Péché

#

Besoin

Personne ne devrait se sentir exclu du pardon après la chute. C'est une vérité qui retentit impérieusement dans l'Évangile de Jean, où, dans l'épisode de la femme adultère, il est écrit: "Qui parmi vous est sans péché, jeter la pierre d'abord contre elle ... mais ceux qui ont entendu cela, ils sont allés un par un, en commençant par le plus ancien jusqu'au dernier".
(Jn 8, 7-9).

Nécessité de la confession

En tant que péché grave sur nous, l'évangéliste préféré le met très bien en évidence. Jésus répondit: "En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque commet un péché est esclave du péché, et si le Fils vous libère, vous serez vraiment libre, car si vous ne croyez pas, vous mourrez dans vos péchés." (Jn 8, 24 sq.). Le péché impose son esclavage à l'homme et fait mourir l'âme, donc si nous voulons vivre, nous devons approcher Jésus de toute urgence. Agrave; cet égard, nous devons écouter la voix de Jésus: je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs à convertir. (Lc 5, 32). L'apôtre Pierre continue: repentez-vous et changez votre vie, afin que vos péchés soient effacés.
(Actes 3:19).

Quoi de plus facile, de dire: "Tes péchés sont pardonnés, ou de dire: Lève-toi et marche, maintenant, afin que tu saches que le Fils de l'homme a le pouvoir sur la terre pour pardonner les péchés: Je te le dis" paralytique - lève-toi, prends ton lit et va chez toi". (Lc 5, 23). Les prophètes rapportent aussi ce témoignage: "quiconque croit en lui obtient la rémission des péchés par son nom".
(Actes 10, 43).

Ce pouvoir Jésus l'étendit aux apôtres: "Ayant dit cela, il souffla sur eux et dit: "Recevez l'Esprit Saint, à qui vous pardonnerez les péchés, ils seront pardonnés et à qui vous ne leur pardonnerez pas, ne seront pas pardonnes".
(Jn 20, 22-23).

Jésus lui-même nous montre comment demander pardon. Le publicain, cependant, s'arrêta à distance, n'osant même pas lever les yeux au ciel, mais il frappa sa poitrine en disant: "O Dieu, aie pitié de moi un pécheur. Je te le dis: ceux-ci retournèrent chez lui justifiés, contrairement aux autres parce que ceux qui s'élèveront seront humiliés et ceux qui humilieront seront exaltés".
(Lc 18, 13-14).

Par conséquent, le pardon se demande dans la conscience de ses propres péchés. Apparemment, tout semble très facile, mais la fierté se cache pour nous empêcher de révéler nos fautes. Il fera tout pour cacher notre oubli, ou il nous fera les évaluer avec trop d'indulgence, il renversera la responsabilité de nos fautes envers notre prochain, c'est-à-dire qu'il nous empêchera de découvrir notre misère.

L'humble, vice versa, comprendra immédiatement ses faiblesses et les confiera à Dieu, avec un cœur triste il criera au ciel: Ô Dieu, aie pitié de moi, qui suis un pécheur. Le Père de la Miséricorde accordera à ce fils repentant, au-delà de toute attente humaine, son pardon. L'évangéliste Luc nous parle de la joie de Dieu face à toute conversion: "ainsi, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un pécheur converti que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion".
(Lc 15, 7).

Il le souligne aussi dans la parabole du pharisien et du publicain, où il précise qu'il ne faut pas demander à Dieu fierté et fierté: «il retourna chez lui justifier, contrairement à l’autre ». L'autre pharisien pria debout (Superbia) O Dieu, je te remercie que je ne sois pas comme les autres hommes, voleurs, injustes, adultères, jeûnant deux fois par semaine et payant la dîme de ce que j'ai". (Lc 18, 11 sq.). Je rentre chez moi sans avoir reçu le pardon. Cela doit être une raison de réflexion aussi pour nous et pour notre comportement, car c'est seulement après avoir pris conscience de la gravité du péché qu'il est possible de dire: aie pitié de moi, un pécheur.

L'humilité est donc la condition nécessaire pour obtenir le pardon, mais pour obtenir la rémission, il est nécessaire de pardonner aux autres. Jésus le dit: "quand vous vous mettez à prier, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, car même votre Père céleste vous pardonne vos péchés".
(Mc 11, 25).

Quand Pierre a demandé: "Seigneur, combien de fois devrai-je pardonner à mon frère s'il pèche contre moi? Jusqu'à sept fois? "Jésus lui répondit: "Je ne te le dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois".
(Mt 18, 21-22).

Tu es intéressé