Béatitudes

Béatitudes

Huitième Bonheur

Ne regardez pas ce que vous laissez et courez vers le bien.

Bienheureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux leur appartient

L'ordre des préceptes nous amène à la huitième étape au sommet de la montée. Une fois "souillés" par le péché, par le chemin de la purification, puis ramenés à l'état de pureté naturelle, nous obtiendrons la récompense des travaux, la récompense de tant de sueur avec la réintégration au ciel: c'est le royaume des cieux".

Être persécuté à cause du Seigneur est une source de bonheur, car être poursuivi par le mal devient une raison pour s'installer dans le bien. Le bien est le même Seigneur à qui il court et qui est poursuivi par le persécuteur. La vie humaine est à la frontière entre le bien et le mal, entre la joie de ceux qui espèrent et le gouffre de ceux qui sont au désespoir. Parce que la persécution des martyrs est faite par les méchants, la forme sous laquelle elle se manifeste à première vue est pénible pour les sens, mais sa fin transcende toute souffrance.

Ce qui semble douloureux devient souvent une source de bonheur pour beaucoup, comme en témoigne l'histoire de Joseph, fils de Jacob. Il a été menacé par ses frères et enlevé à leur compagnie. Grâce à sa vente, il fut nommé roi par ceux qui avaient comploté contre lui; et il ne serait pas arrivé à une telle dignité, sans leur envie, par laquelle le chemin du royaume lui était ouvert. Si quelqu'un avait dit à Joseph, "parce que tu es menacé, tu seras béni", ne serait pas apparu crédible à ses yeux, car il ne pouvait alors voir que la souffrance du présent. De la même façon, même la persécution faite aux fidèles, très douloureuse pour les sens, ne peut être acceptée qu'avec l'espoir du Royaume.

Stephen, lapidé, se réjouit et accueillit avec joie le jet de pierres sur son corps et retourna tuer le tueur avec des bénédictions, priant pour qu'aucune faute ne leur soit imputée, car il avait compris la promesse du Seigneur et voyait que son espoir de la vaincre devenait concret l'acceptation de ce qu'il était en train de subir; ayant effectivement entendu dire que les persécutés à cause du Seigneur entreraient dans le royaume des cieux, il vit - pendant qu'il était persécuté - ce qui l'attendait: le ciel ouvert, la gloire de Dieu.

Il n'est pas facile de préférer, aux plaisirs visibles de cette vie, le bien invisible d'une réalité non encore vécue; il n'est pas facile d'affronter ce choix sans l'aide du Seigneur. Comme le dit l'apôtre: "Et ceux qu'il a prédits, là il a appelé; et ceux qu'il a appelés, justifiés; et ceux qui ont justifié ont aussi glorifié" (Rom 8:30). L'âme, à travers les sensations du corps, est attirée par les plaisirs de la vie, ses yeux se délectent de la beauté de la matière, son audition est encline aux sons flatteurs de ses appels et, selon la nature propre à chaque sens, est prédisposé aux sollicitations de l'odorat, du goût et du toucher; c'est pourquoi l'âme, attachée aux choses agréables de la vie par le pouvoir des sens, ne se sépare guère des plaisirs qui l'entourent et la minent continuellement. Dans cette situation, l'âme devient une proie facile du mal.

Cependant, les Ecritures nous l'enseignent et le sermon sur la montagne le souligne encore plus clairement: pour chaque mal, pour chaque action ou état d'esprit contraire au bien, le Père nous a préparé une solution, un choix alternatif qui nous permet de nous libérer de tels mécanismes. "En fait, la parole de Dieu est vivante, efficace et plus tranchante que n'importe quelle épée à double tranchant: elle pénètre jusqu'à diviser l'âme et l'esprit, les articulations et la moelle, et distingue les sentiments et les pensées du cœur" (He 4, 12). . La Parole pénètre en ceux qui ont vraiment accepté la foi, coupent les parties qui ont mal grossi et les liens de l'habitude, donnant la force de vaincre les plaisirs du monde. Vous serez alors surpris de voir que vous ne regardez plus combien vous partez, mais ce à quoi vous aspirez; ne regardez plus ce qui est agréable, mais courez vers le bien; ne vous affligez pas de la perte des trésors terrestres, mais exultez dans la conquête des célestes. C'est à ce moment précis que, sans aucune hésitation, vous commencerez à recevoir rapidement toute forme de torture, moyen et aide de la joie promise; le feu comme moyen de purification de la matière; l'épée comme moyen qui sépare l'union formée entre l'esprit et ce qui est matériel ou charnel. Tout ce qui peut être douloureux et douloureux devient agréable pour vous, car il est reconnu comme le seul antidote capable de contrecarrer le poison maléfique et nuisible du plaisir.

Ceux qui sont persécutés par l'ennemi et fuient vers Dieu acceptent volontairement toutes les épreuves pénibles qui se présentent, car ils constituent l'eau qui éteint le feu indomptable du plaisir. Puisque le péché a été introduit par le plaisir, il sera banni de son contraire; et ceux qui persécutent les autres hommes à cause de leur confession de foi dans le Seigneur ne font rien d'autre qu'offrir, à travers les peines infligées, un médicament à l'âme de ce dernier. Ainsi, Paul accepte la croix, Jacques l'épée, Etienne les pierres, Pierre la crucifixion à l'envers; de même que tous les saints qui leur ont succédé ont accepté avec joie les différentes formes de torture comme moyen de se purifier du péché (bêtes, abîmes, brûlures, scarnification, têtes percées par des clous, yeux crevés, doigts coupés, corps démembrés et toute autre forme de torture), afin de ne laisser aucune trace des plaisirs imprimés dans leur cœur, conscients que cette épreuve douloureuse et amère est la seule à pouvoir effacer toutes les cicatrices de plaisir de l'âme.

L'affliction est une fleur des fruits espérés. Nous prenons donc aussi la fleur, pour avoir le fruit. Laissez-nous chasser pour courir! Courir, nous courons en vain, mais c'est notre course adressée au prix de notre vocation supérieure; Courons pour Christ, qui est le prix de la course de la foi. Il est la couronne de lauriers pour ceux qui gagnent. Par conséquent, si nous sommes persécutés, ne soyons pas affligés, mais réjouissons-nous plutôt, car par la suppression des honneurs du monde, nous serons poussés vers le bien céleste, selon la promesse de Celui qui a béni ceux qui seront persécutés pour sa cause, depuis le Royaume de Cieux est pour eux.

Ceux qui sont persécutés à cause de la justice sont ceux qui ressentent directement ce que Jésus a dit: "Je ne suis pas venu apporter la paix, mais la division" (Mt 10.34). En raison de sa position sur terre, il a été tellement détesté qu'il a été tué: "Vous avez nié le Saint et le Juste, et avez demandé pardon à un meurtrier. Vous avez tué l'auteur de la vie "(Actes 3: 14-15). Il en sera de même pour ses disciples, car en parlant de lui, ils s'exposeront à la persécution: "Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice".

Mais quelle est cette justice? C'est Jésus, la seule certitude de Dieu; c'est la justice! Défendre cela signifie s'exposer à la persécution, mais aussi avoir le réconfort et l'aide de Jésus qui console ses imitateurs, les encourage, les encourage avec des paroles réconfortantes murmurées dans leur cœur: "réjouissez-vous et soyez heureux, parce que vous avez atteint la bonheur, et vous pouvez être sûr d'être béni parce que vous apprécierez ma présence, parce que vous sentirez ma présence, parce que vous vivrez de ma présence, même au milieu de toute cette réalité qui vous est hostile ". En fait, Jésus a déjà dit à son premiers disciples: "Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups; soyez aussi prudent que des serpents et simple comme des colombes.

Méfiez-vous des hommes, car ils vous livreront à leurs tribunaux et vous fouetteront dans leurs synagogues; et vous serez amenés devant moi pour les gouverneurs et les rois, pour témoigner d'eux et des païens [...]. Et vous serez haïs par tout le monde à cause de mon nom; mais quiconque persévérera jusqu'à la fin sera sauvé "(Mt 10, 16-22). Ici alors, les persécutés, les insultés, ceux qui recevront toutes sortes de maux parce qu'ils défendront sa justice, la vérité, la certitude que dans le fils de l'homme est la plénitude de Dieu, seront alors réconfortés par son intervention salvatrice, Son dernier câlin, et ils seront bénis pour l'éternité.

Le chemin pour atteindre ce bonheur est donc celui que Jésus nous a enseigné, nous accompagnant sur ce chemin qui mène au sommet de la montagne: pauvreté d'esprit, affliction, douceur, soif de justice, miséricorde, pureté de cœur et faiseur de paix. C'est le chemin sur lequel nous devons nous entraîner pour devenir capable d'atteindre la plénitude du bonheur, car malgré les difficultés et les malentendus, malgré les choses qui continueront à s'opposer à notre chemin, nous sommes certains de ce qui nous attend: réjouissons-nous et soutenons-nous, les uns avec les autres, car nous serons toujours bénis dans le royaume des cieux.

Tu es intéressé