Pénitence

#

Jeûne

Nous lisons dans la Sainte Écriture que le Seigneur a parlée à son peuple, parlant de la nécessité de faire de bonnes œuvres pour leur plaire et faire partie du nombre de saints:
Les choses que je vous demande ne sont pas au-dessus de vos forces, pour les faire, vous n'avez pas à vous élever jusqu'aux nuages ou à traverser les mers.

.

Aumône et prière

Curato d'Ars

Tout ce que je te commande est pour ainsi dire à portée de main, dans ton cœur et autour de toi. Je peux répéter la même chose: il est vrai que nous n'aurons jamais la chance d'aller au ciel sans faire de bonnes œuvres; nous ne nous effrayons pas: ce que Jésus-Christ nous demande ne sont pas des choses extraordinaires ou au-dessus de nos capacités, ne nous demande pas de rester toute la journée à l'église, pas même de faire de grandes pénitences, c'est de ruiner notre santé, ni même de donner tout le nôtre aux pauvres (bien qu'il soit vrai que nous sommes obligés de donner aux pauvres comme nous pouvons, et que nous devons le faire pour plaire à Dieu qui nous commande et rachète nos péchés).

Il est vrai que nous devons pratiquer la mortification dans beaucoup de choses, apprivoiser nos inclinations. Mais vous me direz qu'il y en a plus d'un qui ne peut pas jeûner, d'autres qui ne peuvent pas faire l'aumône, d'autres qui sont si occupés qu'ils manquent souvent de faire leur prière le matin et le soir; comment, alors, pourront-ils se sauver, puisqu'ils doivent prier continuellement et doivent nécessairement faire de bonnes œuvres pour conquérir le ciel? Puisque toutes vos bonnes œuvres sont réduites à la prière, au jeûne et à la convoitise, nous pouvons facilement faire tout cela, comme vous le verrez.

Oui, même si nous étions en mauvaise santé ou nous étions malades, il y a un jeûne que nous pouvons facilement faire. Nous sommes tous trop pauvres, nous pouvons encore faire l'aumône, et aussi grands que nos occupations, nous pouvons prier le bon Dieu sans être dérangés dans nos affaires, prier le soir et le matin, et même toute la journée.

Et voici comment. Nous pratiquons un jeûne très agréable à Dieu, chaque fois que nous nous privons de tout ce que nous voudrions faire, parce que le jeûne n'est pas tout dans la privation de boire et de manger, mais dans la privation de ce qui nous plaît à notre goût ; on peut devenir mortifié dans la manière de s'adapter, les autres dans les visites qu'ils veulent faire aux amis qu'ils aiment voir, aux autres, dans les mots et les discours qu'ils aiment tenir; il fait un grand jeûne et est très content de Dieu quand il combat son propre amour, sa fierté, sa répugnance à faire ce qu'il n'aime pas faire, ou avec des gens qui s'opposent à son caractère, à ses manières d'agir.

Êtes-vous à une occasion où vous pourriez satisfaire votre plaisir? Au lieu de le faire, prenez-le, sans le préciser, ce que vous aimez le moins. Oui, si nous voulions bien l'appliquer, nous ne nous contenterions pas seulement de jeûner tous les jours, mais toujours à chaque moment de la journée.

Mais, dis-moi, y a-t-il encore un jeûne plus agréable à Dieu que de faire et de supporter patiemment certaines choses souvent très désagréables? Sans oublier les maladies, infirmités et tant d'autres afflictions inséparables de notre vie misérable, combien de fois avons-nous l'occasion de nous mortifié, d'accepter ce qui nous dérange et nous répugne? Maintenant, c'est un travail qui nous agace, maintenant une personne désagréable, d'autres fois c'est une humiliation qui nous coûte d'endurer. Eh bien, si nous acceptons tout cela pour le bon Dieu, et seulement pour lui plaire, ce sont les cultes les plus rapides de Dieu.

Nous disons qu'il y a une sorte d'aumône que tout le monde peut faire.

Vous voyez que l'aumône ne consiste pas seulement à nourrir ceux qui ont faim, et à donner des vêtements à ceux qui n'en ont pas; mais toutes les faveurs qui sont faites au prochain, à la fois pour le corps et pour l'âme, quand nous le faisons dans l'esprit de la charité. Quand nous avons peu, eh bien, nous donnons peu; et quand nous ne le faisons pas, nous empruntons, si nous le pouvons. Celui qui ne peut subvenir aux besoins des malades peut bien leur rendre visite, leur dire quelques mots de consolation, prier pour eux, afin qu'ils puissent faire bon usage de leur maladie. Oui, tout est grand et précieux aux yeux de Dieu quand nous agissons pour une raison de religion et de charité, car le geste du Christ nous dit qu'un verre d'eau ne reste pas sans récompense. Vous voyez, cependant, que nous sommes très pauvres, nous pouvons facilement faire l'aumône.

Je dis que pour les grands qui sont nos occupations, il y a une sorte de prière que nous pouvons faire continuellement, même sans nous distraire de nos occupations, et voici comment c'est. Dites-moi, il semble très difficile de faire l'effort de faire seulement la volonté de Dieu dans toutes nos actions, si petites soient-elles.

Tu es intéressé