Péché

#

Summa théologique

Le vice est contraire à la vertu, parce qu'il s'oppose à la raison et conduit au mal.

Saint Thomas d'Acquino

Les vices et les péchés, que sont-ils?
Ce qui distingue la nature humaine, c'est la raison et la vertu: le vice, vice versa, est contraire à la raison et donc à la nature humaine.
Un péché mortel fait cesser les vertus perfusées (surnaturelles), mais pas celles acquises, parce qu'elles ne sont pas acquises avec un seul acte et ne sont pas perdues. Le péché mortel expulse la charité: la foi et l'espérance peuvent rester confus et donc dépourvus de vertu.
Le péché est un mauvais acte humain; maintenant, le mal peut être dit en comparaison d'une norme, et les règles sont deux: la bonne raison et la loi éternelle: la loi va alors contre les actes, les mots, les désirs.

Distinction
Chaque acte est spécifié par son objet; le péché est un acte, donc un péché est d'une espèce différente de l'un à l'autre selon la diversité de l'objet.
L'objet du péché produit une jouissance désordonnée, et comme une telle jouissance peut être spirituelle ou corporelle, les péchés sont distingués en péchés spirituels et en péchés charnels.
Le péché est un triple acte désordonné qui est dirigé contre Dieu, le prochain et soi-même.
Les péchés ne sont pas distingués selon le crime, parce que cela ne précède pas mais suit le péché: donc la distinction des péchés dans les véniels et les mortels n'est pas une distinction spécifique du manque ou des actes spécifiques, étant donné que l'avare pèche tellement en volant l'argent d'autres, autant que ne pas payer les dettes.
La distinction entre les péchés de la pensée, des paroles et des actes est juste, mais pas comme une distinction entre l'espèce et la mesure.
Les péchés tels que l'excès et le défaut sont contraires l'un à l'autre et donc différents dans l'espèce: il en va de même pour l'avarice et la générosité. Les circonstances ne changent pas l'espèce des péchés, à moins qu'il n'y ait une raison particulière en eux, qui devient la fin de l'acte, parce que la fin spécifie les actes et donc les péchés.

Pesanteur
Les vertus sont liées les unes aux autres, parce qu'elles sont connectées les unes aux autres; les péchés, d'autre part, ne sont pas liés, parce qu'il y a ceux qui s'opposent comme la prodigalité et l'avarice.
Les péchés sont plus ou moins graves selon qu'ils sont plus ou moins éloignés de la rectitude de la raison et ne sont donc pas tous égaux.
La gravité des péchés varie selon l'objet ainsi classé: les choses, les gens, Dieu; il varie aussi selon la dignité des vertus contre lesquels ils vont, car eux aussi prennent une espèce de l'objet.
Les péchés de la viande sont plus infâmes; mais les péchés d'esprit sont plus graves, parce que dans ceux-ci l'incitation est moindre.
Les causes qui diminuent l'utilisation de la raison et qui diminuent le péché, parce que l'effet est proportionnel aux causes.
La circonstance influence le péché et parfois l'aggrave, parfois le multiplie, parfois il le change aussi d'espèces.
Les dommages qu'un péché produit aggravent le péché si l'effet était voulu. La dignité de la personne contre laquelle nous nous engageons est aggravée par le péché, parce qu'elle est en quelque sorte l'objet du péché; et la dignité de la personne qui le commet l'aggrave aussi, parce que le péché le plus inconvenant est le plus grand scandale.

Sujet
Le péché est un acte humain; puisque ce qui détermine l'acte humain est la volonté, le sujet du péché est la volonté. Au-delà de la volonté, le sujet du péché est la sensualité ou l'appétit sensoriel désordonné.
La raison, à cause du danger du péché, peut manquer à sa tâche en ne réglant pas bien les actes internes et externes et peut manquer à sa tâche quand elle ordonne de mauvais motifs et ne les réprime pas. Donner le jugement final sur l'acte est dû à la raison, puisque par consentement, le consentement est donné à l'acte de réalisation.
Si une mauvaise pensée surgit en nous et que le mauvais acte est consommé, si la matière dont il traite est sérieuse, alors un acte mortel est accompli.
Si la raison est surprise et prise pour consentir sans une délibération réelle, c'est une question de péché véniel pour l'imperfection de l'acte.

Causes
Le péché est un acte défectueux, et c'est un manque de justice.
La cause interne du péché est l'imagination et l'appétit sensible.
La cause externe du péché peut être les choses du monde, les hommes, le démon; mais la cause externe est indirecte et valide comme elle bouge la raison et l'appétit sensible: elle ne peut donc que bouger, mais ne pas obliger à pécher.
Un péché peut, de diverses manières, être la cause d'un autre péché, surtout parce qu'il dispose à d'autres péchés et prépare sa matière.
L'ignorance peut être une cause de péché quand c'est une privation de cette science qui, si elle était là, éclairerait la raison pour qu'elle dirige notre action différemment.
C'est un péché de ne pas savoir ce qui peut et doit être connu; chacun doit alors savoir: - 1. Les choses de la foi.
- 2. Les principales choses de la loi.
- 3. Les devoirs particuliers de son état.
Seule l'ignorance peut excuser totalement du péché. Quand on pèche par ignorance, le péché diminue, parce que la volonté de pécher diminue; mais si le péché était recherché, il grandit.

Confession

Son besoin

Le péché n'est remis que par un sacrement de l'Église reçu dans l'action ou du moins dans le désir; et avec celui-ci se soumet au pouvoir de l'Église; mais puisque l'Église ne peut pas appliquer le remède si elle ne connaît pas le mal et cela est obtenu avec la confession du pécheur, par conséquent la confession, pour celui qui a péché, est nécessaire.

Les sacrements ne sont pas de droit naturel, mais de droit divin surnaturel; donc aussi la confession n'est pas nécessaire de la loi naturelle, mais du droit divin surnaturel.

De droit divin, ils sont obligés de confesser tous ceux qui ont péché à mort; pour le précepte ecclésiastique, ils sont au contraire obligés de confesser tout le monde, aussi parce que le berger connaît ses brebis. La confession n'est pas seulement pour la rémission des péchés, mais aussi pour la direction spirituelle.

La confession est faite pour manifester la conscience au confesseur; mais au lieu de le manifester, celui qui ne confesse pas les péchés commis aussi bien que ceux qui confessent des péchés non commis ne le cache pas: même dans ce cas on commet des choses illicites.

Le précepte de la confession est accusé par accident quand un autre sacrement doit être reçu pour lequel il est nécessaire d'être dans la grâce de Dieu; au contraire, il se pousse quand le retard est fondé sur des raisons pécheresses, ou comporte le danger de mourir sans confession.

La confession pour ceux qui pèchent mortellement est un précepte de divin et non ecclésiastique, donc même le Pape ne peut se passer de la confession.

Essence
La confession est celle qui révèle le mal caché de l'espoir du pardon: cette définition de saint Augustin est la plus complète, car elle contemple toutes les circonstances essentielles de l'acte et de ses effets.

La confession, qui a la condition fondamentale de la vérité, est un exercice de sincérité et est donc un acte de vertu.

Et puisque cette confession vise le même but que la vertu de la pénitence, c'est-à-dire, à l'annulation du péché, c'est donc un acte de la vertu de la pénitence; alors que la confession d'un délinquant devant un tribunal est un acte de justice et la confession des avantages reçus est un acte de gratitude.

Qualité
La confession comme un acte de vertu ne peut pas être informelle, c'est-à-dire divorcée de la grâce, parce qu'elle ne serait pas méritoire; d'autre part, en tant que partie du sacrement, qui précède l'absolution du prêtre, il peut être informel, c'est-à-dire faux; mais celui qui le fait ne reçoit le fruit que lorsqu'il remédie à la fiction.

En tant que malade, s'il veut guérir, il doit montrer toute sa maladie au médecin, car si seulement une partie de celui-ci se manifeste, le remède ne peut être adéquat, alors le pécheur doit manifester tous ses maux, sinon il ne peut pas dire il avoue, mais prétend confesser.

La confession, en tant qu'élément du sacrement, a son acte déterminé qui consiste à manifester ses fautes en le disant de sa propre bouche: donc la confession au moyen d'une autre ou au moyen d'une écriture peut être une substitution permise seulement quand il y a besoin. Une confession faite à la perfection exige de nombreuses conditions: les plus importantes sont celles qui sont intactes, simples, humbles, discrètes, fidèles, vocales, tristes, pures et prêtes à obéir.

Effets
La confession nous libère de la mort du péché, parce que c'est par-dessus tout le sacrement; la confession actuelle est donc complète avec la contrition et avec l'absolution du prêtre infuse la première grâce si la douleur précédente n'atteint pas la contrition.

La confession non seulement libère le châtiment éternel, mais diminue aussi le châtiment temporel: parce que c'est une pénalité pour la rougeur qui compte; et avec cette même confession ouvre la porte du Paradis, parce qu'ils sont les crimes de culpabilité et de punition, qu'il annule, ceux qui l'empêchent d'entrer.

La confession donne l'espoir du salut éternel, parce que le fidèle y subit le pouvoir des clefs, qui sont réservées à l'application des mérites du Christ.

Les péchés commis, auxquels la contrition a été étendue, sont effacés de la confession générale, même s'il y en a des oubliés, parce que le pouvoir des clefs agit sur tout, si le pénitent ne vous met pas obstacle.

Tu es intéressé