Saint-François

#

Règle franciscaine

La Règle de saint François est un document rédigé par saint François d'Assise, avec qui il a donné à la communauté des moines qui l'ont suivi, et la direction spirituelle de l'Ordre franciscain, une série de règles pratiques pour réglementer leur la vie quotidienne.

De cela, il y a une première version appelée Propositum, une version intermédiaire, et une version finale ou la règle approuvée.

Règle de 1223

La règle et la vie des Frères Mineurs est la suivante: observer le saint Evangile de notre Seigneur Jésus - Christ, vivant dans l'obéissance, sans propriété et dans la chasteté.
Frère François promet obéissance et révérence au seigneur pape Honorius et à ses successeurs canoniquement élus et à l'Eglise romaine. Et les autres frères sont tenus d'obéir à frère François et à ses successeurs.

II. - Parmi ceux qui souhaitent adopter cette vie et comment ils doivent être reçus Si certains veulent accepter cette vie et venir à nos frères, laissez les les envoyer à leurs ministres provinciaux, à qui seul et non à d'autres, il est accordé pour recevoir les frères. Les ministres les examinent avec diligence concernant la foi catholique et les sacrements de l'Église. Et si elles croient toutes ces choses et veulent professer et observer fidèlement jusqu'à la fin; et ont pas de femme ou, si elles ont, il est déjà entré dans le monastère ou leur a donné l'autorisation de l'autorité de l'évêque diocésain, après avoir fait vœu de chasteté; et les femmes sont d'un âge qui ne peut naître d'entre eux aucun soupçon; leur dire la parole du saint Evangile, qui devrait aller vendre tout ce que vous avez et tenter de le donner aux pauvres. Si vous ne pouvez pas le faire, juste pour leur bonne volonté. Et vous regardez les frères et leurs ministres à faire preuve de considération leurs choses temporelles, de sorte qu'ils ont le même librement en fonction de l'inspiration du Seigneur. "Cependant, si vous leur demandez des conseils, les ministres peuvent les envoyer par Dieu craignant les gens, parce qu'avec leur aide prendre leurs biens aux pauvres". Ensuite, vous les vêtements de probation, à savoir deux tuniques sans capuchon et un cordon et d'un pantalon et la ceinture capperone jusqu'à ce que, si les ministres semblent pas autrement selon Dieu. "Après l'année sont reçus du test dans l'obéissance promettant d'observer. cette vie et la règle "et en aucun cas seront autorisés à sortir de cette religion selon le décret du seigneur pape; car, comme dit l'Evangile, pas celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière et d'agir dans le royaume de Dieu. Et ceux qui ont déjà promis obéissance ont une tunique avec une capuche et une autre sans, ceux qui ils veulent avoir. Et ceux qui sont contraints par la nécessité peut porter des chaussures. Et tous les frères soient vêtus de vêtements vils qui peuvent patcher et d'autres morceaux cilice avec la bénédiction de Dieu. Ce qui admonester et les exhorte à ne pas méprisent et ne juge pas ceux qu'ils voient porter des vêtements doux et colorés et utiliser la nourriture et des boissons délicate, mais chaque juge et se méprisent".

III. - de l'Office divin et jeûne et comment les Frères doivent aller pour le monde Clercs sont appelés à exercer l'office divin selon le rite de l'Eglise romaine, à l'exception du psautier, et peuvent donc avoir des bréviaires. Les laïcs disent vingt-quatre pour nos pères Matines, cinq pour Laudes; pour le premier, troisième, sixième, neuvième, pour chacun de ces sept; pour Vêpres douze; pour complies sept; et de prier pour les morts. Et rapide de la fête de la Toussaint jusqu'à la Nativité du Seigneur. Le saint Carême au lieu, qui commence à partir de l'Épiphanie et dure en continu pendant quarante jours et que le Seigneur sanctifiés par son jeûne, ceux qui vont volontairement dans le jéjunum peut être béni par le Seigneur, et ceux qui ne veulent pas qu'il y ait obligation. Mais l'autre, jusqu'à la Résurrection du Seigneur, passent par le jeûne. D'autres fois, ils ne sont pas tenus de jeûner, sauf le vendredi. En cas de nécessité manifeste les frères ne sont pas tenus au jeûne corporel. Conseil, admonester et exhorte mes frères dans le Seigneur Jésus - Christ que quand ils vont sur le monde, pas querelleur, et d'éviter les conflits de mots, ni de juger les autres; mais être doux, paisible et sans prétention, doux et humble, parlant courtoisement à tout le monde, ainsi que pratique. "Il ne faut pas monter à cheval, à moins qu'ils sont contraints par une nécessité manifeste ou d'infirmité quelque maison que vous entrez d'abord, ils disent:.. Paix à cette maison" Et selon le Saint Evangile mangera tout ce que la nourriture est devant eux".

IV. - Que les frères reçoivent pas d'argent Je commande strictement tous les frères qui reçoivent en aucun cas des pièces ou de l'argent directement ou par des intermédiaires. Toutefois, pour les besoins des malades et les vêtements des autres frères, les ministres seulement et les gardiens par des amis spirituels, ont intérêt réel selon les lieux, les circonstances, le climat des régions, et semblent également d'accord avec la nécessité, toujours sous réserve, comme et il a été dit, ils reçoivent de toute façon, l'argent ou l'argent.

V. - De la façon de travailler
Les frères à qui le Seigneur a donné la grâce de travailler, travailler fidèlement et avec dévouement afin que, tout en évitant l'oisiveté, l'ennemi, ils ne pas éteindre l'esprit de prière et de dévotion à laquelle ils doivent servir toutes les autres choses orages. En tant que récompenses emploi pour eux - mêmes et pour leurs frères reçoivent les choses nécessaires au corps, à l'exception des pièces de monnaie ou de l'argent, et que humblement, comme il sied à des serviteurs de Dieu et les adeptes de la très sainte pauvreté.

VI. - Que les Frères et mendient et Frères malades Les frères font rien, à la maison, je place, ou toute autre chose. Et comme des pèlerins et des étrangers dans ce monde, qui servent le Seigneur dans la pauvreté et l'humilité, laissez - les aller chercher l'aumône avec confiance. Ils devraient avoir honte, parce que le Seigneur lui - même fait pauvre pour nous dans ce monde. Voilà, mes frères bien - aimés, l'excellence de la plus haute pauvreté, ce qui vous constitue héritiers et rois du royaume des cieux, vous rendant pauvres choses, mais riche en vertu. Que ce soit votre partie qui conduit à la terre des vivants. Et cette pauvreté, chers frères, plantés ensemble, vous ne voulez pas avoir quoi que ce soit d'autre sous le ciel, pour toujours, au nom de notre Seigneur Jésus - Christ. Et là où ils sont et vous trouverez les frères, se montrer familiers les uns avec les autres. Que chacun - on faire confiance à ses besoins connus, "car si une mère nourrit et chérit son fils naturel, avec plus d'affection si l'un amour et nourrir son frère spirituel?" Et si l'un d'entre eux tombe malade, l'autre frères doivent le servir comme ils aimeraient être servis.

VII. - De Pénitence à imposer aux frères qui pèchent Si certains des frères, à l'instigation de l'ennemi, ils pécheront mortellement, pour les péchés pour lesquels il a été ordonné parmi les frères de recourir aux ministres provinciaux seuls, les frères précités sont tenus d'avoir recours à eux le plus tôt possible sera en mesure sans délai. Les ministres, s'ils sont prêtres, imposent la pénitence avec miséricorde pour eux; Si elles ne sont pas prêtres, à faire imposer d'autres prêtres de l'Ordre, comme ils l'entendent, selon Dieu. Et ils doivent se méfier de ne pas être en colère, je en veux péché commis par un moine, parce que la colère et le ressentiment dans la prévention la charité eux - mêmes et dans d'autres.

VIII. - du ministre des élections générales de cette Fraternité et le Chapitre de la Pentecôte Tous les frères sont tenus d'avoir toujours l'un des frères de cet Ordre comme ministre général et serviteur de toute la fraternité et ils sont tenus d'obéir fermement. A sa mort, l'élection d'un successeur faite par les ministres provinciaux et les gardiens du chapitre de la Pentecôte, où les ministres provinciaux sont toujours tenus d'être présents partout où il sera déterminé par le ministre général; et cette fois tous les trois ans ou à un autre intervalle plus ou moins, ainsi que par le ministre décide. Et si parfois les ministres provinciaux et conservateurs à l'unanimité que le ministre susmentionné ne suffisait pas que le service et le bien commun des frères, les ministres et les gardiens précités, et qui a commis l'élection, sont détenus au nom du Seigneur pour être élu un autre gardien. Après le chapitre des ministres Whitsun et custodes peuvent, si elles le souhaitent et nous croyons qu'il devrait être, se rassembler dans la même année, une fois que leurs frères au chapitre.

Tu es intéressé