Espoir

Espoir

Vertu

L'espérance est une vertu théologique infusée par Dieu dans notre âme. Il nous incite à désirer Dieu en tant que bien suprême, avec la confiance d'obtenir de lui le paradis et l'aide nécessaire pour l'atteindre.

La foi nous montre Dieu en tant que Bien suprême et à travers lui la possibilité d'obtenir le bonheur éternel.

Vertu théologique

En conséquence, le désir d'un amour surnaturel est né dans nos cœurs, et doit être réalisé par de bonnes œuvres, par la grâce et les promesses de Dieu. Ps 122 / 121,1). Les grâces sont essentielles pour vaincre les tentations et obtenir les vertus nécessaires pour atteindre le salut éternel.

L'espoir est d'une grande aide et d'un grand réconfort dans le travail de notre sanctification. Elle nous unit à Dieu, nous détachant des biens de la vie présente, de l'estime des hommes, des biens temporels, des plaisirs. Maintenant, l'espoir nous fait voir ces choses comme misérables en elles-mêmes et fugaces pour le temps. Ils nous donnent très peu de consolation et disparaissent complètement avec la mort, car l'âme n'apportera avec elle que le bien ou le mal fait. Seul Dieu sera éternellement dans une joie inépuisable.

L'espoir et la confiance sont nécessaires pour obtenir des grâces, et nombreuses sont les promesses divines: "En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous demandez quelque chose en mon nom au Père, Il l'accordera" (Jn 16, 23). "Demandez-vous et vous obtiendrez. Demandez et on vous le donnera".
(Mt 7,7).

L'espérance nous stimule dans les désirs du paradis, dans l'ardeur de la prière, nous donne de l'énergie dans notre travail, avec la certitude que Dieu est avec ses fidèles serviteurs qui lui font confiance. "Car ce qui était impossible dans la loi, ce qui était faible à cause de la chair, a été rendu possible".
(Rom 8: 3).

Si Jésus-Christ est avec nous et que nous sommes vraiment avec lui, que vont faire le diable et les hommes? Qui est sûr de la victoire est ferme sur le bon chemin et dans l'apostolat. "Par conséquent, avec les flancs de votre esprit succincts, dans un état de sobriété, espérez pleinement dans la grâce qui vous est apportée dans la manifestation de Jésus-Christ. Animez-vous comme si vous étiez dans l'esprit d'obéissance, ne vous conformez plus aux passions indisciplinées qui vous dominaient auparavant dans votre ignorance, mais, conformément au Saint qui vous a appelé, vous devenez aussi des saints dans tout votre comportement, car il est écrit: Soyez saint parce que je suis saint".
(1 Pierre 1: 13-16).

Le Seigneur insuffle dans l'âme une espérance qu'elle grandira de plus en plus par une prière ardente et par des actes répétés de désir, de confiance et d'amour pour les biens célestes. Notre coopération est une condition indispensable à toute vertu: "Nous sommes en effet des collaborateurs de Dieu et vous êtes le champ de Dieu" (1 Cor 3,9). Comme le paysan veut semer, irriguer et cultiver et ensuite lui donner la vie et la croissance, il désire faire pour la vie surnaturelle. L'espoir surnaturel élève l'espoir naturel: "Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis et sa grâce en moi n'a pas été vaine".
(1 Corinthiens 15:10).

Saint Paul écrit: "Et comme nous sommes ses collaborateurs, nous vous exhortons à ne pas accueillir la grâce de Dieu en vain" (2 Co 6: 1). Et il écrit à son disciple: "souffre avec moi comme un bon soldat de Jésus-Christ" (2 Tim 2: 3). Travailler, souffrir, prier, se battre pour le ciel et pour la croissance des vertus apporte force et ardeur à l'espoir. Nous devons donc être convaincus que dans l'œuvre de notre sanctification, tout dépend de Dieu, mais que nous devons travailler comme si tout ne dépendait que de nous. Dieu ne refuse jamais sa grâce, nous n'avons donc pas à nous soucier de nos efforts.

Nous devons tous faire, au moins de temps en temps, des actes d'espoir, en particulier de tentation et de danger de mort. Deux dangers que nous pouvons rencontrer: présomption et désespoir. La présomption réside dans le désir du paradis de Dieu et des grâces sans mettre nos efforts à exécution. Il y a ceux qui négligent les commandements, l'abnégation, la prière, l'effort, la vigilance, mais ils croient que Dieu ne les perdra pas! Ils s'exposent, comme Peter occasionnellement sans nécessité, ne prenant pas soin de "veiller et prier afin de ne pas tomber dans la tentation: l'esprit est prêt, mais la chair est faible" (Mt 26.41); et ils finissent par tomber.

Le désespoir, le découragement, le désespoir sont des maladies opposées, mais ils laissent néanmoins les moyens de la santé et de la sanctification. Saint Paul était également persuadé que lui seul ne pouvait pas résister; mais, confiant en la promesse et la grâce de Dieu, il a demandé: "Rendons grâce à Dieu: par Jésus-Christ notre Seigneur!".
(Rom 7:25).

Tout ce que Dieu fait est pour notre mieux. La même douleur physique et morale peut être transformée en gemmes précieuses pour le ciel.
Levons notre coeur et notre regard vers le ciel: "afin que nous demeurions aussi avec l'esprit dans la demeure céleste". Au contraire, veiller à "garder le cœur où réside la vraie joie parmi les événements mondains". C'est la pensée qui nous fait persévérer et prier pour persévérer. Il y a beaucoup d'attractions de la terre; il y a beaucoup d'intrigues et de persécutions. Mais saint Vincent a déclaré: "Même si le monde entier se lève pour nous perdre, cela ne se produira que si cela plaît au Seigneur: tout notre espoir est placé en Lui".

Tu es intéressé