Pénitence

#

Tradition

Saint Ignace martyr aux fidèles dans une rangée écrit que "le Seigneur pardonne ceux qui se repentent, à condition que leur repentir les conduit à l'unité de Dieu et à la communion avec l'évêque".

Des témoignages plus précis sont faits dans le siècle II: comme celui de Denys de Corinthe qui, vers le milieu du siècle, recommande "d'accueillir ceux qui se convertissent de tout péché ou crime ou même d'un mauvais usage hérétique".

Tradition chrétienne

Il y a deux documents en suspens: un long intitulé le berger, et écrit par Erma, frère du pape S. Pius I. Nous sommes vers le 150. L'écriture a été développée, afin de revendiquer la légalité de la confession, c'est-à-dire un moyen sacramentel de rémission des péchés après le baptême. Le annonce est proposé avec circonspection et prudence, peut-être pas à l'impact trop grossièrement la conscience des raffineurs bien intentionnés. Il est affirmé que l'unicité de la confession après le baptême donne la confession, mais pour une fois.

La même revendication, avec la même limite, fait de Tertullien dans une œuvre intitulée précisément de pénitence: il y a une deuxième pénitence (la première étant le baptême), mais une seule fois. "Et pas assez cette fois seul?" - Ajoute Tertullien - vous recevez ce que vous ne méritez pas, parce que vous aviez perdu ce que vous aviez déjà reçu, il est plus grand de donner encore que de donner, car il est plus triste chose d'avoir perdu que de ne pas avoir reçu".

Pourtant, dans l'Évangile sont écrites ces mots sur le pardon des offenses: «combien de fois dois-je pardonner mon frère s'il pèche contre moi ? dit Pierre à Jésus» Jusqu'à sept fois? Et Jésus lui répondit "pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à 77 fois." La générosité de l'homme sera-t-elle peut-être plus grande que celle de Dieu? Si l'homme doit toujours pardonner, est-ce que Dieu ne pardonnera pas toujours?

Avec Tertullien nous sommes au début du siècle III, quand une autre controverse s'était allumée, non plus sur la possibilité d'être acquitté après le baptême, mais sur le genre de péchés à absoudre. Cette controverse était plus longue et plus tenace.

Dans un premier temps les objections étaient particulièrement contre les péchés charnels sérieux, plus tard surtout contre le péché d'apostasie. Dans un premier temps, les rigoureux se détournaient dans une hérésie, la Montanisme, qui rejoignit aussi Tertullien. Ils ont exigé irrémissible les péchés charnels les plus graves. Tertullien s'élève contre la mesure du pape S. Callisto, qui a prescrit d'absoudre de tels péchés de qui ils étaient posser, même par un prêtre. Le contenu du décret du pape Callisto n'est connu que par les deux œuvres polémiques de Tertullien (de dicitea) et de Ippolito (Filosofumeni). Ce décret réaffirmait la doctrine et la pratique toujours tenues par l'église de Rome le pouvoir des clefs pour couvrir ou trier du péché.

Un peu plus tard, la controverse carcérale polarisée sur l'apostasie. La persécution de la même a été la première très systématique et rusé. Il professait vouloir démanteler des chrétiens et ne pas faire des martyrs, il a mis en pratique chaque art pour inciter des chrétiens à agir comme un hommage à la religion de l'État et l'acte d'hommage a été délivré un certificat régulier (Libellus). Certains ont pu être libérés le Libellus sans exécuter l'acte, étaient les libellatici. Beaucoup étaient alors les libellatici et beaucoup de la déchéance (tombée), de sorte que, après les morts, l'église se trouvait face à leur problème, qui a assumé des proportions inattendues. Admettez-les au pardon, renvoyez-les à l'église? Beaucoup refusèrent, s'opposant à l'apostasie de sa résistance, aux souffrances, au martyre des autres. Le pardon et la réadmission du premier n'étaient peut-être pas une illusion. Pour les secondes? Même ici, les rigoristes se sont retrouvés dans une hérésie: l'hérésie novatienne, qui a contesté à l'Église le même pouvoir à remplir. Pour défendre la doctrine et la pratique romaines, l'évêque de Carthage de Saint-Cyprien a pris ses fonctions.

Dès la fin du IIIe siècle, on peut considérer la période des controverses théoriques et des incertitudes pratiques: désormais la doctrine et la pratique, toujours vivantes à Rome, deviennent doctrine et pratique universelles: tout péché sans limite, à condition qu'il y ait conditions subjectives et objectives pour lesquelles le sacrement est valide et légal.

L'adultère et l'apostasie peuvent être reconnectés avec deux des trois péchés canoniques, explicitement dénoncés dans les premières normes (canons), émis par le conseil apostolique tenu à Jérusalem en 54, quand il était résolu de ne pas se soumettre aux païens qui voulaient le faire Chrétiens, aux liens de la Loi mosaïque, mais pour les inviter, cependant, à «s'abstenir de la contamination des idoles, de la fornication, des animaux suffoqués et du sang» (Actes 15:20). Ainsi, quelques-uns des conciles d'Elvira, en 300, dénoncent l'absolution de certaines formes d'idolâtrie et de fornication; et d'autres charges d'un conseil d'Arles de 314, le nier aux apostats. Le conseil de Nice a dû traiter de la question et mettre fin aux incertitudes, affirmant d'une manière péremptoire et générale qu'il ne faut pas refuser la communion à quiconque est en danger de mort. Ce qui suppose qu'aucun péché que l'Église veut ou ne puisse accomplir, au moins sur le point de mourir.

Notez que même les rigoristes, qui nient le pouvoir ou la possibilité de s'absoudre des péchés, ne condamnaient pas le pécheur à la perdition éternelle: même s'ils voulaient que l'Église échoue à le faire même au moment de la mort, même en engageant son pouvoir à ce point extrême, invoque en vain de confier le pécheur à la miséricorde de Dieu, l'Église, refusant entre-temps son office de médiation efficace, offrirait son office d'impétuosité effective.

Dans Matthieu, nous parlons de l'omission du blasphème contre le Saint-Esprit, et dans la première lettre de Jean, nous parlons des péchés qui mènent à la mort et des péchés qui ne mènent pas à la mort. C'est la distinction des péchés mortels et véniels, selon notre langage actuel. Ce sont deux étapes d'interprétation difficile: quel est le blasphème contre le Saint-Esprit? péché mortel? quelle relation existe-t-il entre les péchés canoniques et le péché mortel? Il ne semble pas cependant que la mort de Jean ou l'irrémédiabilité mentionnée par Matthieu doivent être comprises de manière à constituer une limite insurmontable au pouvoir de l'Église sur la rémission des péchés.

Cependant, il est compréhensible qu'au début de la réflexion chrétienne, au début du long voyage exégétique, ces textes devraient peser sur la doctrine et la pratique de la pénitence. Ainsi, Origène, qui d'ailleurs affirme d'habitude le pouvoir de l'Église de se repentir de tout péché, dans un passage de De oratione, parle de péchés indubitables, irrémédiables, des trois péchés canoniques et du péché menant à la mort. Même Cyprien qui était l'une des polémiques les plus controversées contre l'hérésie rigoriste, même Cyprien reste perplexe devant le texte de Matthieu, et parle de l'irrémédiabilité du blasphème contre le Saint-Esprit.

Pourtant, dans l'Evangile, la puissance du Christ guérit tous les maux: "Tous ceux qui l'ont touché disent que Marc a été guéri", et même la mort n'est pas un obstacle à sa puissance: la fille de la veuve de Jaïus, sépulcre, et même Lazare dans la tombe qui avait déjà été mis hors service et pourri reprendre vie. Si cela dans l'ordre de la vie physique sera la moindre puissance du Christ dans l'ordre de la vie surnaturelle, dans cet ordre, par rapport à quoi exactement le Christ a été envoyé en tant que restaurateur, en tant que sauveur?

Nous renouvelons l'invitation

Si votre cœur est impatient de faire quelque chose pour les frères qui sont peinés par la souffrance ou la solitude, vous pouvez accueillir le Seigneur avec ardeur. La prière est l'une des formes les plus élevées de la charité.

Si vous cherchez ensuite d'autres frères merveilleux qui peuvent vous rejoindre dans la prière dans un seul cœur, alors visitez le site de l'invisible Monastère de la Charité et de la Fraternité. Vous y trouverez une famille prête à vous accueillir à bras ouverts.

Si vous voulez accepter l'invitation de Jésus, ou si vous voulez simplement essayer de prier depuis chez vous, cliquez ici et vous trouverez tellement de frères merveilleux prêts à se joindre spirituellement à une grande prière d'intercession dans la prière.

Si vous souhaitez recevoir le livret de prière, remplissez le formulaire et recevez-le à votre adresse sans encourir aucune dépense ou obligation, sauf pour la prière. Les données envoyées sont protégées par la loi et considérées comme confidentielles.

Tu es intéressé