Péché

#

Faute

La société Libertine a promulgué en ce temps de concepts matérialistes contraires à l'homme, qui tendent à vider de tout ce qui signifie le mot "péché"; Au contraire, le péché reste une offense à Dieu, un affront à la raison, une attaque sur la conscience et un crime pour l'âme.

Transgression

A cet égard, le Psalmiste dit: "Contre toi, j'ai seulement péché contre toi, ce qui est mauvais à tes yeux, je l'ai fait".
(Ps 50, 6).

Le concept de péché est lié à la dignité de l'homme, car la dignité exige que l'homme vif dans la vérité. Mais la vérité sur l'homme est qu'il fait le mal parce qu'il est un pécheur. Lorsque le concept de péché est éliminé, l'homme devient appauvri à un point fondamental de l'expérience de son humanité.
Jésus est miséricordieux et en même temps inflexible et il appelle le bien et le mal par son nom sans un mot ou un compromis, mais il est toujours prêt à pardonner. Tout ce qu'il fait, chacun de ses mots, témoigne de sa foi en l'homme, qui ne peut se renouveler sans s'entendre de cette façon qu'il devient un homme libre.

L'y a différents niveaux de gravité dans le péché de l'homme contre Dieu. Le péché mortel est l'acte par lequel l'homme s'écarte complètement du don de la miséricorde de Dieu pour diriger l'amour que vers lui-même. Le péché n'est pas sans conséquences parce qu'il est tout à fait nuisible du point de vue spirituel, il n'y a pas de péchés sans importance. La gravité du péché n'est pas comparée aux coutumes tolérées dans notre société ou à notre sentiment de culpabilité, au refus plus ou moins accentué de l'amour infini de Dieu: chaque péché a son importance, nous nous sommes assurés de nous abandonner le totalement à l'amour de Dieu.

Le péché a sa racine dans le cœur de l'homme; L'apôtre Matthieu affirme ceci: "du fond du cœur, viennent de mauvaises intentions, meurtres, adultères, prostitution, vols, faux témoignages, blasphèmes (Mt 15, 19). bien connu: la fornication, l'impureté, le libertinage, l'idolâtrie, la sorcellerie, les inimitiés, la discorde, la jalousie, la dissension, les divisions, les factions, l'envie, l'ivrognerie, les orgies et des choses comme ça. (Galates 5, 19-21). Dans le péché, il y a le germe comme le pèche de la chair, la violence des désirs ou autre, qui conduit au malheur.

Certains disent que le péché est une relique historique à placer dans le passé obscurantiste, alors qu'aujourd'hui, au temps du progrès, nous pouvons librement satisfaire toute concupiscence sans prêter attention au moralisme.

Les Dix Commandements ne sont pas des interdictions placées par un Dieu sévère qui désire imposer sa loi, mais un avertissement sur ce qui l'éloigne de lui. Il est également vrai que, observant le Décalogue, nous avons l'opportunité d'éviter les abus, les tromperies, l'exploitation, la calomnie avec un effet bénéfique qui s'étendrait également à la société.

A cet égard, les paroles de l'Evangile sont très claires: alors qu'il allait sur la route, un homme courut à sa rencontre et, agenouillé devant lui, lui demanda: "Bon maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle?". Jésus lui dit: "Tu connais les commandements: ne tue pas, ne commets pas d'adultère, ne vole pas, ne dis pas de faux témoignage, ne fraude pas, honore ton père et ta mère".
(Mc 10, 17-19).

La vanité, la sensualité, l'attachement au confort et les plaisirs mènent d'abord à l'insensibilité et ensuite à l'orgueil, à l'avarice, à la colère, à la luxure, à la paresse, qui, si répétés dans les actions habituelles, génèrent vices, inclinations perverses et esclavage. Tout désordre provient donc d'une passion qui, combinée à la concupiscence, amortit la lumière de l'intellect.

Tout comme il est sérieux de se moquer, d'offenser, de voler, parce que cela conduit à la souffrance de notre prochain qui reflète le niveau de notre méchanceté. Il y a aussi de graves défauts charnels, spirituels, de pensée, de parole et d'omission qui obscurcissent, dérangent, déconcertent et affaiblissent l'âme. En tout il y a l'orgueil, qui enlève la lumière de l'âme, la corrompt dans le jugement et la lie excessivement à l'argent, à l'avarice, mais fait aussi aimer les chaînes qui nous entourent et se délecte des épines qui nous déchirent.

Un autre péché à considérer est le scandale qui peut inciter les autres à commettre un péché mortel, avec des dommages incalculables à leur âme. A cet égard, il convient de fixer les paroles de l'évangile dans l'esprit: "Malheur à l'homme à qui le scandale a causé la faute!" Il lui faudrait pendre une meule d'âne autour du cou et être jeté dans les profondeurs de la mer.
(Mt 18, 6-7).

Il y a ceux qui remplissent des listes ou établissent des classements pour établir l'ordre, l'importance et le poids des péchés, un travail méritoire qui reste néanmoins confiné dans la sphère des spécialistes ou ceux qui ont l'intention de faire un voyage spirituel basé sur une observance scrupuleuse des commandements. Mais il faut répéter que le péché est essentiellement une offense à l'amour et à la charité; il est écrit, en effet: tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus important que ceux-ci.
(Mc 12, 31).

Pour empêcher les passions d'éteindre la lumière de la foi, on peut interroger la conscience qui nous fera prendre conscience de nos insuffisances, car une action irréprochable dépend exclusivement de nous. Laissez-nous chasser les vanités et les mensonges, observons avec l'intellect ce qui est bon ou mauvais. Jésus lui-même nous incite à la perfection: "Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait". (Mt 5, 48), mais pour acquérir les vertus et obtenir la victoire sur les imperfections, l'ascèse spirituelle est nécessaire.

C'est pourquoi nous ne devons pas écouter ceux qui se présentent comme les garants de la miséricorde de Dieu, leur seul but est de nous faire abandonner le chemin. Ne laissons pas demain ce qu'il faut faire dans le présent. Gardons notre peur de Dieu comme notre compagnon et moins le péché. On sait que le péché s'éloigne de l'amour, du bien et des vertus; donc si nous voulons rétablir l'union avec Dieu, nous devons mener une contrition sincère du mal commis.

Tu es intéressé