Maria Valtorta

#

Gethsémani

Jésus dit aux disciples de l'attendre dans la pelouse, mais il appelle ensuite Pierre, Jean et Jacques comme s'il regrettait de ne pas y être allé seul ou craignait quelque chose; et il continue avec eux en montant le premier rocher.

D'après les révélations de Maria Valtorta

Ici, il dit aux trois: "Attendez-moi ici, pendant que je prie. Mais ne dormez pas. Je pourrais avoir besoin de vous. Et, je demande ceci pour l'amour de Dieu, priez. Votre Maître est très affaibli ...". Il remplit le mot "beaucoup" beaucoup et dit les deux dernières phrases avec un ton de profonde tristesse. Sa voix est rendue plus profonde et plus silencieuse par une punition interne. Une voix fatiguée. Et triste.

Pietro, qui avait déjà pris le flambeau de l'un des partis qui lui restaient avant, répondit: "Ne vous inquiétez pas, Maestro. Nous veillerons et prierons, vous n'avez qu'à nous appeler ce que nous allons venir".

Et Jésus les laisse. Marchez en leur tournant le dos. Il descend lentement la tête en cherchant l'endroit où se placer pour se placer à la lumière de la lune qui est maintenant plus haute et plus claire ... Après quelques mètres, il y a une différence de hauteur de quelques centimètres plus haute que celle de Jésus, ainsi qu'un rocher qui semble être été placé là ou par la nature même ou par l'homme pour soutenir le costella.

Contre cela, Jésus reste immobile, il a presque sous les pieds les cheveux argentés d'un olivier ... Jésus prie. Debout contre la pierre, le visage levé vers le ciel et les bras ouverts sur la croix. Sa prière est intense. Je l'entends soupirer et murmurer les mots avec un désir urgent.

Puis il tourne le dos au rocher et regarde ... Au-delà des cheveux décoiffés des oliviers qui s'abaissent à ses pieds en suivant les dénivellements du lieu montagneux, vous voyez Jérusalem. Tout blanc au clair de lune. Tout calme, apparemment, tout bon, tout en sommeil. Jésus, les bras croisés sur la poitrine, la regarde intensément. Il soupire avec plus d'anxiété.

Puis il repart. Retournez aux trois disciples. Celles-ci ont allumé un petit feu, peut-être pour sentir moins la fraîcheur nocturne, peut-être pour mieux résister au sommeil. Mais en réalité, ils somnolent déjà. Les têtes, surtout celle de Pietro, pendent sur la poitrine.

"Est-ce que tu dors? Tu ne savais pas comment surveiller pendant une heure? Et j'ai tellement besoin de ton réconfort et de ta prière!" Les trois tremblent et se frottent les yeux. "Prie et regarde. Tu en as besoin aussi". Et il les laisse à sa place.

À la lumière de la lune, qui le retourne et blanchit sa robe en marchant vers le sentier, je vois qu'il a le visage très fatigué. Un visage martyrisé par une douleur interne. Il a l'air âgé. Le visage n'a pas de luminosité. La bouche tombe avec un pli triste.

Retournez dans son rocher et agenouillez-vous avec une prière plus intense. Priez et méditez. Et en méditation il tombe. Je le vois grimacer, je l'entends gémir. Je vois qu'il rapproche ses mains de sa tête et les pose sur le rocher et le front sur ses poignets. Il plaide ainsi. Quand il lève son visage, la lune, maintenant perpendiculaire à Li, me montre un visage lavé par les larmes.

Il se lève Il fait quelques pas en arrière, murmurant des mots que je ne comprends pas, levant les yeux au ciel et aux mains, abaissant ceux-ci et ceux qui souffrent. Vous avez besoin. Il pleure. Il est agité.

Retournez chez les trois qui dorment encore mieux qu'avant. Même le petit feu sommeille. "Mais alors? Es-tu toujours en train de dormir? Prie pour que la chair ne te gagne pas. Personne ne gagnera la chair. Si l'esprit est prêt, la chair est faible. Aide-moi".

Les trois s'excusent. Ils laissent les poses confortables qu'ils ont prises, ils cherchent des brindilles et, pour ce faire, ils se lèvent et s'étirent, ils ravivent le feu. L'incendie montre un visage tellement torturé qu'il aurait dû garder un mourant éveillé. Mais les trois ont sommeil.

Jésus les regarde, secoue la tête. Toma loin. Retour à son rocher. Priez encore. D'abord avec les mains levées et ouvert pour traverser, puis sur les genoux comme avant avec les mains jointes Puis il se tait. Pensez. Et il doit souffrir atrocement parce que maintenant il sanglote ouvertement, s'effondrant sur ses talons. Et il invoque le Père ... Avec tant d'inquiétude, il ressemble à un enfant torturé que vous appelez le seul à pouvoir le sauver.

Mais il récupère et, après avoir gémi: "Non, non. Cette coupe est trop amère. Père, enlève-la de ton Fils", il récupère et dit: "Mais n'écoute pas ma voix. Père, si elle demande quelque chose de contraire à toi Ne te souviens pas que je suis ton Fils, mais seulement ton serviteur. Pas le mien, mais que ta volonté soit faite!".

Et après cette prière, la marée de toute la douleur du monde se tourne vers lui, la presse, l'écrase, la renverse. Matériellement, c'est une pauvre chose courbée sur le sol, la face contre terre, sur l'herbe fraîche, la seule chose pitoyable à sa fièvre: on dirait un mort. Spirituellement c'est une âme torturée, une pensée étonnée, un cœur écrasé par l'abandon du Père, par sa rigueur, par la connaissance de la torture qui l'attend.

De beaucoup, beaucoup de choses. C'est si long. Quand une grande lumière apparaît sur la tête - je ne vois qu'une lumière très candide - Jésus lève la tête. Le clair de lune et la lumière angélique me montrent un visage rouge de sang. Les larmes forment deux lignes blanches dans le masque rouge. Même les mains sont rouges, les bras qu'Il lève vers la lumière. Le manteau rouge foncé est soulevé et le visage, les mains, le cou et les bras sont séchés avec. Mais la sueur de sang continue. Chaque pore a sa goutte qui se forme, grandit et tombe. L'herbe semble plus sombre où il a gardé son visage, teintée de sang.

Jésus est inquiet comme un pris par la maladie. Il s'assied contre le rocher. Ça penche. Il s'abandonne, la tête penchée en avant, les bras tendus de chaque côté du corps. La lumière angélique est au-dessus de lui, puis disparaît pour se fondre dans le rayon de la lune.

Jésus est à nouveau. Mais il est plus réconforté. Séchez soigneusement le visage et les mains dans le manteau, qui se plie ensuite, en le plaçant contre le rocher et posant la tête et les mains sur celui-ci dans une prière finale.

Puis il se lève et se dirige vers les disciples, laissant le manteau où il se trouve. Sa robe rouge pâle semble tachée comme si elle était mouillée d'un liquide sombre. Mais le visage a repris son aspect majestueux bien qu'il soit immensément triste et pâle plus que d'habitude.

Les trois, confortablement couchés, dorment, tous enveloppés dans leurs manteaux, près du feu en permanence éteint. Jésus les secoue: "Lève-toi. Allons-y. Celui qui me trahit est proche".

De "I quaderni del 1944" di Maria Valtorta pag.131 - Centro Editoriale Valtortiano..

Tu es intéressé