Alfonso Maria de' Liguori

#

Enfer

Purgatoire

Également appelé "Docteur Magnifiques", il fut nommé Evêque et fonda la Congrégation du Très Saint Rédempteur. Quelques-unes de ses œuvres:

  • Théologie moralise.
  • La pratique du confesseur.
  • Les gloires de Marie.
  • Visites au Saint-Sacrement.
  • Pratiquez pour aimer Jésus-Christ.
  • Appareil à mort.
  • Les hauts éternels.

La peine de sens

Deux maux font que le pécheur, quand il pèche, laisse Dieu parfaitement bien et se tourne vers les créatures: "Deux méchancetés ont commis mon peuple: ils m'ont abandonné, source d'eau vive, et des citernes ont été creusées, des citernes gercées qui ne contiennent pas "l'eau". Parce que alors le pécheur se tourne vers les créatures avec dégoût de Dieu, à juste titre en enfer sera tourmenté par les mêmes créatures, le feu et les démons, et c'est la punition de la signification. Mais parce que sa faute majeure, où le péché consiste, est de se détourner de Dieu, ainsi la punition principale qui sera en enfer sera la douleur du mal. Que cela vaut la peine d'avoir perdu Dieu.

Voyons d'abord le sens de la signification. C'est de la foi qu'il y a l'enfer. Qu'est-ce que c'est que cet enfer? C'est l'endroit du tourment, ainsi il a appelé l'enfer le damné Epulon (Luc 16. 28). Lieu de tourment, où tous les sens et les pouvoirs des damnés doivent avoir leur propre tourment; et plus quelqu'un a offensé Dieu dans un sens, plus il devra être tourmenté dans ce sens. "Autant que cela a été prodigué, tout comme vous avez été tourmenté" {Apoc. 18. 7). La vue des ténèbres sera tourmentée. Lieu sombre et couvert par la brume de la mort. Quelle compassion a le sentiment qu'un pauvre homme est enfermé dans une fosse sombre aussi longtemps qu'il vit, pour 40-50 ans de vie! L'enfer est une fosse fermée de tous les côtés où elle n'entrera jamais dans un rayon de soleil ou autre lumière. Le feu qui illumine la terre sera tout sombre en enfer. "La voix du Seigneur forgeant des langues de feu". Saint Basile explique: Le Seigneur divisera la lumière du feu, car ce feu ne fera que brûler le bureau, mais non éclairer; et Albert Magno l'explique plus brièvement: la même fumée qui sortira de ce feu composera ce lieu de ténèbres, dont parle saint Jacques, qui aveuglera les yeux des damnés. Saint Thomas dit que les damnés ne sont réservés que de la lumière, juste assez pour les tourmenter. Dans cette lueur de lumière, ils verront la laideur des autres réprouvés et des démons, qui prendront des formes horribles pour les effrayer.

L'odeur sera tourmentée. Qu'est-ce que ce serait d'être enfermé dans une pièce avec un cadavre? "La puanteur ressuscitera des cadavres" (Is 34, 3). Les damnés doivent être au milieu de tant de millions d'autres damnés, vivant dans la douleur, mais des cadavres pour l'odeur qu'ils envoient. Saint Bonaventure dit que si un corps de damné était chassé de l'enfer, il suffirait de tuer tous les hommes pour l'odeur. Et puis des fous disent: Si je vais en enfer, je ne suis pas seul. Misérable! Plus ils sont en enfer, plus ils souffrent.

Ils sont en difficulté (je dis) pour l'odeur, pour les cris et pour l'étroitesse; car ils se tiendront en enfer l'un sur l'autre comme des moutons entassés en hiver. Au contraire, ils se tiendront comme des raisins pressés sous la pression de la colère de Dieu, à partir de ce moment ils seront immobilisés. Alors que le damné comme il tombera en enfer le dernier jour, alors il devra rester sans changer de site et sans pouvoir bouger ni un pied ni une main, car Dieu est Dieu.

Votre ouïe sera tourmentée par les cris continus et cris de ces pauvres désespérés. Les démons! Ils continueront à faire du bruit. Quelle est la pénalité quand on veut dormir et qu'on sent constamment un malade se plaindre, un chien qui aboie ou un enfant qui pleure? Méchants damnés, qui doivent entendre continuellement pour l'éternité ces bruits et les cris de ceux qui sont tourmentés! Sa gorge sera tourmentée par la faim; il aura les damnés une faim canine. Mais il n'aura jamais une miette de pain. Il aura alors une telle soif, que toute l'eau de la mer ne lui suffira pas; mais il n'aura même pas de goutte: une goutte a demandé à l'Epulone, mais il ne l'a pas encore, et il ne le fera jamais, jamais.

La peine de feu

La punition qui tourmente le plus les damnés est le feu de l'enfer, qui tourmente le toucher. "Le châtiment de la chair des méchants sera le feu et les vers" (Sir 7:17). C'est pourquoi le Seigneur mentionne expressément dans le jugement: "Éloigne-toi de moi, maudit dans le feu éternel" (Mt 41). Même dans cette terre, la peine de feu est la plus grande de toutes; mais il y a tant de différence entre notre feu et celui de l'enfer, que saint Augustin dit que le nôtre semble peint. Et S. Vincenzo Ferreri dit que notre comparaison est froide.

La raison en est, parce que notre feu est créé pour notre but, mais le feu de l'enfer est créé par Dieu pour poster au tourment. La colère de Dieu enflamme ce feu vengeur. Ainsi, d'Ésaïe, le feu de l'enfer est appelé l'esprit d'ardeur: "Quand le Seigneur a lavé la laideur (...) avec l'esprit du feu" (Is 4,4). Les damnés ne seront pas envoyés au feu, mais au feu: "Eloigne-toi de moi, maudit dans le feu éternel". Pour que les pauvres soient entourés de feu, comme un bois dans un four.

Les damnés seront trouvés avec un abîme de feu d'en bas, un abîme au-dessus, et un abîme d'autour. S'il touche, s'il voit, s'il respire; il ne touche pas, il ne voit pas, il ne respire plus que le feu. Il restera dans le feu comme un poisson dans l'eau.

Mais ce feu ne restera pas seulement autour des damnés, mais il entrera aussi dans ses entrailles pour le tourmenter. Son corps deviendra tout feu, pour brûler les entrailles à l'intérieur du ventre, le cœur à l'intérieur de la poitrine, le cerveau à l'intérieur de la tête, le sang à l'intérieur des veines, la moelle à l'intérieur des os.

Certains peuvent ne pas souffrir de marcher sur un chemin battu par le soleil, d'être dans une pièce fermée avec un brasero, ne pas souffrir d'une étincelle, qui se balance d'une bougie; et alors ils ne craignent pas ce feu qui dévore, comme le dit Isaïe: "Qui d'entre nous peut rester à un feu dévorant? (Est 33.14). Comme une foire dévore un enfant, le feu de l'enfer dévore les damnés; il le dévore, mais sans jamais le faire mourir. Tu es fou, dit S. Pier Damiani (s'adressant aux malhonnêtes), tu veux satisfaire ta chair, cela viendra un jour où ta malhonnêteté deviendra toute poix dans tes entrailles, ce qui fera la flamme qui te brûlera dans le plus grand et le plus tourmentant.

L’enfer.

Saint Jérôme ajoute que ce feu apportera avec lui tous les tourments et les douleurs qui souffrent dans cette terre, les douleurs du côté et de la tête, des viscères, des nerfs. Dans ce feu, il y aura aussi le froid. Mais il faut toujours comprendre que toutes les peines de cette terre sont une ombre, comme le dit Chrysostome, comparées aux châtiments de l'enfer: "Pone ignem, pone ferrum, quid, nisi umbra ad illa tourment?

Les pouvoirs auront aussi leur propre tourment. Les damnés seront tourmentés dans sa mémoire, se rappelant le temps qu'il a eu dans cette vie pour se sauver, et il l'a dépensé pour être damné; et des grâces qu'il a reçues de Dieu, et il n'a pas voulu les servir. Dans l'intellect, en pensant au grand bien qu'il a perdu, le ciel et Dieu; et qu'il n'y a plus de remède à cette perte. Dans la volonté, de voir qu'il sera toujours refusé tout ce qu'il demande. L'avare n'aura jamais rien qu'il veut, et il aura toujours tout ce qu'il déteste, ce qui sera ses douleurs éternelles. Il voudrait sortir du tourment et trouver la paix, mais il sera toujours tourmenté et il n'aura jamais la paix.

La peine d'avoir perdu Dieu

Mais toutes ces pénalités ne sont rien pour respecter la pénalité du dommage. Les ténèbres ne font pas l'enfer, ça pue, pleure et feu; la punition qui fait que l'enfer est la peine d'avoir perdu Dieu, dit saint Jean Grisostomo: "Même si vous dites mille enfers, vous ne dites rien d'égal à cette douleur". Et Saint Augustin ajoute que si les damnés jouissaient de la vue de Dieu, "ils ne ressentiraient aucune souffrance, et l'enfer lui-même serait changé en paradis". Pour comprendre quelque chose de cette pénalité, considérez que si quelqu'un perd (par exemple) une gemme, qui valait 100 scudi, il ressent une grande punition, mais s'il valait 200 il ressent une double punition: si 400 autres punitions. En bref, à mesure que la valeur de la chose perdue augmente, la pénalité augmente également. Quel damné le bien va-t-il été perdu? Un bien infini, qui est Dieu; les vagues dit saint Thomas, qui sent un sens d'une certaine manière infinie.

Saint Ignace de Loyola a dit: Seigneur, chaque phrase que je supporte, mais pas ceci, est sans toi, mais cette pénalité n'est rien apprise des pécheurs, qui se contentent de vivre les mois et les années sans Dieu, parce que les pauvres vivent parmi l'obscurité. Dans la mort, cependant, ils n'ont pas à connaître le grand bien qu'ils perdent. L'âme qui émerge de cette vie, comme le dit saint Antonin, comprend immédiatement qu'elle a été créée pour Dieu, et aussitôt se précipite pour embrasser avec son bien suprême; mais étant dans le péché, il sera dépossédé par Dieu. Si un chien voit le lièvre, et qu'on le tient avec une chaîne, quelle force le chien fait-il pour casser la chaîne et aller attraper la proie? L'âme qui se sépare du corps est naturellement attirée vers Dieu, mais le péché la sépare de Dieu et l'envoie en enfer, "qui ont creusé un abîme entre vous et votre Dieu" (Is 59, 2). Tout l'enfer consiste donc en ce premier mot de condamnation:

Quand David condamna Absalom de ne pas paraître devant lui, ce fut une telle douleur pour Absalom qu'il répondit: "Dis à mon père qui me permet de voir son visage ou de me donner la mort (2 Samuel 14, 24). Philippe II à un grand homme qui voyait qu'il était irrévérencieux dans l'église, lui dit: "Ne parais plus devant moi. C'était tellement la douleur de ce grand, qui est venu à la maison s'il est mort de douleur. Que sera-t-il, quand Dieu dans la mort intime au réprouvé: Il s'en va que je ne veux plus te voir. Toi (Jésus dira aux damnés au dernier jour) tu n'es plus à moi, je ne suis plus à toi.

Quelle douleur pour un fils, à qui son père meurt, ou pour une femme quand le fiancé meurt, de dire: Mon père, mon fiancé, je n'ai plus rien à vous voir. Ah, si maintenant nous entendons une âme damnée pleurer, et lui demander: Âme, pourquoi pleures-tu tellement? Cela seul répondrait: je pleure, parce que j'ai perdu Dieu, et je n'ai plus à le voir. Au moins les pauvres en enfer pourraient aimer son Dieu, et se résigner à sa volonté. Mais non, si cela pouvait être fait, l'enfer ne serait pas l'enfer; le malheureux ne peut se résigner à la volonté de Dieu, parce qu'il est ennemi de la volonté divine. Il peut aimer davantage son Dieu, mais il le déteste et le détestera pour toujours; et ce sera son enfer, sachant que Dieu est un bien suprême et se voyant alors forcé de le haïr, en même temps qu'il le connaît digne d'un amour infini. Les damnés détesteront et maudiront Dieu, et en maudissant Dieu, il maudira aussi les bienfaits qu'il lui a donnés, la création, la rédemption, les sacrements, en particulier le baptême et la pénitence, et surtout le Saint Sacrement. Sacrement de l'autel. Il haïra tous les anges et les saints, mais surtout l'ange gardien et ses avocats, et surtout la divine Mère; mais il maudira principalement les trois Personnes divines, et parmi celles-ci singulièrement le Fils de Dieu, qui mourut un jour pour sa santé, maudissant ses blessures, son sang, ses douleurs et sa mort.

Tu es intéressé