Maria Valtorta

#

Jésus sur le Golgotha

Quatre hommes costauds qui, à cause de leur apparence, me paraissent être des Juifs, et des Juifs dignes de la croix, plus que des condamnés, certainement du même ordre que les flagellateurs, sautant du chemin du lieu de la torture.

D'après les révélations de Maria Valtorta

Ils portent des tuniques courtes et ondulées et tiennent des clous, des marteaux et des cordes qu'ils montrent en plaisantant aux trois condamnés. La foule s'est agitée dans un délire cruel. Le centurion offre l'amphore à Jésus, car il boit le mélange anesthésique de vin de myrrhe. Mais Jésus le refuse. Au lieu de cela, les deux voleurs en boivent beaucoup. Ensuite, l'amphore à large bouche évasée est placée près d'une grosse pierre, presque au sommet.

Les ordres sont donnés aux condamnés à se déshabiller. Les deux voleurs le font sans aucune modestie. Au contraire, ils aiment faire des actes obscènes à l'égard de la foule, et en particulier du groupe de prêtres, tous candides dans leurs vêtements de lin et qui reviennent lentement vers la place inférieure en utilisant sa qualité pour s'y glisser.

Les prêtres ont été rejoints par deux ou trois pharisiens et d'autres personnages dominateurs dont la haine se fait des amis. Et je vois des gens de savoir, comme le pharisien Giocana et Ismaël, le scribe Sadoch, Eli de Capharnaüm.

Les bourreaux offrent trois chiffons aux condamnés parce qu'ils les attachent à l'aine. Et les voleurs les saisissent avec des blasphèmes plus hideux. Jésus, qui se déshabille lentement à cause du spasme de ses blessures, le rejette. Peut-être pense-t-il conserver les culottes courtes qu'il a également conservées dans la flagellation. Mais quand on lui dit de se lever aussi, il tend la main pour prier le chiffon du bourreau de défendre sa nudité. C'est précisément le Annihilé qui doit demander un déchiquetage aux criminels.

Maria a vu et enlevé le long et mince tissu blanc qui voile sa tête sous le manteau sombre et dans lequel elle a déjà versé tant de larmes. S'il le lève sans laisser tomber le manteau, il le donne à Giovanni pour le remettre à Longinus pour le Fils. Le centurion prend le voile sans faire d'obstacle, et quand il voit que Jésus est sur le point de se déshabiller complètement, ne se tournant pas vers la foule, mais vers la partie vide du peuple, montrant ainsi son dos strié de meurtrissures et de cloques, saignant de blessures ouvertes. ou avec des croûtes sombres, lui tend son linge maternel.

Jésus le reconnaît. S'il enveloppe plusieurs fois son bassin, l'assurant bien parce qu'il ne tombe pas ... Et sur le linge, jusque-là mouillé de pleurs, les premières gouttes de sang tombent, car beaucoup de blessures, juste recouvertes d'un caillot, se penchent pour se relever des sandales et des vêtements ont été rouverts et le sang commence à couler.

Maintenant, Jésus se tourne vers la foule. Et nous voyons que même la poitrine, les bras et les jambes ont tous été touchés par les fléaux. À la hauteur du foie, il y a une énorme ecchymose. Sous l'arcade costale gauche, il y a sept lignes claires en relief, terminées par sept petites lacérations saignantes entre un cercle violet ... un coup de fléau féroce dans cette zone très sensible du diaphragme. Les genoux, meurtris par des chutes répétées débutant immédiatement après la capture et aboutissant au calvaire, sont noirs d'hématome et ouverts sur la rotule, particulièrement à droite, dans une vaste lacération hémorragique.

Son tronc est en ivoire veiné de saphirs. Ses jambes, de parfaites colonnes de marbre blanc sur des bases en or. Sa majesté ressemble à celle du Liban; imposant, il est plus que le grand cèdre. Sa langue est trempée de douceur et il est ravi ", et ils rient et crient:" Le lépreux! Le lépreux! Avez-vous alors forniqué avec une idole si Dieu vous a tellement impressionné? Avez-vous murmuré contre les saints d'Israël, comme Marie de Moïse, si vous avez été puni de la sorte? Oh! Oh! Le parfait! Es-tu le Fils de Dieu? Main! Vous êtes l'avortement de Satan! Au moins lui, Mammon, est puissant et fort. Tu ... es un chiffon impuissant et moche ".

Les voleurs sont attachés sur les croix et sont amenés à leur place une à droite, une à gauche par rapport à la place destinée à Jésus.Ils crient, maudissent et surtout quand les croix sont amenées près du trou et les brisent en faisant se briser les poignets des cordes, leurs blasphèmes à Dieu, à la loi, aux Romains, aux Juifs, sont infernaux.

Extrait de "Il poema dell'Uomo-Dio" de Maria Valtorta tome 9, - Centro Editoriale Valtortiano..

Tu es intéressé