Agostino de Ippona

Enfer

Enfer

Purgatoire

Père, docteur et saint de l'Église catholique, aussi appelé docteur de la grâce.
Il était le plus grand penseur et certainement l'un des plus grands génies de l'humanité.

Ses œuvres les plus célèbres sont:

  • Confessions.
  • La ville de Dieu - (De Civitate Dei).

Qualité des pénalités éternelles

Par conséquent, ce que Dieu a annoncé pour son prophéte sur la torture éternelle des damnés s'accomplira dans son intégralité: "Leur ver ne mourra pas et leur feu ne s'éteindra pas" (Rom 11,17-24) ... "Qui Y a-t-il ce scandale sans quoi je brûle? (2 Cor 11:29) ... il est écrit "Comment le tarma ronge la robe et le ver de bois, de sorte que la tristesse ronge le cœur de l'homme".
(Prov 25,20).

En effet, nous lisons dans les Écritures de l'Ancien Testament: "Le feu et le ver puniront la chair des méchants" (Eccl 7,17). Peut-être que l'Ecriture signifiait qu'ils puniraient la chair, parce que chez l'homme la culpabilité d'être vécue selon la chair sera punie et donc souffrira la seconde mort signifiée par l'Apôtre quand il dira: "Si tu vis selon la chair tu mourras".
(Rom 8,13).

Le feu de la Géhenne, s'il est corporel, peut-il brûler les mauvais esprits qui sont incorporels?

Si le feu ne sera pas incorporel comme la douleur de l'âme, mais corporellement, fatal au toucher pour pouvoir torturer les corps, comment peut-il servir de pénalités même pour les mauvais esprits? En effet, le même feu sera assigné comme un tourment aux hommes et aux démons parce que le Christ a dit: "Éloigne-toi de moi, maudit, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges".
(Mt 25,41).

Je dirais, sans doute, que ces esprits brûlent sans aucun corps, comme l'homme riche a brûlé en enfer quand il s'est exclamé: "Brûle dans cette flamme" (Lc 16,24) ... Cette Géhenne, aussi appelée "Soufre et étang de feu" ", (Ap 20,10) sera un feu corporel et va tourmenter les corps des damnés, à la fois les corps solides des hommes et les aériennes des démons ... Le seul fait sera le feu pour l'un et l'autre, comme le même vérité.
(Cfr Mt 25,41).

La justice exige des pénalités proportionnées à la méchanceté et non à la durée du péché.

Certains jugent injuste qu'à cause des péchés, si graves soient-ils, commis en un temps relativement court, l'homme soit condamné à une punition éternelle; comme si la justice des lois exigeait que tout le monde soit puni dans un temps proportionné à celui employé pour commettre le péché...

Est-ce qu'on jugera peut-être qu'il faut passer tant de temps en prison qu'il a commis le crime pour lequel il est emprisonné? Et il n'y avait jamais personne qui croyait que les tourments des coupables devaient durer le même temps qu'ils utilisaient pour commettre un meurtre, un adultére, un sacrilége ou tout autre crime, qui devait être puni, non basé sur la durée du crime, temps, il a été commis, mais en fonction de la gravité de l'action.

Maintenant, si les hommes sont exclus de cette cité mortelle avec le supplice de la premiére mort, il est juste qu'ils soient exclus de la cité éternelle avec le supplice de la seconde mort. Et comme les lois de cette ville ne peuvent pas faire revenir un homme assassiné, les lois de cette autre ville ne permettent pas non plus qu'une seconde mort condamnée soit appelée à la vie éternelle.

Gravité pour laquelle la punition éternelle est due.

La punition éternelle semble dure et injuste au sentiment humain, parce que dans la misére de cette vie mortelle nous manquons ce sens de la sagesse pure et élevée qui nous fait comprendre la gravité du péché commis dans ce premier abus. Donc personne n'échappe à ce châtiment juste et mérité, sinon à la miséricorde et à la grâce non due; et l'humanité est divisée de maniére à montrer comment la grâce miséricordieuse peut être dans certains et la vengeance légitime dans d'autres. Peut-être que les damnés seront plus nombreux que les bienheureux, de sorte que de cette maniére on sait ce que nous aurions mérité.

Certains croient qu'aucune punition ne sera éternelle.

Certains n'admettent pas qu'il y aura un châtiment éternel pour ceux que le juste jugera dignes du châtiment de l'enfer; mais ils croient qu'ils seront libérés aprés un certain temps, plus ou moins long, selon la gravité de leurs péchés.
Le plus miséricordieux à cet égard était Origéne qui croyait que même le diable et ses anges, aprés de graves et longues tortures proportionnées à leurs péchés, seraient libérés de ces douleurs et associés aux saints anges. (Origine, pour ses erreurs doctrinales il a été condamné par l'Église).

Nous devons d'abord nous demander pourquoi l'Église ne pouvait pas accepter l'opinion de ceux qui promettent la purification et le pardon même du diable, même aprés de longues et sérieuses condamnations.
Il faut croire que la sentence que le Seigneur lui-même a déclaré dans le jugement ne peut être ni annulée ni infirmée: "Éloigne-toi de moi maudit, dans le feu éternel, préparé pour le diable et pour ses anges" (Mt 25,41). Avec ces mots il a montré que le diable et ses anges brûleront dans le feu éternel. Ce qui est écrit dans l'Apocalypse ne peut pas non plus être annulé: "Le diable qui les séduisait fut plongé dans le lac de feu et de soufre, où la bête et le faux prophéte étaient aussi tombés, et ils furent tourmentés jour et nuit pendant des siécles".
(Apoc 20,9-10).

Dans le premier pas nous avons éternel, dans le second, pour les siécles des siécles: deux expressions qui, dans l'écriture divine, signifient sans fin.
Jésus a dit: "Ainsi, ils iront au tourment éternel, et les justes à la vie éternelle", donc dire que la vie éternelle sera sans fin et que la punition éternelle aura une fin absurde. Par conséquent, puisque la vie éternelle des saints sera sans fin, même la punition éternelle, pour ceux qui tombent, elle sera certainement sans fin.
De: "De Civitate Dei"
de Sant Agostino


Tu es intéressé