Espoir

Espoir

Saint Paul

Paul se défend et rappelle aux frères et aux pères de son peuple que lui, véritable juif, était "plein de zèle pour Dieu, comme vous êtes".
(Actes, 22, 3)

Zelo a cependant tort de persécuter à mort cette nouvelle doctrine, en arrêtant et en jetant des hommes et des femmes en prison.

Espoir en Saint Paul

Il a également déclaré dans sa défense devant le roi Agrippa: "Quant à moi, je pensais que je devais faire beaucoup de choses contre le nom de Jésus de Nazareth" (Actes 26, 9). Ces deux défenses ont donné à Paul de bonnes occasions de réagir et de motiver l'espoir qu'il avait en lui, selon le conseil que Pierre écrit dans sa première lettre: "toujours prêt à répondre à ceux qui vous demandent la raison de votre espoir" (1 Pi 3, 15). Au roi Agrippa, Paul dit mot pour mot: "Je suis maintenant jugé pour mon espoir dans la promesse faite par Dieu à nos pères, promesse dont les douze tribus, servant constamment Dieu jour et nuit, attendent d'être complétées. J'espère que les juifs m'accuseront: pourquoi est-il considéré inconcevable chez vous que Dieu ressuscite les morts?".
(Actes 26, 6-8).

La question du piège des Sadducéens à Jésus montre qu'ils ne comprenaient pas bien en quoi consistait la résurrection. Après avoir raconté l'histoire des sept frères qui n'épousent qu'une seule femme, les Sadducéens demandent enfin: "à la résurrection, quand ils ressusciteront, de qui sera-t-elle l'épouse, puisque tous les sept l'ont eue pour femme?" (Mc 12, 23). Quand Jésus a dit à ses disciples de ne raconter la transfiguration que "après la résurrection du Fils de l'homme. Et ils ont gardé la chose pour eux-mêmes, se demandant cependant ce que cela signifiait de ressusciter d'entre les morts." (Mc 9, 9). Mais la résurrection annoncée par Jésus est tout autre chose! "Ce que l'oeil n'a pas vu ni entendu, ni jamais entré dans le cœur de l'homme, Dieu les a préparés pour ceux qui l'aiment" (1 Cor 2,9) et c'est l'objet de notre espoir.

Qu'est-ce qui a amené un si grand espoir en Paul à le faire changer de cap? Paul dit: "Je suis tombé à terre et j'ai entendu une voix qui me disait: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?" (Actes 22, 7) Les trois récits d'actes disent que Paul a vu une lumière et a entendu une voix, une voix qui l'appelle par son nom! Seulement après son retour à Jérusalem alors qu'il priait dans le temple, Paul était ravi d'extase "et je l'ai vu".
(Actes 22, 17-18).

Comme Saul lui-même l'a dit, il était "plein de zèle pour Dieu" (Actes 22: 3). Qu'est-ce qui avait pu générer un changement radical chez lui en si peu de temps? Saul comprit que l'espoir qu'il cultivait dans son cœur devait briser toutes les limites pour embrasser l'éternel. Il a vu que c'était un amour possible, non seulement, mais aussi réel et attingible, même s'il était ardu.

Paul a vu que Dieu avait rempli ses promesses, et il les a accomplies en Jésus-Christ. Pour cette raison, il ne pouvait dire devant le roi Agrippa: "Rien d'autre ne dit ce que les prophètes et Moïse ont déclaré que cela doit arriver, c'est-à-dire Christ. il devrait souffrir et que, parmi les ressuscités, il aurait annoncé la lumière au peuple et aux païens".
(Actes 26, 22-23).

La question de Saul: que dois-je faire? Cela nous fait penser que l'espoir n'est pas passif, ce n'est pas juste une attente. En fait, Paul dit aux Philippiens "mais j'essaie de courir pour le vaincre, parce que moi aussi j'ai été vaincu par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l'avoir encore atteinte. Je sais seulement ceci: en oubliant ce qui se cache derrière moi et en tendant la main vers ce qui se trouve devant moi, je cours vers le but, vers la récompense que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, en Jésus-Christ".
(Fil 3, 12-14)

Les trois histoires de conversion le voient en vue d'une mission. Dans le premier, le Seigneur dit à Ananias: "Va, car il est l'instrument que j'ai choisi pour porter mon nom devant les nations, les rois et les enfants d'Israël" (Actes 9:15). Dans la seconde, Ananias dit à Saul: "Le Dieu de nos pères vous a prédestinés à connaître sa volonté, à voir le Juste et à entendre une parole de sa propre bouche, car vous serez le témoin de ce que vous avez. vu et entendu "(Actes 22: 14-15). Dans la troisième, c'est Jésus qui dit à Saul: "Mais maintenant, levez-vous; Je vous ai effectivement paru devenir ministre et témoin des choses que vous avez vues sur moi et de celles pour lesquelles je vous comparaîtreai".
(Actes 26, 16).

Un grand espoir nous est donné, mais il ne nous est pas donné en cadeau. Fondée sur la foi et nourrie par l'amour, l'espoir devient la force motrice pour parler de l'aimé, "insiste sur le temps et le temps" (2Tm 4,2), et toujours être: "toujours prêt à répondre à quiconque le demande raison de l'espoir qui est en vous".
(1 Pt 3, 15).

Si "Dans l'espoir nous avons été sauvés" (Rom 8:24), nous ne pouvons pas retomber dans la peur parce que nous avons "reçu l'Esprit qui fait des fils adoptifs, à travers lesquels nous crions: Abba! Père". Il y aura des tentations, mais Dieu nous apprend à les affronter. Nous ne devons donc pas avoir peur, car: "Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?". (Rm 8,31). Pour "Maintenant, il ne me reste que la couronne de justice que le Seigneur, le juste juge, me donnera ce jour-là; non seulement pour moi, mais aussi pour tous ceux qui ont attendu sa manifestation".
(2 Tim 4, 8).

Tu es intéressé