Pénitence

Pénitence

Examen

Par le contrit le pécheur est détaché du péché pour prendre possession du passé et être loin. Il est clair que cela implique la connaissance du péché et après l'avoir reconnu comme son rejette.

Examen de conscience

C'est la douleur qui apporte à l'âme de soutenir l'examen de la conscience, un acte de réflexion qui permet d'abord la mémoire de récupérer les fautes passées et puis vient de les détester. Oui à la douleur il faut ajouter l'accusation d'avoir agi contre la moralité, contre le vrai bien, contre la justice et cette conviction doit naître d'une conscience vertueuse.

Jésus institua le sacrement de la confession ou de la réconciliation pour permettre au pécheur d'offrir au confesseur tous les éléments à juger. Pour cela il est nécessaire d'avouer tous les péchés mortels et aussi, par la recherche diligente dans notre intime, ces péchés jugés que si répétés en grand nombre ont la capacité d'arrêter un voyage spirituel. Seulement avec cette accusation, l'humilité et la tristesse, vous êtes assuré de pardon par la miséricorde infinie de Dieu.

L'examen et l'accusation sont des besoins intimes suggérés par la même nature. En outre, les anciens érudits ont recommandé un examen de conscience à ceux qui étaient intéressés par leur perfection morale. La nécessité de manifester aux autres leur propre péché est une nécessité psychologique, beaucoup utilisent le lit de la psychothérapeute à payer pour surmonter leur malaise intérieur et le silence de leur conscience. Dans les temps passés et dans certains cas, il était suffisant de pratiquer le sacrement de la confession régulièrement, dirigé par un père spirituel expérimenté et était également libre.

Même Judas Iscariote, après la trahison, a ressenti le besoin de s'accuser publiquement "J'ai péché, j'ai trahi le sang innocent." (Mt. 27, 4). Ces revendications naturelles sont rassemblées, élevées et Il est nécessaire de se déclarer coupable de tous les péchés mortels, mais aussi de ceux occultes qui sont parfois déchaînés par le désir désordonnée ou par les circonstances qui ont causé une attitude immorale. Pas une confession ordinaire, qui est souvent très viciée, parce qu'il y a peu ou pas de préparation et, par conséquent, manque le contrit.
Il arrive plusieurs fois que le pénitent a le désir tacite de retourner au péché, parce qu'il ne veut pas éviter l'occasion de pécher et veut même adopter les moyens nécessaires pour modifier la vie.

Transfigurées dans le sacrement de la pénitence, qui est tout sauf une imposition arbitraire d'un précepte.En outre, d'autres sont sortis du péché, mais ils ne parviennent pas à se libérer de la contrainte qu'ils ont établie avec elle. Ils ont, en fait, le but de ne pas pécher plus, mais ils maintiennent la nostalgie de se priver du propre du péché. Pour mieux dire, ils ont renoncé au péché, mais n'oubliez pas de tourner avec nostalgie dans cette direction.

D'autres s'abstiennent de pécher de peur, mais ils aimeraient participer à la transgression et estimer chanceux ceux qui aiment l'interdit. En vérité, ils seraient capables de pécher sans être damnés. Eh bien, tôt ou tard, ils seront enflammés par le goût du péché.

La confession a été mise en place pour donner la grâce à ceux qui l'ont perdu après le baptême. C'est une pratique toujours présente, bien que comprise et pratiquée de différentes manières. Les documents des premiers siècles du christianisme parlent d'une pénitence à pratiquer publiquement après avoir reconnu, toujours publiquement, son propre péché, surtout si elle était publique. Cependant, les savants faisant autorité sont convaincus que l'accusation secrète était déjà en usage à ce moment-là.

Cette hypothèse semble plausible et la pénitence publique a été déterminée dans la manière et le temps par l'évêque. Lui, qui était le juge, devait connaître le blâme pour la pénitence proportionnelle. à un moment, il a été institué au moins dans l'est, la charge du pénitencier de prêtre, juste pour recevoir l'accusation: selon les historiens grecs cette charge a été instituée à l'époque du (demi-siècle III), et peut-être même avant. On peut considérer que lorsque Saint Léo le grand, en 459 écrit aux évêques de la Campanie que: les péchés de conscience suffisent qu'ils ne se manifestent qu'aux prêtres dans une confession secrète, il ne fait rien d'autre que sanctionner une pratique qui était maintenant universellement.

Le passage de Leo le grand non seulement témoigne à la pratique de la confession secrète, auriculaire, et le ministre de cette confession était généralement un prêtre.

Questa ipotesi sembra plausibile e la penitenza pubblica era determinata nel modo e nel tempo dal Vescovo. Lui, che era il giudice, doveva conoscere la colpa per proporzionare la penitenza. Ad un certo momento, fu istituita almeno in oriente, la carica del presbitero penitenziere, proprio per ricevere l'accusa: Secondo gli storici greci tale carica fu istituita ai tempi di Decio (metà secolo III), e forse anche prima. Si può ritenere che quando S. Leone Magno, nel 459 scrive ai vescovi della Campania che: le colpe della coscienza basta che siano manifestate soltanto ai sacerdoti in una confessione segreta, non facesse altro che sancire una prassi che ormai era universalmente.

Qu'il manifeste donc votre justice. Je considère qu'il est juste, en fait, que vous accomplissez votre service à votre supérieur, afin que votre employé le remplisse vers vous. Nous parlions de la chair, qui est inférieure à l'esprit, sous réserve de lui; Il est fait pour être apprivoisé et régulé par lui. Vous vous comportez avec elle de sorte que vous obéissez et rationnez votre nourriture parce que vous voulez qu'elle soit sujette à vous. Reconnaissez qui est le plus grand, reconnaissez qui est supérieur, si vous voulez que le bas à droite s'abaisse à vous. C'est un non-sens si votre chair vous obéit et vous n'obéissez pas à votre Dieu. En soi, vous êtes condamné pour le fait qu'il vous obéit. L'obéissance témoigne contre vous.

Tu es intéressé