Le Paradis

#

Santa Veronica Giuliani

Né à Mercatello dans le Duché d'Urbino. Il entra dans l'ordre des Clarisses capucines en 1677 et devint en 1716 l'abbesse du monastère de Città di Castello. Dans le journal, il raconte sa propre expérience.

C'est l'un des plus grands mystiques et contemplatifs de l'histoire. Il a eu de nombreuses révélations et a reçu les stigmates dont son modèle était la spiritualité franciscaine. La souffrance était une pénitence constante et des prières pour la conversion des pécheurs.

Du journal de S. Veronica Giuliani

La volonté de Dieu commence à se manifester en elle dans la nuit du 21 mars, alors qu'elle prie. Un ravissement est venu à moi dans lequel le Seigneur m'a fait comprendre que la confession de lui, je devais le faire la nuit du dimanche des Rameaux, et que dans cette semaine, je supporterai tous les châtiments; c'est ce qu'il veut, pour sa plus grande gloire et pour le profit de mon âme.

Je paraissais être dans une très grande place, dont je ne voyais pas la fin, au milieu, il y avait deux trônes, comme l'albâtre, faits de très belles œuvres, et tous bien travaillés. En un instant, j'ai vu un grand cortège arriver, très loin. D'abord ils étaient de très jeunes enfants, mais si beaux et si bien décorés, qu'ils semblaient avoir des robes de pierres précieuses; et ils avaient tous une petite mais belle croix entre leurs mains. Et de ceux-là il y avait beaucoup et beaucoup, qui n'ont jamais cessé de passer; mais tous s'arrêtèrent là, dans l'ordre, autour desdits trônes. À ce stade, je savais que c'étaient tous des anges.

Et alors, tant de saints ont commencé à venir, avec de belles couronnes sur la tête, et avec une croix dans leurs mains, ils étaient tous habillés de la même manière. Seuls les ornements des vêtements étaient différents et signifiait leurs vertus exercées dans cette vie. Les robes étaient blanches et brillaient comme autant de soleils. Parmi ces saints, il me semblait en reconnaître quelques-uns; mais je ne les avais jamais vus. En outre, ils étaient tous autour des deux trônes.
Et puis, beaucoup de saints ont commencé à venir, également vêtus de lumière claire; seulement, dans la tête ils avaient des choses différentes. Qui a eu la couronne de joies, qui est un diadème de pierres précieuses. Dans leurs mains, certains avaient le lis et la croix et en partie la seule croix. Derrière tous ces saints se trouvait la Très Sainte Vierge qui, toute la beauté et tous les ornements, passaient. Avec elle, il y avait les trois saints, plusieurs fois vus par moi, à savoir Sainte Catherine, Sainte Thérèse et St Rose. Il me semblait qu'ils me signaleraient que je m'en approche. Immédiatement, l'enlèvement est venu à moi et m'a transporté aux pieds de la Sainte Vierge, qui s'est assis dans un de ces trônes. Je cœur je prie, et je dis: "Tu es ma mère et la mère de la miséricorde, cependant, aie pitié de moi, d'obtenir une vraie douleur pour mes péchés, et prier pour que votre fils, je veux pardonner beaucoup d'offenses faites à SDM".

Une fois l'heure fixée venue, la confession promise a lieu et voici notre saint prêt, au nom de l'obéissance, à la décrire; mais il a peur qu'il ne puisse pas le faire. Cependant, après avoir invoqué Dieu, afin qu'il veuille parler à sa place, il se jette dans cette tâche dure et sûre de l'intervention de celui qui, avec tant d'élan, a plaidé. C'est le 31 mars 1697.
"Vers 8 heures du soir, le souvenir m'est venu avec la vision de notre glorieux Seigneur, de la Très Sainte Vierge et de beaucoup de saints et de saints avec une multitude d'anges. Je tremblais tous, pour la fonction que le Seigneur voulait faire de mon âme. Où je me suis tourné, j'ai semblé trouver le jugement. Le Seigneur s'est assis sur un trône, et tous ces saints et saints se sont tenus autour de lui. La Sainte Vierge s'est placée sur un autre trône et tous les anges dans les airs ont chanté: VICTOIRE! VICTOIRE!

Mais je tremblais de tous les fautes commises devant moi, et avec eux j'allais, je ne sais comment, devant le trône de Jésus-Christ, qui se couvrait le visage de ses mains pour ne pas me voir. C'était une douleur que je ne peux pas expliquer avec le stylo et les mots. Seulement cette musique angélique m'a donné du courage, et j'ai senti qu'ils plaidaient: VICTOIRE! VICTOIRE! À la fin, le Seigneur a découvert son visage, et m'a fait signe d'aller à la Sainte Vierge. Immédiatement, je ne sais pas comment, je me suis retrouvé à ses pieds. Malgré tout, je voulais la prier qu'elle voulait apaiser son fils pour moi; mais j'ai vu que la Vierge couvrait aussi son visage. O Dieu! quelle douleur, quelle douleur j'ai ressentie et qui ne peut être expliquée! Je ne pouvais pas dire un mot, mais seulement j'attendais la sentence de damnation. O Dieu! il n'y avait pas de prières et personne ne m'a aidé.
À la fin, la Sainte Vierge a découvert son visage et m'a fait signe d'aller devant sa mère Sainte-Claire; et je ne sais pas comment je me suis retrouvé devant S. Chiara, qui se couvrit immédiatement le visage, pour ne pas vouloir me voir. O mon Dieu! Ceux-ci, pour moi, étaient des condamnations à mort; pourtant je ne pouvais pas parler! À la fin, la mère Sainte-Claire a commencé à me parler: "Je ne vous connais pas pour ma fille». Et moi, à ce moment-là, j'ai dit: "Dites-moi la vérité, parce que je n'étais pas votre fille, parce que je n'ai pas observé ce que vous avez prescrit dans la règle". En disant cela, j'ai semblé avoir devant moi toutes les imperfections commises contre la règle. Ils m'ont donné la confusion et l'horreur, et ils m'ont rendu muet. Encore une fois, j'ai entendu ces chansons qui ont répondu: VICTOIRE! VICTOIRE! Ils m'ont donné une âme. J'ai prié Sainte-Claire de venir avec moi devant le Seigneur.

À ce stade, le Seigneur a le Saint pour m'emmener à tous les saints qui étaient présents. Le premier était saint François, il a également couvert son visage, de ne pas me voir. Tout le monde l'a fait aussi. Pour moi, il n'y avait que douleur, confusion et rougeur. Personne ne voulait me voir. O mon Dieu! Au moment où j'écris, je ne peux pas continuer le tremblement que j'ai ressenti au simple souvenir de tout cela! Oh! pense, en ce moment, la souffrance que j'ai ressentie! J'attendais déjà la phrase de damnation. Tout le monde m'a refusé comme une chose abominable. O Dieu, quel dommage! Mais en même temps je savais bien que je méritais cette confusion, parce que j'avais offensé Dieu le Bien Suprême, et je ne méritais que l'enfer. Tourné vers le Seigneur, je lui ai dit, mais sans dire: "ô mon Seigneur, où est ta miséricorde pour moi?" Et moi, adressé à la Très Sainte Vierge, j'ai dit: "Vous êtes la mère des pécheurs, et maintenant, pour moi, que faites-vous dans un besoin si extrême?". Et elle a couvert son visage.

Mon ange gardien m'a fait agenouiller aux pieds du Seigneur et m'a forcé à confesser publiquement ma culpabilité et tout ce que j'avais commis, au temps de ma vie. Pendant ce temps, j'ai fait le signe de la croix et j'ai voulu commencer ma confession; mais je ne pouvais pas, pour la peine que je ressentais de l'avoir offensé, il était mon bien suprême. A la fin, j'ai commencé la confession comme ceci: "Mon épouse, je t'ai offensé, et je t'avoue". En disant cela, le Seigneur m'a donné la lumière et m'a fait connaître la valeur et la valeur de ce sacrement de pénitence.

Je ressentais une telle douleur que je ne pouvais plus prononcer un mot. Le Seigneur m'a poussé à dire; et encore j'ai dit: "Mon bien suprême, le marié de mon âme, j'ai offensé le bon thé infini". Et je ne pouvais plus. Ce seul mot m'a fait pénétrer ce qui était les fautes et les offenses de Dieu, et je ne pouvais plus parler.

Le Seigneur m'a fait taire et a dit à mon ange gardien qu'il m'accusait. Donc, l'ange a commencé à partir de l'âge de trois ans jusqu'à l'heure actuelle, et il m'a accusé de tout. Et avec tout ce qui faisait des accusations générales, il me semblait voir distinctement la moindre pensée devant Dieu. Quel dommage! Oh! quel tourment! Oh! quelle douleur je ressentais! Quand mon ange m'a accusé de la dévotion à la Sainte Vierge, le Seigneur a appelé sa très sainte mère et vous a fait vous accuser moi-même. Ainsi il l'a fait, et tout ce que j'avais fait en son honneur, m'a fait savoir que rien n'était valide et sans valeur, et de pas de fruit. Mes dévotions se tenaient autour de la Vierge, comme des fleurs trempées et puantes. O Dieu! Quel gâchis j'avais! Je ne pouvais pas parler, mais pendant ce temps, je voulais me recommander à vous, et vous avez couvert votre visage. Je regrettais tout ce qui m'avait manqué, et je proposais de faire tout le contraire pour l'avenir; mais elle était couverte de visage.

Enfin, le Seigneur a dit: "Ces fléaux sont des suppléments de nombreuses transgressions, et tous vous faire fructifier et de l'honneur". À ce stade, toutes ces fleurs puantes et trempées sont devenues parfumées et dorées; et la Sainte Vierge, tournée vers moi, m'a donné sa bénédiction, et de nouveau elle a pris son trône.
Mon ange gardien a continué à m'accuser. Quand il était en faute sur la pureté, l'obéissance avait je me suis souvenu de mon confesseur que je vous ai demandé au Seigneur, si, dans ce domaine, j'avais péché mortellement, et si, tout le temps que je suis silencieux ces péchés j'ai toujours sacrilèges. Alors, je me suis adressé au Seigneur, je lui ai dit: "Mon Seigneur l'obéissance de ceux qui sont sur votre site, m'a dit, que vous demandez, d'une part, si j'ai commis un péché mortel sur la pureté du » point. Et il m'a dit: "Dites-lui non, mais plutôt Qu'avez-vous presque commettre Et si je n'étais pas moi qui vous protège, vous auriez fait sans numéro".

Cela m'a donné une lumière particulière qu'il s'agissait de défauts graves et de choses qui leur déplaisaient beaucoup; mais, pour faire un péché mortel, il faut du désir et aussi savoir que c'est un péché: "Et tu as eu peur que ce soit un péché: et si tu l'avais connu pour cela, tu ne l'aurais pas commis. tant d'années, j'ai voulu que vous ressentiez des douleurs atroces, en expiation des péchés commis". Il m'a fait voir, à travers la communication, à quel point c'était un obstacle pour mon âme.
Mon ange a continué sa confession, et quand il a été accusé des défauts commis dans la cour confessionnelle, le Seigneur m'a repris, que moi, de nombreuses fois, je n'avais pas dit, en particulier, des pensées impures et des tentations, et que J'étais parti, par honte et petite mortification; et que c'était une faute, et ce sont des choses qui devraient toujours être dites, surtout, d'avoir cette rougeur et cette confusion dans le sacrement de la pénitence.
Pendant que mon accusateur disait qu'en toutes choses j'avais fait ma volonté, le Seigneur m'a ramené à trois choses particulières:

  1. De ne pas avoir conféré les grâces et les dons qu'il a donnés à cette âme mienne;
  2. Que je n'avais pas fait ce qui était commandé par ses ministres;
  3. Que j'avais été inconstant et non fidèle dans les résolutions et les résolutions faites pour vouloir être tout à lui.

Mon ange gardien, encore une fois, a continué à me accuser, jusqu'à ce que je religieuse je l'ai fait. Quand il est arrivé à ce point, il a appelé sa mère sainte Claire et son père saint François, qu'ils me accusaient de ce que je l'avais fait dans la religion. Donc ils l'ont fait, à ma grande confusion. Et déjà le Seigneur m'a donné la lumière de la religion que je n'avais que l'habitude et le nom. Quel dommage! Quelle douleur! I, le mieux que je pouvais, appelés saints priais que je voudrais pardonner, par les mérites de la passion de Jésus. A ce moment, je suis arrivé à savoir deux choses particulières que beaucoup obstacle avait fait à mon âme, et ils ont été les coupures de courant commises contre la vœu de pauvreté et même contre le vœu d'obéissance. Ces saints se tenaient devant le Seigneur et lui demandaient pardon pour moi; et, dans tout ce que je me avais manqué, ils ont offert les mêmes mérites de Jésus, et tout ce qu'il avait souffert dans sa passion. Satisfaction du non-respect, ils l'ont offert tous les travaux et les travaux et les souffrances faites par eux dans cette vie et le strict respect qu'ils avaient fait ce qu'ils avaient promis à Dieu. Et puis, se sont tournés vers moi, encore une fois, est voilé le visage. O Dieu! quel dommage! I, consacré à la Sainte Vierge priais, mais je ne sais pas comment, elle me voulait obtenir la grâce que ces saints à se calmer vers moi. Alors ils m'ont tous deux bénis.

Mon ange gardien a continué à me accuser de chaque seul défaut et moi, à chacun son accusation, a ressenti une douleur et la douleur d'avoir offensé le bien suprême. À ce stade, j'ai ressenti, encore une fois, que tous ces anges chantaient: VICTOIRE! VICTOIRE! Après tout cela, le Seigneur voulait que tous ces saints et saints viennent pour m'accuser. Alors ils ont fait et ajouté à moi la douleur et la douleur. S. Bonaventura, S. Antonio et S. Bernardino m'accusaient de plus de choses. En particulier, je me souviens. Paresse que j'avais dans les choses spirituelles, le manque de charité spirituelle, et le peu de zèle pour honorer Dieu saint Augustin et saint Dominique, tous deux me accusé que j'avais essayé plusieurs leur honneur et de grâce, que l'honneur pur et la gloire de Dieu, et que mon cœur avait gardé la plupart du temps aux choses de la terre que Dieu seul. St. Philip et S. Giovanni Battista m'a accusé que je ne l'avais pas correspondu à l'appel divin, et je n'avais pas aimé ceux qui a tant aimé mon âme, Jésus.
Mon Saint Paul avec d'autres saints, m'a accusé de pusillanimité dans le travail, pour la pure gloire de Dieu, avec d'autres choses que je ne me souviens pas maintenant. Saint-Laurent, Saint-étienne avec d'autres martyrs m'a accusé du petit amour que j'avais eu à supporter, et combien de fois je l'avais échappé à la croix et des sanctions.

Beaucoup d'autres saints que je connaissais m'accusaient de la sollicitude que j'avais pour me défendre et du peu d'estime qui avait fait le mépris. En fait, je n'ai ressenti que des accusations et de la confusion. Oh! quelle douleur je ressentais! J'attendais la sentence, et tous, avec peur et tremblement, tristes, je pleurais. Je n'avais pas à qui faire appel. Où que je regarde, j'ai vu que personne ne voulait écouter. À la fin, tous ces saints se sont prosternés devant le Seigneur, et ils ont fait des supplications pour moi, et tous, ensemble, ont dit: "Seigneur, pardon, pitié de cette âme". Et tous ont offert la passion et le sang de Jésus, dans la satisfaction de tant de mes fautes. Et tous ces saints qui étaient présents se sont prosternés devant la Sainte Vierge et ont dit: "Nous te demandons cette âme". Je reconnus seulement trois. L'une était S. Caterina da Siena, l'autre S. Rosa da Lima et S. Teresa.

Étant au milieu de la peur et du tremblement et de la grande douleur d'avoir offensé Dieu, j'étais entouré de tous les péchés commis, ce qui m'a rendu abominable devant Dieu et tout le monde. À ce moment, le Seigneur m'a fait quitter toutes ces laideurs des offenses commises, et je suis resté devant lui, comme une fille de quelques années. Je revenais en sa faveur. Ainsi la Vierge SS. elle s'inclina devant le Seigneur et offrit son cœur avec mon cœur, afin que le Seigneur l'accepte. Alors il a fait ses sentiments, ses pouvoirs et tout de lui-même. Ainsi le Seigneur a accepté cette âme, à travers la Vierge SS. Immédiatement, le Seigneur s'est levé et a montré ses saintes blessures à la Sainte Vierge. Et à tous ces saints et saints. Alors il a dit: "A travers ces plaies à moi et à tous ceux qui m'ont prié, je pardonne à cette âme". Il m'a donné la bénédiction de dire: "Va en paix, iam amplius noli sinare". Simplicité et pureté de l'intention. Donc, nous devons aller et être prêts à faire, tout, sans répondre, comme le confesseur l'établit, nous devons le faire avec des sentiments, et penser qu'il l'a imposé, au moyen de Dieu. Nous avons laissé cette pensée, que si nous passons des années entières à une telle préparation, nous ne ferions rien, parce que ce sacrement de pénitence est quelque chose de si reconnaissant à Dieu, qui exige toutes les dispositions possibles.

Tu serais intéressé