Véronique Giuliani

Enfer

Enfer

Purgatoire

Véronique Giuliani était une abbesse du monastère de Città di Castello et du mysticisme italien. Il est considéré parmi les plus importants pénitents contemplatifs et son modèle était la spiritualité franciscaine.

Elle a écrit le journal "Le trésor caché" dans lequel il raconte sa propre expérience mystique.

La méditation de l'enfer

Tout à coup, je me trouvai dans un endroit sombre, profond et puant, j'entendis des cris de taureaux, d'ânes, des lions rugir, des sifflements de serpents, une confusion de voix effrayantes, et un grand tonnerre qui apportait la terreur et l'effroi. Éclairs de feu et fumée très dense. Adagio, ce n'est toujours rien.

Il me semblait voir une grande montagne toute couverte de vipères, de serpents et de basilics entrelacés ensemble; il ne se reconnaissait pas, et en quantité sans nombre. En entendant, sous ces malédictions et ces voix effrayantes, adressées à mes anges, je leur demandai quelles étaient ces voix; et ils m'ont dit que beaucoup d'âmes étaient tourmentées là et que cet endroit était le plus rafraîchissant. En fait, cette grande montagne s'ouvrit immédiatement et il me sembla la voir pleine d'âmes et de démons! En beaucoup de chiffres! Ces âmes ont été attaquées ensemble comme si elles étaient une; et les démons les tiennent tellement attachés, avec des chaînes de feu, à eux-mêmes, que les âmes et les démons sont une chose même, et chaque âme a tant de démons sur elle, que dès qu'elle est discernée. La façon dont je les ai vus, je ne peux pas le décrire; Je l'ai juste dit pour me faire comprendre, mais je ne dis rien de ce que c'est.

J'ai été transporté vers une autre montagne où il y avait des taureaux et des chevaux sauvages qui semblaient mordre comme autant de chiens en colère. Pour ces animaux, le feu provenait des yeux, de la bouche et du nez; leurs dents avaient l'air d'épées tranchantes qui, d'un seul bloc, se réduisaient en morceaux, en rien de ce qui se trouvait dans leur bouche; et j'ai compris qu'ils mordaient et dévoraient les âmes. Quelles crêtes et quelle terreur! Ils n'ont jamais cessé, et je savais qu'ils durent toujours comme ça. Puis j'ai vu d'autres montagnes avec des tourments plus impitoyables; mais il est impossible de les décrire, et l'esprit humain ne peut jamais, jamais les comprendre.

Au milieu de cet endroit, il y a un très haut trône, très grand, très laid et entièrement composé de démons! Plus effrayant que l'enfer; et au milieu, il y a une chaise formée de démons, les chefs et les principaux. Voici Lucifer, terrifiant, horrible. O Dieu! Quelle mauvaise forme! Il passe dans la laideur, tous les autres démons; il paraît qu'il a une tête de cent têtes, et qu'il est plein de longues pointes, au-dessus de chacune desquelles il y a comme un œil, gros comme une tête de bœuf, qui envoie des flèches enflammées qui brûlent tout l'enfer.

Et avec tout ce que c'est un si grand endroit, et avec tant de millions d'âmes et de démons, tous voient cette vue dévoilée, et tous ont des tourments sur les tourments par le même Lucifer. Il voit tout le monde et tout le monde le voit.

Qui i miei Angeli mi fecero capire che, siccome, in Paradiso, la vista di Dio, a faccia a faccia, rende beati e contenti tutti i Comprensori, così, nell'inferno, la brutta faccia di Lucifero, di questo mostro infernale, è di tormento a tutte le anime. Vedono tutte, a faccia a faccia il Nemico di Dio; ed avendo perduto Iddio per sempre, ed il non averlo mai, mai a godere, forma la pena. Lucifero l'ha in sé, e da lui si spicca in modo, che la partecipano tutti i dannati. Esso bestemmia e tutti bestemmiano; esso maledice e tutti maledicono; esso tormenta, e tutti tormentano.

Et combien de temps cela sera-t-il? J'ai demandé à mes anges; et ils m'ont répondu: Pour toujours, pour toute l'éternité. O Dieu! Je ne peux rien dire; de ce que j'ai appris et compris; avec des mots, ça ne dit rien. Ici, en un instant, ils m'ont montré l'oreiller qui était assis sur la chaise de Lucifer, où il était assis sur ce trône. C'était l'âme de Judas. Même sous les pieds du Lucifer, il y avait un très grand oreiller. On m'a fait comprendre que c'étaient des âmes de religieux; et quand il a ouvert son trône, j'ai vu une grande quantité d'âmes parmi les démons qui étaient sous la chaise. Alors j'ai demandé à mes anges: Et qui sont-ils? Et ils m'ont dit qu'ils étaient des prélats, des chefs de l'Église et des supérieurs de la religion.

O Dieu! Chaque âme souffre, d'un coup, tout ce que souffrent les âmes des autres damnés; et a semblé comprendre que mon aller là était un tourment à tous les démons! Et à toutes les âmes de l'enfer. Je crois, cependant, que non seulement mes anges m'accompagnaient, mais ma chère maman, la très sainte Marie, m'accompagnait inconsciemment, parce que, sans elle, je serais morte d'une frayeur pure. Je ne dis rien d'autre; Je ne peux rien dire de plus. Tout ce que j'ai dit n'est rien, et tout ce que j'ai entendu des prédicateurs n'est rien. L'enfer n'est pas compris et l'on ne peut jamais apprendre l'acuité de ses douleurs et de ses tourments. Ce point de vue m'a rendu très bon, de m'avoir résolu à m'éloigner de tout et à faire mes opérations avec plus de perfection, étant si négligé. En enfer il y a la place pour tout le monde, et il y a mon ancre, sinon la vie bête. Soit tout pour la gloire de Dieu, selon la volonté de Dieu, pour Dieu, avec Dieu!".

Tu es intéressé