Béatitudes

Beatitudini evangeliche

Troisième beatitude

Ne tombez pas des mouvements passionnés, retenez les impulsions, ne laissez pas l'âme être entraînée dans le désordre.

Bienheureux les mythes car ils hériteront de la terre

Quelle est cette terre qui héritera des doux? Et qui sont les doux? Tout ce qui nous est manifesté par les sens est totalement pertinent pour le monde matériel et tangible. En conséquence, il est affirmé que le Royaume des cieux, le monde parfait des créatures parfaites, Lui est supérieur, ne serait-ce qu'en raison de l'élévation du lieu; cependant, cela reste inférieur à la capacité de l'intellect, impossible à mettre en pratique par le raisonnement, tant que l'intellect ne parvient pas à s'extirper et à s'émanciper de ce qu'il perçoit à travers les sens. L'homme, obscurci par l'esprit, n'est donc pas en mesure de comprendre ce que Dieu lui a promis, c'est pourquoi Jésus, le Dieu qui devient homme, est descendu sur nous parce qu'il nous aurait été impossible de nous élever à lui. IL nous livre les mystères divins avec des mots et des expressions que nous connaissons, en utilisant ces comparaisons que la coutume de la vie sur terre nous permet de comprendre.

En fait, il n'aurait pas été possible qu'avec les noms propres et les définitions, les biens qui transcendent la sensation et la connaissance humaines soient révélés aux hommes. L'Apôtre dit: "Ce qu'un œil n'a pas vu, ni entendu, ni entendu le cœur de l'homme, ces choses ont préparé Dieu pour ceux qui l'aiment" (1 Co 2: 9). Par conséquent, si vous êtes entré dans une espérance céleste, recherchez le pays qui est un héritage préparé par Dieu, mais pas pour tous, mais seulement pour ceux qui seront jugés dignes, car ils auront montré qu'ils aiment Dieu par la douceur de leurs vies. Doux et patient, David a montré qu'il avait senti cette terre promise sous l'inspiration de l'Esprit en affirmant: "Je suis sûr de contempler la bonté du Seigneur sur la terre des vivants" [Ps 27,13].

Le prophète n'a pas appelé le pays des vivants ceci, dans lequel nous menons notre existence quotidienne et qui produit tout ce qui est mortel, perturbe tout ce qui en est généré. Il savait que "le pays des vivants" est un pays dans lequel la mort n'a aucun accès, dans lequel le chemin des pécheurs n'est pas battu, dans lequel il n'y a pas d'ombre de vice, sur lequel le semeur de mauvaises herbes ne trace pas le sillon de la charrue de méchanceté; c'est la terre qui ne produit ni douleurs ni épines; c'est là que coule l'eau du repos, des espaces verts de paix et de sérénité s'ouvrent. Si notre intellect, libéré de la corruption des sens, contemple le pays sublime qui s'étend au-dessus des cieux, dans lequel se trouve la Cité du Roi, dont on dit des choses glorieuses, comme le dit le prophète, nous ne devrions pas être surpris de le trouver cité promesse dans l'ordre séquentiel des Béatitudes. Il ne serait pas commode que ce soit le pays des bénédictions offert ici en l'espoir de ceux qui, comme l'Apôtre Paul le dit, seront enlevés dans les nuages pour rencontrer, dans les airs, le Seigneur, afin de rester avec lui pour toujours. Alors, quel besoin avons-nous encore de la terre en bas, nous qui pouvons espérer une conjonction éternelle avec notre Créateur? En fait "alors nous, les vivants, les survivants, avec eux, nous serons enlevés sur les nuages dans le ciel au Seigneur. Ainsi nous serons toujours avec le Seigneur "[1 Th 4:17].

Mais comment pouvons-nous devenir des doux pour mériter cette promesse, cette terre féconde de beaux fruits, sur laquelle les feuilles de l'arbre de vie balancent, irriguée par les sources de grâces spirituelles, sur laquelle la vraie vigne germe, dont le fermier, nous entendons, est le Père du Seigneur? être doux ne signifie pas être placide ou lent dans les réactions. L'homme charnel, par nature, est facilement sujet au vice, les choix dangereux sont pris à la légère et sans trop d'hésitation. La douceur consiste à veiller sur les pulsions de la nature humaine aussi longtemps que nous sommes autorisés sur cette terre. Le calme envers les vices deviennent alors une action et un mouvement vers ce qui est supérieur.

Les passions concernent les choses matérielles et chacune d'elles a une impulsion rapide et irrépressible à la plénitude du plaisir; Pour cette raison, le Seigneur n'appelle pas bienheureux ceux qui vivent rassemblés, étrangers aux passions, mais ceux qui, vivant dans le monde, font de la douceur une vertu qui les rend dignes de la béatitude promise. Il ne prescrit pas l'impassibilité à la nature humaine. La loi est proportionnée au pouvoir correspondant et à la nature. C'est pourquoi l'invitation à cette Béatitude ne nous exhorte pas à être sans passions, mais nous exhorte à mesurer et à faire preuve de douceur, ce qui peut être atteint par la vertu. Il ne dit pas que ceux qui le désirent dans certaines circonstances sont condamnés, mais ceux qui se laissent séduire par la passion avec préméditation. Ne vous laissez pas emporter par l'élan de la passion comme dans un torrent, restez courageusement devant elle et rejetez la passion écrasante avec un raisonnement pur, c'est le travail de la vertu!

Heureux ceux qui ne tombent pas attirés par les mouvements passionnés de l'âme, mais qui sont calmes par la raison; en eux, le raisonnement de l'intellect incorruptible, retenant les impulsions, ne permet pas à l'âme d'être entraînée dans le désordre.

Jésus nous prescrit la douceur après l'humilité, l'un est le fondement de l'autre et tous deux sont le résultat d'un choix ferme et d'une volonté tenace. Si vous éliminez la fierté de la conduite, la passion de la colère n'a aucune chance de naître. L'authenticité et le déshonneur sont la cause d'une telle faiblesse chez les courroucés, alors que la disgrâce n'a aucune emprise sur ceux qui se sont éduqués dans l'humilité.

Ne confondez pas la douceur avec un caractère calme ou avec la gentillesse. Jésus dit: "apprends de moi que je suis doux et humble de cœur". La douceur est l'attitude avec laquelle vous vous placez devant Dieu, c'est-à-dire laissant Dieu faire sa volonté sur vous; l'exemple par excellence de la douceur est Marie: "Qu'on me fasse ce que tu as dit, je suis la servante du Seigneur". C'est la douceur que Dieu veut de nous pour nous laisser sa terre. La douceur vous conduit à la béatitude, à jouir dans votre vie, en fait, de la plénitude de Dieu, qui a un sens très profond, car elle implique une relation avec Dieu d'obéissance aimante, sinon vous ne pourrez pas jouir de sa plénitude.

La douceur est donc amour, au même titre que la pauvreté d'esprit. Si nous sommes tels, nous hériterons du pays des vivants, car la douceur est synonyme de charité et d'humilité, et la haine et l'orgueil l'emporteront: le monde de la vie éternelle sera le nôtre, c'est-à-dire Dieu, car nous reconnaîtrons Dieu comme le maître absolu de la Création qui devrait être loué et béni et faire de tout ce qui est sien: "En lui, il nous a choisis avant la création du monde pour être saints et immaculés devant lui dans la charité, nous prédestinant à être pour lui des fils adoptifs par Jésus-Christ, selon le plan d'amour de sa volonté, à la louange de la splendeur de sa grâce, dont il nous a récompensés dans le Fils bien-aimé [...]. En lui, nous avons également été faits héritiers, prédestinés - selon le projet de celui qui travaille tous selon sa volonté - à louer notre gloire, nous qui, avant même que nous ayons espéré en Christ. En vous aussi, après avoir entendu la parole de vérité, l'évangile de votre salut et y avoir cru, vous avez reçu le sceau de l'Esprit Saint qui avait été promis, qui est un dépôt de notre héritage, en attente de la rédemption complète. De ceux que Dieu a acquis à la louange de sa gloire ". (Ep 1,3-14)

Tu es intéressé