Teresa d'Avila

Enfer

Enfer

Purgatoire

Santa Teresa, au siècle Teresa Sánchez de Cepeda Dávila y Ahumada, était une carmélite et une mystique espagnole.

De: Livre de vie de Santa Teresa d'Avila

Il a laissé des œuvres qui représentent sa doctrine mystique-spirituelle: "Le Château Intérieur", où il raconte l'itinéraire de l'âme à la recherche de Dieu, le "Chemin de la Perfection", les "Fondations" et de nombreuses prières.

"Cela faisait longtemps que le Seigneur ne m'avait déjà fait plusieurs des grâces mentionnées ci-dessus, et d'autres, très remarquables, alors qu'un jour j'étais en prière, je me suis retrouvé soudainement plongé dans l'enfer sans savoir comment. Il voulait me faire voir l'endroit que les démons avaient préparé pour moi et que j'avais mérité pour mes péchés.

Ce que j'ai dit, cependant, est mal décrit. Ce que je dis, cependant, me semble qu'on ne peut même pas essayer de le décrire ou de le comprendre: j'ai senti dans l'âme un feu d'une telle violence que je ne sais pas comment le rapporter; le corps avait été tourmenté par des douleurs si insupportables que, bien que souffrant dans cette vie très sérieuse, en effet, comme disent les médecins, les plus graves qui peuvent souffrir sur la terre - parce que mes nerfs étaient tous écrasés quand j'étais paralysé, sans parler de beaucoup d'autres personnes que j'ai eues, dont certaines, comme je l'ai dit, causées par le diable - tout n'est rien comparé à ce que j'ai souffert alors, beaucoup plus à la pensée qu'elles seraient tourmentées sans fin et sans trêve.

Et pourtant ce n'était rien comparé au tourment de l'âme: une oppression, une angoisse, une tristesse si profonde, une tristesse si inquiète et si désespérée, que je ne sais comment l'exprimer. Dire que c'est comme sentir continuellement arracher l'âme, c'est peu, parce que mourir, il semble que d'autres mettent fin à nos vies, mais voici la même âme à déchirer.

Je ne sais pas comment décrire ce feu intérieur et ce désespoir qui ont exacerbé des tourments aussi horribles et des souffrances si graves. Je ne voyais pas qui les obtiendrait, mais il me semblait que je me sentais brûlant et dilaté; Je répète, cependant, que la pire punition a été donnée par ce feu et ce désespoir intérieur. J'étais dans un endroit pestilentiel sans aucun espoir de réconfort, sans la possibilité de m'asseoir et d'étirer mes membres fermés alors que j'étais dans ce trou dans le mur. Les mêmes murs, horribles de me voir, m'ont enterré, me donnant un sentiment d'étouffement. Il n'y avait pas de lumière, mais une obscurité très dure. Je ne comprenais pas comment cela pouvait arriver: même s'il n'y avait pas de lumière, on pouvait voir ce qui valait la peine d'être vu.

Le Seigneur ne voulait alors plus me montrer l'enfer; chassé, cependant, j'ai eu une vision de choses effrayantes, y compris la punition de certains vices. Pour les voir, ils semblaient bien plus terribles, mais comme je n'avais pas de chagrin, ils ne me faisaient pas peur, alors que dans cette première vision le Seigneur voulait que je ressente vraiment l'angoisse et les afflictions dans l'esprit comme si elles étaient dans le corps. Je ne sais pas comment cela s'est passé, mais j'ai réalisé que c'était dû à une grande grâce et que le Seigneur voulait me faire voir de mes yeux où sa miséricorde m'avait libéré.

Entendre l'enfer n'est rien, comment a-t-il parfois médité sur les différents tourments qu'il cause (bien que quelques fois, parce que la voie de la peur n'est pas faite pour mon âme) et avec laquelle les démons torturent le damné et d'autres que j'ai lu dans les livres; il n'y a rien, je le répète, devant cette punition, ce qui est tout autre chose. Il y a la même différence entre un portrait et la réalité; brûler à notre feu est très peu en comparaison du feu de tourment de l'enfer.

J'avais peur et j'écris encore tant que près de six ans se sont écoulés tellement que je me sens étouffé par la terreur moi-même, là où je suis. Il n'y a donc pas un moment où je suis affligé par une souffrance ou un chagrin qui ne me semble pas une absurdité de tout ce qui peut être souffert ici, convaincu que nous nous plaignons partiellement sans raison. Je reviens donc pour dire que c'est un des plus grands remerciements que le Seigneur m'a fait parce qu'il m'a beaucoup aidé, ne pas craindre les tribulations et les contradictions de cette vie, et s'efforcer de les supporter et remercier le Seigneur de m'avoir libéré comme me semble maintenant le mal si terrible et si éternel.

A partir de là, je le répète, tout me semble facile par rapport à un moment de souffrance que j'ai souffert là-bas.

Tu es intéressé