Maria Valtorta

#

Flagellation

La flagellation de Maria Valtorta Jésus est traduite par quatre soldats dans la cour au-delà de l'atrium. Elle est pavée de marbres colorés. Au centre se trouve une haute colonne semblable à celle du portique. À trois mètres du sol, il a un bras de fer saillant pendant au moins un mètre et se terminant par un anneau.

Selon les révélations de Maria Valtorta

Jésus est lié à cela, les mains jointes sur la tête, après avoir été contraint de se déshabiller. Il ne reste que avec un petit pantalon en lin et des sandales. Les mains attachées aux poignets sont levées jusqu'a la bague, de sorte que lui, quelle que soit sa taille, ne repose pas sur le sol mais sur le bout de ses pieds ... Et cette position doit également être torturée.

Derrière lui, il y en a un avec le visage; un bourreau au profil clairement juif, un autre avec le même visage. Ils sont armés du fléau composé de sept lanières de cuir attachées à une poignée et se terminant par un marteau au plomb. Rythmiquement, comme pour un exercice, ils se donnent à frapper. L'un avant, l'autre arrière, de sorte que le tronc de Jésus est dans une roue de cils et de fléaux. Les quatre soldats, à qui il est remis, indifférents, ont commencé à jouer aux dés avec trois autres soldats arrivés.

Et les voix des joueurs retentissent au son des fléaux qui sifflent comme des serpents, puis ressemblent à des pierres lancées sur la peau tendue;un tambour, frappant le pauvre corps si élancé et un vieil blanc ivoire et qui devient le premier rayé d'une rose de plus en plus vivant, puis violet, orné de reliefs indigo gonflés de sang, puis craquelé et éclaté, laissant le sang couler de tous les côtés. Et ils font particulièrement rage sur la poitrine et l'abdomen, mais les coups de feu aux jambes et aux bras et jusqu'a la tête ne manquent pas, de sorte qu'il ne reste aucune trace de peau sans douleur.

Et pas une lamentation ... Si elle n'était pas soutenue par la corde, elle tomberait. Mais ça ne tombe pas et ne gémit pas. Seule sa tête, après avoir reçu des coups, est suspendue à la poitrine, comme évanouie. Ohe! Arrêter! Doit être tué vivant; crie et se moque un soldat ...

Est-il mort? Possible? ... Maintenant, je vais m'en occupier dit un soldat. Et il l'assoit dos à la colonne. Où il se trouvait sont des morceaux de sang ... Puis il se dirige vers une fontaine qui glisse sous le portique, remplit une baignoire d'eau et la renverse sur la tête et le corps de Jésus.
... Mais Jésus vise inutilement les poings. essayez de vous lever ... un autre soldat avec la hampe de sa hallebarde lui coud le visage et capture Jésus entre la pommette droite et le nez, qui commence à saigner.

Vêtements. Ce n'est pas la décence de rester comme ça. Ils rient tous en cercle autour de lui: il obéit sans parler. Mais tandis qu'un soldat est plié par un coup de pied aux robes et les disperse et chaque fois que Jésus les rejoint, titubant à l'endroit où elles tombent, un soldat les pousse ou les jette dans une autre direction. Et Jésus, souffrant intensément, les poursuit sans un mot, pendant que les soldats se moquent de lui de manière obscène.

Il peut enfin s'habiller. Et il met aussi la robe blanche, qui est restée propre dans le coin. Il semble vouloir cacher sa pauvre robe rouge, si belle hier et si sale maintenant avec des ordures et tachée de sang en sueur à Gethsémani. En fait, avant de poser la tunichella courte sur la peau, le visage humide est séché avec elle et le nettoie de la poussière et du crachat. Et elle, le pauvre visage saint, paraît propre, seulement marquée de contusions et de petites plaies. Et il rase ses cheveux et sa barbe tombés, car un besoin inné doit être ordonné chez la personne.

Et puis s'accroupit au soleil. Parce que mon Jésus tremble ... La fièvre commence à se propager en Lui avec ses frissons. Et aussi la faiblesse du sang perdu, du jeûne, du long voyage, se fait sentir ...

Ils se lient de nouveau les mains. Et la corde s'accorde là où il y a déjà un bracelet en cuir écorché rouge. Maintenant quoi? On en fait quoi? Je m'ennuie!... dit un soldat. Et il court dehors, dans une certaine arrière-cour, d'où il revient avec un faisceau de branches d'aubépine sauvage, toujours flexible car le ressort maintient les branches relativement molles, mais très dures dans les épines longues et pointues. Avec le poignard, ils lèvent les feuilles et les fleurons, courbent les branches et les piétinent sur la pauvre tête. Mais la couronne barbare tombe sur le cou ...

Ils le sortent et se grattent les joues, risquant de le rendre aveugle, et ils se déchirent les cheveux pour le faire. Ils le tiennent. À présent, il est trop étroit et, en ce qui concerne, il reste coincé dans les pointes de la tête et menace de tomber. Loin encore en train de se déchirer les cheveux. Ils le modifient à nouveau. Maintenant ça va. En face se trouve un triple cordon épineux. Davanti è un triplice cordone spinoso. Derrière, à l'intersection des extrémités des trois branches, se trouve un véritable nœud d'épines qui pénètre dans la nuque.

La couronne ne suffit pas pour faire un roi. Il faut pourpre et un sceptre ... ils ont mis le chiffon rouge sale sur les épaules de Jésus et avant de mettre sa canne dans ses mains, ils l'ont mise à sa tête en saluant: Salut, roi des Juifs; et ils sont criblés de rire.

Le poème de l'homme-dieu;de Maria Valtorta Volume neuf, p.278 - Centro Editoriale Valtortiano..

Tu es intéressé