Espoir

Espoir

Espoir

"Une génération raconte vos œuvres à l'autre, annonce vos merveilles, proclamez la splendeur de votre joie et racontez vos merveilles. [...] Votre royaume est le royaume de tous les âges, votre domination s'étend à tous les génération.

Espoir biblique

Le Seigneur soutient ceux qui hésitent et soulève celui qui est tombé. Tout le monde a les yeux tournés vers vous et vous leur donnez à manger au moment opportun. Vous ouvrez votre main et satisfaitz la faim de chaque personne vivante".
(Ps 144 [145], 4, 13-15).

L'histoire du peuple de Dieu, depuis ses origines, est l'histoire d'un peuple qui espère, c'est l'histoire d'un espoir qui se manifeste et grandit jour après jour, année après année, siècle après siècle. C'est l'histoire de ceux qui ont vécu et vivent dans l'espoir.
"Le Seigneur dit à Noé:" Entre dans l'arche, toi avec toute ta famille, car je t'ai vu juste devant moi dans cette génération: de chaque monde animal, prends avec toi sept couples, le mâle et sa femelle [. ..] parce que dans sept jours, il pleuvra sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits, j'exterminerai de la terre tout ce que j'ai fait. "Noé fit ce que le Seigneur lui avait commandé" (Gn 7: 1-5). Sans hésiter, après avoir construit l'arche conformément aux dispositions que Dieu lui-même lui avait dictées, Noé embarqua avec sa famille, choisit et rangea dans la cale les animaux deux à deux et attendit le début des pluies. Le déluge a duré quarante jours, comme l'avait dit le Seigneur. Quarante jours où les eaux se sont développées de manière visible et inquiétante: ils ont d'abord élevé l'arche du continent, puis tout recouvert, chaque plante, chaque montagne, puis ils sont remontés, se sont ressaisis, encore plus haut "ils dépassaient de quinze coudées les montagnes qu'ils avaient couvertes".

Chaque objet, chaque être vivant a finalement été enterré et exterminé par cette masse d'eau, "il ne restait plus que Noé et ceux qui étaient avec lui dans l'arche. Les eaux sont restées hautes au-dessus de la terre cent cinquante jours" (Gn 7, 23-24). A penser froidement, c'est une histoire qui fait encore rôder la peau: qui a donné tout son courage à Noé, qui ne l'a pas poussé dans l'abîme de la peur et du désespoir, qui l'a convaincu de croire qu'un jour la vie recommencerait juste de lui et avec lui? Pourquoi continuer à espère encore qu'ils seront sauvés, lui et sa famille, malgré cette infinité d'eau qui les enveloppe?

"Alors le Seigneur dit à Abram, après que Lot se soit séparé de lui:" Lève tes yeux et de l'endroit où tu regardes au nord et au sud, à l'est et à l'ouest. Tu vois, je te le donnerai ainsi qu'à tes descendants pour toujours ... [...] Lève-toi, parcoure le pays de très loin, parce que je te le donnerai. "Puis Abram s'installa avec ses tentes [.. .] "(Gn 13, 14-17). Abraham est conscient de répondre immédiatement et concrètement à la volonté de son Seigneur. Il garde sa sacoche et ses rideaux prêts à être ramassés, à partir aussitôt que le Seigneur le commande. Paul, dans sa lettre aux Romains, rappelle qu'Abraham "avait la foi qui espérait contre toute espoir et était ainsi devenu le père de nombreux peuples, comme il était annoncé".
(Romains 4:18).

Abraham était donc parti en voyage, "comme le Seigneur le lui avait commandé", et avait également amené son neveu Lot, fils de son frère Aran. Avec lui, il parcourut le Negeb et gagna jusqu'en égypte avant de revenir au pays de Canaan. Mais les richesses des tentes et des troupeaux d'Abraham et de Lot ne leur ont pas permis de maintenir une cohabitation pacifique: Abraham s'est tourné vers le Seigneur pour obtenir des conseils sur ce qu'il faut faire; Lot, cependant, ébloui par la beauté qui a toujours distingué la vallée du Jourdain, avant que le Seigneur ne détruit Sodome et Gomorrhe, décida de s'emparer de ce merveilleux "jardin", transportant ses tentes à l'est du pays de Canaan. Lot se sépara alors d'Abraham et s'installa près de Sodome.
Voyager avec Abraham, en quête de réalisation en tant qu'Abraham, désireux de voir la promesse du Seigneur se réaliser en tant qu'Abraham, cependant, Lot n'est pas un homme satisfait: ce qui lui a été donné ne lui suffit pas, il a quelque chose de plus, tout avoir et immédiatement; à la vue de la vallée du Jourdain, il se leurre d'avoir déjà trouvé "sa" terre promise et s'y arrête; c'est une illusion justifiable (le voyage est fatigant et sans récompense), mais toujours dictée par un choix de commodité, dictée par le fait de "vouloir tout et immédiatement". En fait, cette satisfaction suscite immédiatement un mécontentement supplémentaire. Abraham, au contraire, se souvient des paroles du Seigneur et des œuvres déjà accomplies: il sait que la "promesse", aussi difficile soit-elle, est celle choisie pour son bien et son peuple; il ne se laisse pas décourager par les difficultés, affrontant avec espoir et confiance toutes les difficultés de son pèlerinage; dans les moments de plus grand désespoir, il s'arrête pour construire un autel, prier et demander conseil.

Et la récompense pour la loyauté montrée est grande; cet héritier qui le désirait et qui n'osait même plus espérer, venait comme un cadeau du ciel, comme remerciement de ce Dieu qu'Abraham ne cessait jamais de remercier: "Sarah, ta femme donnera naissance à un fils et tu appelleras Isaac. J'établirai mon alliance avec lui comme une alliance éternelle, pour être son Dieu et ses descendants après lui".
(Genèse 17, 19).

Mais quelles seront les pensées d'Abraham avant cette dernière promesse? Pouvez-vous toujours faire confiance aux paroles du Seigneur? Est-il vraiment possible qu'il ait un jour un héritier, le sang de son sang, généré par sa propre chair? Á ce moment-là, Abraham sait qu'il ne peut pas avoir d'enfants: Sara et lui sont maintenant plus âgés et les lois de la nature, qu'Abraham connaît bien, lui rappellent qu'aucun être vivant ne peut engendrer une progéniture après avoir passé la période fertile; le caractère raisonnable aurait donc pu lui suggérer de ne pas se tromper lui-même, de ne pas se laisser tromper, même s'il s'agissait des paroles de son Seigneur. Cela étant, il aurait été permis à Abraham de penser que Dieu n'était pas une vraie promesse. c'était peut-être seulement l'énième épreuve à laquelle Dieu le soumettait pour voir à quel point un désir aussi fort, comme celui d'avoir son propre héritier, l'aurait aveuglé et l'aurait amené à croire que ce qui était dit, pour sa satisfaction et non divin, cela se réaliserait.

Qui parmi nous aujourd'hui, face à une promesse similaire, aurait aveuglément cru les paroles prononcées? Qui n'aurait pas immédiatement adhéré aux tests de la science et de la biologie pour prouver avec certitude l'impossibilité de les réaliser? Abraham, cependant, ne se sent pas trompé par le Seigneur, il croit immédiatement que, étant une promesse de Dieu, cela se réaliserait; plein d'espoir, il s'est immédiatement mis au travail pour accomplir ce que le Seigneur lui demandait afin que ces paroles puissent être réalisées dans les temps établis.

Les vicissitudes d'Abraham et de Noé, comme celles de nombreux autres patriarches, telles qu'elles se sont déroulées à des époques et à des endroits différents, ont au moins un point commun: elles ont cru vivre aveuglément la volonté de Dieu jusqu'à la fin, leur permettant de voir promesses respectives. C'était leur secret: croire aveuglément. Et cela pourrait aussi être notre secret, notre force: la foi placée dans le Seigneur et dans ses paroles surmonte toute crainte ", la foi est le fondement des choses espérées et la preuve de celles qu'on ne voit pas [...].
Par la foi, Noé, divinement averti de choses inédites, ému par une peur pieuse, prépara une arche pour le salut de sa famille; et pour cette foi, il condamna le monde et devint héritier de la justice selon la foi. Par la foi, Abraham, appelé par Dieu, obéit en partant pour un lieu qu'il devait recevoir en héritage, et il partit sans savoir où il allait [...]. Par la foi, même Sara, bien que très âgée, a eu la possibilité de devenir mère, car elle croyait qu'il lui avait promis".
(Heb 11, 1-2, 7-11).

Le monde dans lequel nous vivons nous place constamment devant des doutes, des peurs, des crises, dont la plus dangereuse est le risque concret de perdre le sens de la vie elle-même. Aujourd'hui, beaucoup d'entre nous l'ont déjà perdu et ne le savent même pas, parce qu'ils se sont trompés ou se sont trompés en pensant qu'ils ont trouvé un moyen de sortir de leur désespoir dans un consumérisme sans retenue, dans la drogue, dans l'alcool, dans les choix sans tabou d'une vie. Sans limites et sans morale. Ils croient avoir vaincu la liberté et le bonheur, mais il en résulte une profonde tristesse, un vide dans le cœur qui conduit souvent à un désespoir insoluble. Pour construire la vie sur des bases solides, capable de résister à ces épreuves qui ne manqueront jamais, incapables de nous faire tomber dans l'abîme du non-espoir, nous devons nous accrocher au "rocher", avoir foi en le Seigneur et ses enseignements, ouvrir la cœur à sa parole: "En vérité, en verite, je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l'homme [...]. Faites ce qu'il vous dit".
(Jn 1, 51 e 2, 5).

Tu es intéressé