que rien de bon ne pouvait venir de ce Nazaréen; au contraire, pour l'aveugle, Jésus est le Fils de David, tout comme les prophéties l'avaient prévu: Jésus est le Messie. Bartimée crie cette conviction et exprime une bonne connaissance des Écritures. En fait, Dieu avait fait une promesse à David, en lui disant: "Lorsque vos jours seront accomplis et que vous vous coucherez avec vos pères, j'élèverai votre progéniture sur le trône après vous, le fils qui est sorti de votre ventre, et j'établirai fermement la sienne. Royaume".
(2 Sam 7,12).

Cet aveugle sait donc que le Messie doit venir de celui qui descend de David, donc ce témoignage de son ("Fils de David, Jésus aie pitié de moi") est une affirmation prophétique. Bartimée à ce moment parle par inspiration et reconnaît le Messie en Jésus, même sans le voir avec les yeux physiques du corps; et comme Jésus, telle a la puissance qui lui vient de Dieu, c'est pourquoi Bartimée le supplie sans délai: "aie pitié de moi [...] que je reverrai!". À ce moment-là, beaucoup l'ont grondé pour le faire taire; les pharisiens, en l'entendant proclamer le Messie avec son appel au secours, le considéraient comme un possédé. La réaction de l'aveugle face à une telle incrédulité est encore plus importante: "mais il a crié plus fort". Les pharisiens ont certainement dû penser: comment dit-il que Jésus est le Messie? D'où vient cette connaissance, cette certitude? Comment le connaît-elle puisqu'il ne nous voit même pas? Et il répète à la place: "Fils de David, aie pitié de moi".

Face à tant d'insistance, Jésus s'arrête et dit: "Appelez-le!". Marc pourrait simplement raconter que Jésus s'est arrêté et s'est approché, parce qu'il était aveugle. Au lieu de cela, il rapporte dans les moindres détails que Jésus a dit "Appelez-le" et l'aveugle, suite à l'invitation de Jésus, a jeté son manteau et a marché sans tarder vers lui. Comment l'a-t-il vu? Cet Esprit de Dieu, qui lui a fait reconnaître Jésus sans l'usage de la vue, le guide vers lui sans avoir besoin de voir le chemin à prendre. L'Esprit est vraiment la lumière qui nous guide à reconnaître Jésus!

Maintenant que l'aveugle arrive devant Jésus, Jésus lui dit: "Que veux-tu que je fasse pour toi?". Et l'aveugle répond: "Rabbi [ou Maître], puis-je revoir!". Et la réponse de Jésus ne peut être que: "votre foi vous a sauvé". L'aveugle, l'appelant Maître, reconnaît Jésus comme le guide, le Bon Pasteur qui connaît son troupeau et qui est le seul capable de ramener les brebis à la bergerie du Père; c'est l'attitude de l'enfant qui compte sur ses conseils et fait confiance à ses conseils et à ses enseignements. C'est la manière de Marc de nous dire quelle doit être l'attitude de ceux qui croient: Bartimée voit Jésus comme le guide et croit que lui seul a le pouvoir de lui faire voir; tout est dans ce cri: "Aie pitié de moi!", à la suite de quoi Jésus dit: "Va, ta foi t'a sauvé!". Quelle foi Jésus a-t-il vue en cet homme?

C'est le message que Marc veut laisser à la communauté chrétienne, car c'est précisément cette foi qui permet à Jésus d'agir dans notre vie. La foi de l'aveugle réside dans la reconnaissance de Jésus comme le Messie, dans la certitude inébranlable qu'Il peut agir par la puissance de Dieu pour lui faire retrouver la vue; bien que beaucoup essaient de le faire taire, le mendiant aveugle n'avait ni doutes ni craintes: c'est le Fils de Dieu qui peut tout faire; et ce cri jaillit de la certitude de son cœur! La foi se résume à cet acte de confiance unique et extraordinaire: Jésus est celui vers qui vous pouvez vous tourner, car il a la puissance de Dieu de son côté. Pour cette raison, on peut dire que Bartimée voyait très bien, avant même d'avoir retrouvé la vue!

Qui sont donc les vrais aveugles? Ce sont ceux qui sont déjà mentionnés dans ce chapitre 10: les pharisiens, les scribes, ceux qui pensent voir et au contraire sont aveugles, parce qu'ils ne savent pas reconnaître Jésus. Marc propose cette histoire pour nous rappeler que l'aveugle est celui qui ne sait pas reconnaître Jésus, et ce L'épisode de l'Aveugle de Jéricho confirme le message laissé par Jésus lui-même, qui nous invite à chercher avant tout le Royaume de Dieu, pour que le reste soit donné en surplus: "Demandez et il vous sera donné; cherchez et vous trouverez; frappez et il vous sera ouvert".
(Mt 7,7).

Cependant, pour obtenir ce qu'il a lui-même promis, la foi est indispensable; une foi, telle que décrite dans cet épisode, sans restrictions ni conditionnements: même lorsqu'ils le forcent à se taire, l'aveugle réagit en criant encore plus fort, car il écoute cette force intérieure qui le pousse à le faire; il sait qu'il doit en être ainsi, que Jésus est le Messie, son sauveur, son guide, son guérisseur, et il ne peut pas faire autrement. Ces passages contrastent avec la manière de penser et d'agir des pharisiens et des grands prêtres: pour Bartimée, la cécité n'est que physique, la cécité est en eux le manque de foi. Marc l'Évangéliste lance donc l'appel à avoir une foi sincère et incommensurable en Jésus, qui devient donc une prérogative indispensable pour tout chrétien.

Tu es intéressé