Le Paradis

#

Catéchisme de l'Église catholique

Son contenu, bien articulé et sensible aux indications des Pères synodaux, reflète fidèlement l'enseignement du Concile Vatican II, et s'adresse à l'homme d'aujourd'hui en lui présentant le message chrétien dans son intégrité et son intégralité.

(John Paul II 25 juin 1992).

Je crois en la vie éternelle

1020 Pour le chrétien, qui unit sa propre mort à celle de Jésus, la mort est comme aller vers lui et entrer dans la vie éternelle. Quand l'Église a prononcé, pour la dernière fois, les paroles de pardon de l'absolution du Christ sur le chrétien mourant, il l'a marqué, pour la dernière fois, avec une onction fortifiante et lui a donné le Christ dans le viatique comme nourriture pour le voyage, il s'adresse à lui avec ces mots doux et rassurants:
« Partez, âme chrétienne, de ce monde, au nom de Dieu, Père tout-puissant qui vous a créé, au nom de Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant, qui est mort pour vous sur la croix, au nom du Saint-Esprit qui vous a été donné en cadeau votre demeure est aujourd'hui dans la paix de la sainte Jérusalem, avec la Vierge Marie, Mère de Dieu, avec saint Joseph, avec tous les anges et les saints. [...] Tu peux retourner à ton Créateur, qui t'a formé de la poussière de la terre. Quand vous quittez cette vie, la Vierge Marie vient à votre rencontre avec les anges et les saints. [...] Doux et festif apparaissent le visage de Christ et puissiez-vous le contempler pour pour toujours et à jamais ».

I. Le jugement particulier

1021 La mort met fin à la vie humaine en tant que temps ouvert à la réception ou au rejet de la grâce divine apparue en Christ. Le Nouveau Testament parle du jugement principalement dans la perspective de la rencontre finale avec le Christ lors de sa seconde venue, mais affirme aussi, à plusieurs reprises, la rétribution immédiate qui, après la mort, sera donnée à chacun par rapport à ses œuvres et à ses la foi. La parabole du pauvre Lazare et la parole prononcée par le Christ sur la croix au bon larron ainsi que d'autres textes du Nouveau Testament parlent d'un dernier destin de l'âme qui peut être différent pour chacun et pour l'autre.

1022 Tout homme, depuis sa mort, reçoit dans son âme immortelle la rétribution éternelle, dans un jugement particulier qui met sa vie en relation avec le Christ, pour lequel il passera soit par une purification, soit il entrera immédiatement dans la félicité du ciel, il le niera immédiatement pour toujours. "Dans la soirée de la vie, nous serons jugés sur l'amour".

II. Le ciel

1023 Ceux qui meurent dans la grâce et l'amitié de Dieu et qui sont parfaitement purifiés, vivent pour toujours avec Christ. Ils sont pour toujours comme Dieu, parce qu'ils le voient "tel qu'il est" (1 Jn 3, 2), "face à face" (1 Co 13, 12):
"Avec notre autorité apostolique nous définissons, par la disposition générale de Dieu, les âmes de tous les saints morts avant la Passion du Christ [...] et ceux de tous les fidèles qui sont morts après avoir reçu le saint Baptême du Christ, dans lequel au moment de la mort il n'y avait pas ou il n'y aurait rien à purifier, ou si en eux il y aura quelque chose à purifier, quand, après la mort, ils seront purifiés, [...] même avant la résurrection de leurs corps et du jugement universel - et ceci après l'ascension du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ au ciel - ont été, sont et seront dans les cieux, associés au royaume des cieux et au ciel céleste avec Christ, avec les saints anges. Et après la passion et la mort de notre Seigneur Jésus-Christ, ils ont vu et vu l'essence divine dans une vision intuitive et même face à face, sans la médiation d'aucune créature".

1024 Cette vie parfaite, cette communion de vie et d'amour avec la Très Sainte Trinité, avec la Vierge Marie, les anges et tous les bienheureux est appelée "paradis". Le ciel est la fin ultime de l'homme et la réalisation de ses aspirations les plus profondes, l'état du bonheur suprême et définitif.

1025 Vivre au paradis c'est "être avec le Christ". Les élus vivent "en lui", mais conservant, en effet, leur véritable identité, leur propre nom:
« Vita est enim esse cum Christo; idéo ubi Christus, ibi vie, ibi Regnum - La vie, en fait, est d'être avec le Christ, parce que là où le Christ est, il y a la vie, il y a son royaume ».

1026 Avec sa mort et sa résurrection, Jésus-Christ nous a "ouverts" au ciel. La vie des bienheureux consiste en la pleine possession des fruits de la rédemption accomplie par le Christ, il fait des partenaires dans sa glorification céleste ceux qui ont cru en lui et est resté fidèle à sa volonté. Le ciel est la communauté bénie de tous ceux qui sont parfaitement incorporés en lui.

1027 Ce mystère de communion bénie avec Dieu et avec tous ceux qui sont en Christ dépasse toute possibilité de compréhension et de description. L'Écriture en parle avec des images: vie, lumière, paix, banquet de noces, vin du Royaume, maison du Père, Jérusalem céleste, ciel: "Les choses que l'œil n'a pas vues, ni les oreilles entendues, ni jamais pénétrées dans le cœur de l'homme ceux-ci ont préparé Dieu pour ceux qui l'aiment". (1 Cor 2,9).

1028 En raison de sa transcendance, Dieu ne peut être vu tel qu'il est à moins qu'il n'ouvre lui-même son mystère à la contemplation immédiate de l'homme et lui donne la capacité. Cette contemplation de Dieu dans sa gloire céleste est appelée par l'Église "la vision béatifique":
"Ce sera ta gloire et ton bonheur: être admis à voir Dieu, avoir l'honneur de participer aux joies du salut et de la lumière éternelle avec le Christ, le Seigneur ton Dieu, [...] pour jouir dans le royaume des cieux avec les justes et les amis de Dieu, les joies de l'immortalité ont été accomplies".

1029 Dans la gloire du ciel, les bienheureux continuent d'accomplir avec joie la volonté de Dieu par rapport aux autres hommes et à la création tout entière. Ils règnent déjà avec Christ; avec lui "ils régneront pour toujours et à jamais". (Ap 22,5).

III. Ceux qui meurent dans la grâce et l'amitié de Dieu, mais encore imparfaitement purifiés, bien qu'ils soient assurés de leur salut éternel, mais sont soumis, après leur mort une purification, afin d'obtenir la sainteté nécessaire pour entrer dans la joie du ciel.

1031 L'Église appelle cette purification finale du purgatoire élu, ce qui est tout à fait autre chose que le châtiment des damnés. L'Église a formulé la doctrine de la foi concernant le purgatoire spécialement dans les conseils de Florence et de Trente. La Tradition de l'Église, se référant à certains passages de l'Écriture, parle d'un feu purificateur:
"Quant à quelques fautes légères, il faut croire qu'il y a, avant le jugement, un feu purificateur; en fait, celui qui est la Vérité affirme que, si quelqu'un prononce un blasphème contre le Saint-Esprit, il ne sera pas pardonné en ce siècle ou dans le futur (Mt 12,32). De cette déclaration nous pouvons déduire que certaines fautes peuvent être remises en ce siècle, mais certaines autres dans le siècle prochain".

1032 Cet enseignement se fonde également sur la pratique de la prière pour les morts que l'Ecriture Sainte est déjà parler: "Par conséquent, fait [Judas Maccabée] expiation pour les morts, ils pourraient être délivrés du péché". (2 Mac 12h45). Dès les premiers temps, l'Eglise a honoré la mémoire des morts et offert pour leurs votes, en particulier le sacrifice eucharistique, de sorte que, une fois purifiés, ils peuvent atteindre la vision béatifique de Dieu. L'Eglise salue aussi les aumônes, les indulgences et les œuvres de pénitence en faveur des morts:
"Nous allons à leur secours et nous nous souvenons d'eux. Si les fils de Job ont été purifiés par le sacrifice de leur père, pourquoi douterions-nous que nos offrandes pour les morts leur apportent quelque consolation? [...] Nous n'hésitons pas à aider ceux qui sont morts et à offrir nos prières pour eux".

V. Le jugement final

1038 La résurrection de tous les morts, "des justes et des injustes" (Actes 24:15), précédera le jugement final. Il sera "l'heure où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix [du Fils], et en sortiront, ceux qui ont fait du bien à la résurrection de la vie, et ceux qui ont fait du mal à la résurrection de jugement" (Jn 5,28-29). Alors Christ "viendra dans sa gloire, avec tous ses anges [...]. Seront rassemblées devant lui toutes les nations, et il séparera les hommes les uns des autres comme le berger sépare les brebis des chèvres, et il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. [...] Ils s'en iront, pour le châtiment éternel, et les justes pour la vie éternelle". (Mt 25, 31-33.46).

1039 Avant Christ qui est la vérité sera mis à nu la vérité sur la relation de chacun avec Dieu. Le jugement final révélera jusque dans ses conséquences ce que chacun aura fait ou n'a pas réussi à faire au cours de sa vie terrestre : "Tout le mal que font les méchants est enregistré à leur insu. Le jour où Dieu n’il se tournera vers le mal et leur dire se taire (Ps 50,3) [...], je place sur la terre mes pauvres petits pour vous. Moi, leur chef, assis dans le ciel à la droite de mon Père, mais sur la terre mes membres avaient faim. Si vous aviez donné à mes membres, votre cadeau serait venu à la tête. Quand je posai mes pauvres petits sur la terre, je les ai nommé vos délégués syndicaux pour mettre vos bonnes œuvres dans mon trésor que vous ne l'avez pas placé quelque chose dans leurs mains, de sorte que vous n'ai rien avec moi".

1040 Le jugement final aura lieu au moment du glorieux retour du Christ. Seul le Père connaît l'heure et le jour, il décide seul de sa venue. Par son Fils Jésus prononcera alors son dernier mot sur toute l'histoire. Nous savons que le sens ultime de tout le travail de création et l'économie du salut et de comprendre les façons merveilleuses par lequel tout a conduit la Providence divine vers sa fin ultime. Le jugement dernier révélera que la justice triomphe de Dieu sur toutes les injustices commises par ses créatures et que l'amour de Dieu est plus fort que la mort.

1041 Le message du jugement final appelle à la conversion aussi longtemps que Dieu donne aux hommes "le moment favorable, le jour du salut" (2 Cor 6: 2). Il inspire la sainte crainte de Dieu, il engage la justice du royaume de Dieu, elle annonce "l'espérance bénie" (Tite 2:13) du retour du Seigneur qui "sera glorifié dans ses saints et reconnu admirable chez tous ceux qui ils auront cru". (2 Thessaloniciens 1: 10).

VI. L'espoir des nouveaux cieux et de la nouvelle terre

1042 A la fin des temps, le royaume de Dieu viendra à sa plénitude. Après le jugement universel, le juste régnera pour toujours avec Christ, glorifié dans le corps et l'âme, et le même univers sera renouvelé:
Alors l'Église "aura son accomplissement [...] dans la gloire du ciel, quand le temps viendra pour la restauration de toutes choses et quand le monde entier, aussi, avec l'humanité, sera intimement uni à l'homme et à travers il arrive à sa fin, il sera parfaitement récapitulé dans le Christ".

1043 Ce renouvellement mystérieux, qui transformera l'humanité et le monde des Écritures, est défini par l'expression: "les nouveaux cieux et une nouvelle terre" (2 P 3,13). 639 Ce sera la réalisation définitive du plan de Dieu de "récapituler en Christ toutes les choses, celles du ciel comme celles de la terre". (Ef 1,10).

1044 Dans ce nouvel univers, 640 la Jérusalem céleste, Dieu habitera parmi les hommes. Il "essuiera toute larme de leurs yeux; il n'y aura plus de mort, ni de deuil, ni de lamentation, ni de trouble, car les premières choses ont disparu".(Ap 21,4).

1045 Pour l'homme, cet accomplissement sera la réalisation définitive de l'unité du genre humain, voulue par Dieu depuis la création et dont l'Église dans l'histoire est "comme un sacrement". Ceux qui seront unis au Christ formeront la communauté des rachetés, la "Cité Sainte" de Dieu (Ap 21,2), "l'Epouse de l'Agneau" (Apocalypse 21: 9). Il ne sera plus blessé par le péché, par les impuretés, par l'amour-propre, qui détruisent ou blessent la communauté terrestre des hommes. La vision béatifique, dans laquelle Dieu se manifestera inépuisable pour les élus, sera une source éternelle de joie, de paix et de communion mutuelle.

1046 Quant au cosmos, la Révélation affirme la profonde communion du destin entre le monde matériel et l'homme:
"La création elle-même attend avec impatience la révélation des fils de Dieu [...] et nourrit l'espoir d'être libérée de l'esclavage de la corruption [...]. Nous savons bien que toute la création gémit et souffre jusqu'à aujourd'hui dans les douleurs de la naissance; ce n'est pas le seul, mais nous aussi, qui possédons les prémices de l'Esprit, gémissons intérieurement, attendant l'adoption comme fils, la rédemption de notre corps".(Rm 8, 19-23).

1047 Ainsi, même l'univers visible est destiné à être transformé, "afin que le monde lui-même, restauré dans son état primitif, soit, sans aucune entrave, au service des justes", participant à leur glorification dans le Christ ressuscité.

1048 "Nous ignorons le moment où la terre et l'humanité seront accomplies, et nous ne savons pas comment l'univers sera transformé. L'aspect de ce monde, déformé par le péché, passe certainement à travers. Nous savons cependant, de la Révélation, que Dieu prépare une nouvelle demeure et une nouvelle terre, dans laquelle la justice habite, et dont le bonheur satufera de façon écrasante tous les désirs de paix qui montent dans le cœur des hommes".

1049 "Cependant, l'attente d'une nouvelle terre ne doit pas affaiblir, mais plutôt stimuler notre souci de cultiver cette terre, où il pousse ce nouveau corps humain qui peut déjà offrir une préfiguration qui préfigure le nouveau monde. Par conséquent, même si nous devons faire attention de distinguer le progrès terrestre de l'augmentation du royaume du Christ, cependant, dans la mesure où elle peut contribuer à une meilleure organisation de la société humaine, il est d'une grande importance".

1050 "Pour le bien de la dignité humaine, la communion fraternelle et la liberté, qui est, tous ces bons fruits de la nature et de l'entreprise humaine, après que nous les répartir sur le terrain dans l'Esprit du Seigneur selon son commandement, nous allons les trouver à nouveau, mais libéré de la tache, et illuminée lorsque le Christ remettra à son Père un royaume éternel et universel". Dieu sera alors "tout en tous" (1 Co 15,28), dans la vie éternelle:
"La vie, dans sa propre réalité et de la vérité, il est le Père, par le Fils dans l'Esprit Saint sur tous les répandant ses dons célestes. Et pour sa bonté, il nous promet aussi vraiment aux hommes les biens divins de la vie éternelle".

Nous renouvelons l'invitation

Si votre cœur est désireux de faire quelque chose pour les frères qui sont en proie à la souffrance ou la solitude, vous pouvez plaidez avec ferveur le Seigneur. La prière est l'une des plus hautes formes de charité.

Si nous regardons d'autres frères merveilleux qui peuvent se joindre à vous dans la prière en un seul cœur, puis visiter le site du monastère invisible de la charité et de fraternité. Vous y trouverez une famille prête à accueillir à bras ouverts.

Si vous voulez accepter l'invitation de Jésus, ou si vous voulez juste essayer de prier de votre maison, cliquez ici et vous trouverez de nombreux frères merveilleux prêts à unir spirituellement dans une grande prière d'intercession sincère.

Si vous souhaitez recevoir le livret de prière remplir le formulaire et vous obtiendrez votre adresse sans le soutien ni les dépenses ni obligation de quelque nature que celle de la prière. Les informations communiquées sont protégées par la loi et considérée comme hautement confidentielle.

Tu serais intéressé