Le Paradis

#

Maria Valtorta mystique

J'essaierai de décrire la vision inexprimable, ineffable, béatifique de la fin de la soirée d'hier, celle qui m'a conduit au rêve du corps du rêve de l'âme d'apparaître encore plus nette et plus belle quand je suis revenu à mes sens. Et avant de passer à cette description, qui sera toujours loin de la vérité plutôt que de nous du soleil, je me suis demandé: "Dois-je d'abord écrire, ou d'abord faire ma pénitence?".

Description du Paradis de 25-5

Je brûlais de décrire ce qui fait ma joie, et je sais qu'après la pénitence je suis plus tard que la fatigue matérielle de l'écriture.

Mais la voix de la lumière du Saint-Esprit je l'appelle parce qu'elle est aussi immatérielle que la lumière et pourtant aussi claire que la lumière la plus brillante, et elle écrit pour mon esprit ses paroles qui sont son et splendeur et joie, joie, joie m'envoie 'âme dans son coeur d'amour: "D'abord la pénitence et puis l'écriture de ce qui est votre joie. La pénitence doit toujours précéder tout, en vous, puisque c'est celle qui mérite la joie. Chaque vision vient d'une précédente la pénitence et toute pénitence ouvrent la voie à toute contemplation supérieure ... Vivre pour cela Tu es aimé pour cela Tu seras béni pour ce Sacrifice, sacrifie Ton chemin, ta mission, ta force, ta gloire Seulement quand tu tomberas endormi en nous, tu ne seras plus un hôte pour devenir gloire".

J'ai donc fait toutes mes pénitences quotidiennes en premier. Mais je ne les ai même pas entendus. Les yeux de l'esprit "virent" la vision sublime et annulèrent la sensibilité corporelle. Je comprends donc pourquoi les martyrs pouvaient endurer ces horribles tortures en souriant. Si pour moi, si inférieure à eux dans la vertu, une contemplation peut, déversant de l'esprit aux sens corporels, annuler en eux la sensibilité douloureuse, à eux, parfaite dans l'amour comme une créature humaine peut être et voir, pour leur perfection, la Une perfection de Dieu sans voiles, une véritable annulation des faiblesses matérielles devait se produire. La joie de la vision annulait la misère de la chair sensible à toute souffrance.

Et maintenant j'essaie de décrire.
J'ai revu le ciel. Et j'ai compris ce qu'est sa beauté, sa nature, sa lumière, sa chanson. Tout, en un mot. Même ses Œuvres, qui sont celles qui, à partir de tant d'informations, régulent, fournissent tout l'univers créé. Comme l'autre fois, dans les premières années de l'année en cours, je crois, j'ai vu la Très Sainte Trinité. Mais allons par ordre. Même les yeux de l'esprit, bien que beaucoup plus aptes à soutenir la Lumière que les pauvres yeux du corps qui ne peuvent fixer le soleil, une étoile comme une flamme de mèche fumigante par rapport à la Lumière qu'est Dieu, doivent s'habituer aux degrés de la Lumière. Contemplation de cette haute beauté. Dieu est si bon que, tout en voulant se dévoiler dans son rayonnement, il n'oublie pas que nous sommes de pauvres esprits encore prisonniers dans une chair, et donc affaiblis par cet emprisonnement. Oh! comme c'est beau, lucide, dansant, les esprits que Dieu crée à chaque instant pour être l'âme des créatures nouvelles! Je les ai vus et je sais. Mais jusqu'à ce que nous retournions à Lui, nous ne pouvons pas subvenir subitement à la Splendeur. Et Il nous rapproche de lui dans sa bonté.

Tout d'abord, donc, hier soir, je l'ai vu comme une immense rose. Je dis « rose » pour donner le concept de ces cercles de lumière qui acclamant plus se sont concentrés autour d'un point de splendeur insupportable. Une rose sans frontières! Sa lumière était celle qu'il recevait du Saint-Esprit. La splendide lumière de l'amour éternel. Topaze et flamme d'or liquide. Oh! Je ne sais pas comment expliquer! Il rayonnait, élevé, élevé, et seulement, fixe en saphir immaculé et la plus splendide des cieux, et il est descendu dans des torrents inépuisables Lumière. La lumière qui a pénétré dans la rose des chœurs bienheureux et angélique et fait plus brillante que la lumière qui ne sont pas le produit de l'Amour lumière qui pénètre. Mais je n'ai pas distingué les saints ou les anges. Je n'ai vu que les festons incommensurables des cercles de la fleur céleste. J'étais déjà assez béni et je bénis Dieu pour sa bonté, quand, au lieu de cristallisant ainsi, la vision a été ouverte à magnificences plus larges, comme si vous étiez plus près et plus près de moi me permettant de l'observer à l'œil spirituel habitué à la première splendeur et capable de soutenir un plus fort.

Et j'ai vu Dieu le Père: Splendeur dans la splendeur du paradis. Des lignes de lumière vive, candides, incandescentes. Pensez à vous: si je pouvais distinguer dans la mer de lumière, qui devait être sa Lumière qui, bien entouré par tant'altra l'annulation lui faisant comme une ombre de réflexion que son éclat? Esprit ... Oh! comme on le voit, c'est de l'esprit! C'est tout. Tout est parfait. Il n'y a rien, parce que même la simple pression d'un autre esprit du Paradis ne pouvait pas toucher parfait esprit de Dieu, même avec son immatérialité: Lumière, rien que la lumière. Avant Dieu, le Père était Dieu le Fils. Sous l'apparence de son corps glorifié, sur lequel brillait le vêtement royal qui recouvrait les Membra SS sans en cacher la beauté indescriptible. Majesté et Bonté ont fusionné avec cette Beauté. Les escarboucles de ses cinq blessures lançaient cinq épées de lumière sur tout le paradis et augmentaient la splendeur de ceci et de sa personne glorifiée.

Il n'avait aucun halo ou couronne de toutes sortes. Mais tout son Corps émanait de la lumière, cette lumière spéciale des corps spiritualisés qui en Lui et dans la Mère est très intense et émane de la chair qui est chair, mais elle n'est pas opaque comme la nôtre. Viande qui est légère. Cette lumière se condense encore plus autour de sa tête. Je ne le répète pas, mais de toute sa tête. Le sourire était léger et léger le regard, la lumière percée de son beau Front, sans blessures. Mais il semblait que, là où les épines avaient une fois fait couler le sang et donné de la douleur, maintenant, elle avait une luminosité plus vive.

Jésus était debout avec son étendard royal dans sa main comme dans la vision que j'avais en janvier, je pense. Un peu plus bas que lui, mais très peu, comme peut l'être un échelon commun, était la Vierge Marie. Aussi beau soit-il au Ciel, c'est-à-dire avec sa beauté humaine parfaite glorifiée avec la beauté céleste. Il se tenait entre le Père et le Fils, qui étaient à quelques mètres l'un de l'autre. (Juste pour appliquer des comparaisons sensibles). élie était au milieu et, les mains croisées sur sa poitrine, ses bonbons, ses mains candides, petites, belles et son visage légèrement levé, son visage doux, parfait, aimant, très doux, regardait, adorant, le Père au Fils. Plein de vénération, il regarda le Père. Il n'a pas dit un mot. Mais tous ses yeux étaient la voix de l'adoration, de la prière et du chant. Il n'était pas à genoux. Mais son regard la rendait plus prostrée que dans la plus profonde génuflexion, tant était adorant. Elle disait: "Sanctus!", Elle a dit: "Je t'aime!" seulement avec son regard.

Il regarda son Jésus plein d'amour. Il n'a pas dit un mot. Mais tous ses yeux étaient des caresses. Mais chaque caresse de son œil doux disait: "Je t'aime!". Ce n'était pas assis. Il n'a pas touché le Fils. Mais son regard le reçut comme s'il était dans son ventre entouré de ces bras maternels comme lui et plus que dans l'enfance et la mort. Elle a dit: "Mon fils!", "Ma joie!", "Mon amour!" seulement avec son regard.

Nous sommes bénis de regarder le Père et le Fils. Et de temps en temps il levait son visage et son regard pour chercher l'Amour qui brillait haut, perpendiculaire à toi, puis sa lumière éblouissante, de lumière perlée, éclairée comme si une flamme l'investissait pour la brûler et la rendre plus belle. Elle a reçu le baiser de l'Amour et s'est étendue avec toute son humilité et sa pureté, avec sa charité, pour caresser et dire: «Voici, je suis votre Épouse et je vous aime et je suis à vous». Et l'Esprit s'enflammait plus fort quand le regard de Marie s'attachait à sa splendeur.

Et Marie a rendu son regard au Père et au Fils. Il semblait que, déposé par Love, il distribuait ceci. Ma pauvre image! Je dirai mieux. Il semblait que l'Esprit l'avait choisie pour être celle qui, réunissant en elle tout l'Amour, l'apporterait au Père et au Fils pour que les Trois s'unissent et s'embrassent et deviennent Un. Oh! la joie comprend ce poème de l'amour! Et pour voir la mission de Marie, Siège de l'Amour! Mais l'Esprit n'a pas concentré ses splendeurs uniquement sur Marie. Notre mère est géniale. Deuxième seulement à Dieu, mais un bassin, même un grand, peut-il contenir l'océan? Non. Il se remplit et déborde. Mais l'océan a des eaux partout sur la terre. Ainsi la lumière de l'amour. Et Elle est descendue en caresse perpétuelle sur le Père et sur le Fils, les tenant dans un anneau de splendeur. Et elle s'est encore élargie, après avoir été béatifiée par le contact du Père et du Fils qui ont répondu amoureusement à l'Amour et se sont répandus dans tout le Paradis.

Ici, il a été révélé dans ses détails. Voici les anges. Plus haut que les bienheureux, regardez autour de vous le Fulcrum du Ciel qui est Dieu Unique et Trine avec la Gemme virginale de Marie par cœur. Ils ont une ressemblance plus vive avec Dieu le Père. Esprits parfaits et éternels, ils sont des traits de lumière, inférieurs seulement à celui de Dieu le Père, d'une forme de beauté indescriptible. Ils adorent ... dégagent des harmonies. Avec quoi? Je ne sais pas Peut-être avec la palpitation de leur amour. Parce qu'ils ne sont pas des mots; et les lignes de la bouche ne bougent pas leur luminosité. Ils brillent comme des eaux immobiles frappées par le soleil vivant. Mais leur amour chante. Et c'est une harmonie si sublime que seule une grâce de Dieu peut accorder pour l'entendre sans mourir de joie.

En bas, les bénis. Ceux-ci, dans leurs aspects spiritualisés, ont plus de ressemblance avec le Fils et avec Marie. Ils sont plus compacts, je dirais sensibles à l'oeil et font l'impression des anges au toucher. Mais ils sont toujours immatériels. Mais ce sont des traits physiques plus marqués, qui diffèrent les uns des autres.

Donc je comprends si on est un adulte ou un enfant, un homme ou une femme. Vieux, dans le sens de la décrépitude, je ne vois pas. Il semble que même lorsque les corps spiritualisés appartiennent à quelqu'un qui est mort dans la vieillesse, les signes de la perte de notre chair cessent là. Il y a plus de majesté chez un aîné que chez un jeune. Mais pas cette crasse des rides, la calvitie, les bouches édentées et les dos incurvés chez les humains. Il semble que l'âge maximum est de 40, 45 ans. C'est une virilité florissante même si le regard et l'apparence sont de dignité patriarcale.

Parmi les nombreux, oh! en tant que peuple de saints! et combien de personnes d'anges! Les cercles sont perdus, devenant une traînée de lumière pour les splendeurs turquoise d'une immensité sans limite! Et de loin, de cet horizon céleste vient le son de l'alléluia sublime et tremble la lumière qui est l'amour de cette armée d'anges et de bienheureux.

Parmi les nombreux je vois, cette fois, un esprit impressionnant. Grand, sévère, et pourtant bon. Avec une longue barbe qui descend jusqu'à la moitié de la poitrine et avec des planches à la main. Les tables ressemblent à celles cirées que les anciens avaient l'habitude d'écrire. Il s'appuie avec sa main gauche contre eux, qui à son tour repose sur le genou gauche. Qui je suis je ne sais pas. Je pense à Moïse ou à Isaïe. Je ne sais pas pourquoi. Je le pense. Il me regarde et sourit avec dignité. Rien d'autre. Quels yeux! Juste des faits pour dominer les foules et pénétrer les secrets de Dieu.

Mon esprit devient de plus en plus apte à voir dans la Lumière. Et je vois qu'à chaque fusion des trois Personnes, une fusion qui se répète avec un rythme urgent et incessant comme pour un prodigue de faim insatiable d'amour, se produisent les miracles incessants qui sont les œuvres de Dieu.

Je vois que le Père, par l'amour du Fils, à qui il veut donner de plus en plus de disciples, crée des âmes. Oh! c'est gentil! Ils sortent comme des étincelles, comme des pétales de lumière, comme des pierres globulaires, comme je ne peux pas le décrire, du Père. C'est une explosion incessante de nouvelles âmes. Beau, joyeux de descendre pour investir un corps pour l'obéissance à leur auteur. Comme ils sont beaux quand ils sortent de Dieu! Je ne vois pas, je ne peux pas le voir être au paradis, quand la tache est née.

Le Fils, par son zèle pour son Père, reçoit et juge, sans interruption, ceux qui, ayant cessé leur vie, retournent à l'Origine pour être jugés. Je ne vois pas ces esprits. Je comprends s'ils sont jugés avec joie, avec miséricorde, ou avec inexorabilité, par les changements dans l'expression de Jésus: quel sourire de splendeur quand un saint se présente à lui! Quelle lumière de miséricorde quand elle doit se séparer de celle qui doit se purifier avant d'entrer dans le Royaume! Quel éclat de colère offensée et douloureuse quand il doit éternellement rejeter un rebelle!

C'est ici que je comprends ce qu'est le Ciel. Et de quoi est faite sa beauté, sa nature, sa lumière et son chant. C'est fait d'amour. Le ciel est l'amour. C'est l'amour qui crée tout en lui. L'amour est la base sur laquelle tout est posé. L'amour est le sommet d'où tout vient.

Le Père travaille pour l'amour. Le Fils juge par l'amour. Marie vit pour l'amour. Les anges chantent pour l'amour. La haine bénie pour l'amour. Les âmes sont formées par l'amour. La lumière est parce que c'est l'amour. La chanson est parce que c'est l'amour. La vie est parce que c'est l'amour. Oh! L'amour! L'amour! L'amour! J'annule en Toi. Je ressuscite en toi. Je meurs, créature humaine, parce que tu me consumes. Je suis né, créature spirituelle, parce que Tu me crée.

Soyez bénis, bénis, bénis, Amour, Troisième Personne! Soyez bénis, bénis, bénis, Amour, vous êtes l'amour du Deux Prime! Soyez bénis, bénis, bénis, aimez, aimez les deux qui vous précèdent! Sois béni Toi qui m'aimes. Sois béni par moi que je t'aime parce que tu me permets de t'aimer et de te connaître, ô ma lumière.

Tu serais intéressé