Miracles

Antonio

San Antoine

Antoine a tout sacrifié à Dieu pour lui apporter les âmes qui se sont converties aussi grâce aux miracles que Dieu lui a accordés.

La vision

Antoine tandis qu'il priait, seul, dans la chambre, le maître qui l'avait hébergé en regardant secrètement par une fenêtre, vit apparaître un bel et joyeux enfant dans les bras du bienheureux Antoine. Le Saint l'embrassa et l'embrassa, contemplant son visage avec une énergie incessante. Ce citoyen, émerveillé et fasciné par la beauté de cet enfant, se demandait d'où venait un enfant si gracieux. Cet enfant était le Seigneur Jésus, il révéla au bienheureux Antoine que l'hôte le surveillait. Après une longue prière, la vision disparue, le Saint appela le citoyen et lui interdit de révéler à quiconque, lui vivant, ce qu'il avait vu.

La prédication au poisson.

Antoine était allé répandre la parole de Dieu, quand quelques hérétiques ont tenté de dissuader les fidèles qui s'étaient précipités pour écouter le saint, Antoine s'est alors rendu au bord de la rivière qui coulait à une courte distance et a dit aux hérétiques de telle manière que la foule présente entendit : Puisque vous prouvez que vous êtes indigne de la parole de Dieu, voici, je me tourne vers le poisson, pour troubler votre incrédulité. Et il se mit à prêcher aux poissons la grandeur et la magnificence de Dieu. Tandis qu'Antoine parlait, de plus en plus de poissons affluaient vers le rivage pour l'écouter, élevant le haut de leur corps au-dessus de la surface de l'eau et observant attentivement, ouvrant la bouche et inclinant la tête en signe de révérence. Les villageois se sont précipités pour voir le prodige, et avec eux aussi les hérétiques qui se sont agenouillés en écoutant les paroles d'Antoine. Une fois la conversion des hérétiques obtenue, le Saint bénit les poissons et les laissa partir.

La jument (la mule).

A Rimini, Antoine essayait de convertir un hérétique et la querelle tournait autour du sacrement de l'Eucharistie ou de la présence réelle de Jésus. L'hérétique, nommé Bonvillo, défie Antoine en déclarant: Si toi, Antoine, tu pourras prouver par un miracle que dans la communion des croyants il y a, si voilé soit-il, le vrai corps du Christ, j'ai abjuré toute hérésie, je soumettrai aussitôt ma tête à la foi catholique.
Antoine accepte le défi car il est convaincu qu'il obtiendra tout du Seigneur pour la conversion de l'hérétique. Alors Bonfillo, invitant de la main à se taire, dit : Je garderai ma jument fermée pendant trois jours en la privant de nourriture. Au bout de trois jours, je le sortirai en présence des gens, leur montrerai le fourrage prêt. En attendant, vous lui résisterez avec ce que vous prétendez être le corps du Christ. Si l'animal, même affamé, refuse le fourrage et adore votre Dieu, je croirai sincèrement à la foi de l'église. Antoine a prié et jeûné pendant les trois jours. Le jour fixé, la place est pleine de gens qui attendent de voir comment cela se termine. Antoine a célébré la messe devant la foule nombreuse puis, avec une grande révérence, amène le corps du Seigneur devant la jument affamée qui avait été portée sur la place. En même temps, Bonfillo lui montra le fourrage.
Antoine imposa silence et commanda à l'animal: En vertu et au nom du Créateur, que moi, aussi indigne que je suis, tiens dans mes mains, je te le dis, animal et je t'ordonne de t'approcher promptement avec humilité et de lui payer le dû vénération, afin que les méchants hérétiques apprennent clairement de ce geste que toute créature est soumise à son Créateur. La jument refusa le fourrage, penchant et baissant la tête vers les jarrets, s'approcha en s'agenouillant devant le sacrement du corps du Christ en signe d'adoration. Voyant ce qui s'était passé, tous présents, y compris les hérétiques et Bonvillo, s'agenouillèrent en adoration.

Le pied s'est recollé.

Pendant qu'il se confessait, Antoine a reçu un garçon qui a donné un coup de pied à sa mère d'un accès de colère. Antoine a commenté que pour une action aussi grave, il aurait mérité d'être amputé du pied, mais le voyant sincèrement repentant, il l'a absous de ses péchés. Quand il est rentré chez lui, le garçon a pris une hache et lui a coupé le pied avec un grand cri. La mère, accourue, a vu la scène et s'est rendue chez Antoine l'accusant de l'incident. Antoine s'est ensuite rendu chez le garçon et a recollé le pied à sa jambe sans laisser de cicatrice.

Le nouveau-né qui parle.

Il y avait à Ferrare un chevalier extrêmement jaloux de sa femme, qui possédait une grâce et une douceur innées. Encore enceinte, il l'accusa injustement d'adultère et une fois l'enfant né, qui avait le teint assez foncé, son mari fut encore plus persuadé qu'elle l'avait trahi.
Au baptême de l'enfant, alors que le cortège se rendait à l'église avec son père, ses parents et amis, Antoine passa et, connaissant les accusations du chevalier, il imposa le nom de Jésus à l'enfant en lui demandant qui était son père. L'enfant, récemment né, a pointé son doigt vers le chevalier puis, d'une voix claire, a dit: "C'est mon père! L'émerveillement des assistants était grand, et surtout celui du chevalier qui retira toutes les accusations contre sa femme et vécut heureux avec elle.

Le cœur de l'avare.

Pendant que frère Antoine prêchait à Florence, un homme très riche est mort qui n'a pas voulu écouter les exhortations du saint. Les parents du défunt ont souhaité que les funérailles soient splendides et ont invité le frère Antoine à faire l'éloge funèbre. Grande fut leur indignation lorsqu'ils entendirent le saint frère commenter les paroles de l'Évangile: "Là où est ton trésor, là est ton cœur" (Mt 6, 21), disant que le mort avait été un avare et un usurier.
Pour répondre à la colère des parents et amis, le Saint a dit: "Allez chercher dans son cercueil et vous y trouverez son cœur". Ils allèrent et, à leur grand étonnement, le trouvèrent palpitant au milieu de l'argent et des bijoux.
Ils ont également appelé un chirurgien pour ouvrir la poitrine au cadavre. Il est venu, a effectué l'opération et l'a trouvé sans cœur. Face à ce prodige, de nombreux avares et usuriers se sont convertis et ont tenté de réparer le mal fait.
Ne cherchez pas les richesses qui rendent l'homme esclave et le mettent en danger de se nuire, mais la vertu seule accepte Dieu.
Pour cette raison, les citoyens ont loué avec enthousiasme Dieu et son Saint. Et ce mort n'a pas été placé dans le mausolée préparé pour lui, mais traîné comme un âne jusqu'au talus et y a été enterré.

La limande en prison.

Femando (nom de baptême de saint Antoine) aimait tellement Dieu et ses parents. Il a montré de l'amour pour Dieu avec de longues prières et de l'amour pour papa et maman avec une obéissance prête et heureuse. A la voix des parents qui l'appelaient, il était prêt à quitter le jeu et aussi la prière. Jadis, le Seigneur récompensa son ardent désir d'aller à l'église, de cette façon : c'était la saison où les blés blonds dans les champs et les plies, en troupeaux, descendaient sur les épis causant des dégâts. Le père a confié à Fernando la tâche de garder le terrain en supprimant les nageoires pendant son absence. Le garçon obéit, mais au bout d'une heure, il ressentit un grand désir d'aller à l'église pour prier.
Puis il rassembla tous les flet et les enferma dans une pièce de la maison. Lorsque son père est revenu, il a été surpris de ne pas trouver Fernando sur le terrain et il l'a appelé pour le gronder. Mais le fils lui assura que pas même un grain de blé n'avait été mangé ; elle le conduisit dans la maison et lui montra les douves captives, puis ouvrit les fenêtres et les laissa libres. Le père, surpris, lui serra le cœur et embrassa le fils extraordinaire.

Le pécheur repentant.

Un jour, un grand pécheur vint à lui, décida de changer de vie et de réparer tous les maux qu'il avait commis. Il s'agenouilla à ses pieds pour faire la confession mais son émotion était telle qu'il ne put ouvrir la bouche, tandis que des larmes de repentir inondaient son visage. Alors le saint frère lui conseilla de se retirer et d'écrire ses péchés sur une feuille de papier. L'homme obéit et revint avec une longue liste. Frère Antoine les lut à haute voix, puis rendit le papier au réticent qui était agenouillé. Quel fut l'émerveillement du pécheur repentant lorsqu'il vit le drap parfaitement propre ! Les péchés avaient disparu de l'âme du pécheur et donc aussi du papier.

Nourriture empoisonnée.

Le grand nombre d'auditeurs qui accouraient aux sermons de frère Antoine et les conversions qu'il obtint, remplissaient de plus en plus de haine les hérétiques de Rimini, qui pensaient à le faire mourir empoisonné. Un jour, ils firent semblant de vouloir discuter avec lui de quelques points du catéchisme et l'invitèrent à déjeuner. Notre petit frère, qui ne voulait pas manquer l'occasion de faire le bien, a accepté l'invitation. A un certain moment on lui fit mettre devant lui un plat empoisonné. Frère Antoine, inspiré par Dieu, le remarqua et les réprimanda en disant: "Pourquoi as-tu fait cela?". "Pour voir - répondirent-ils - si les paroles que Jésus a dites aux Apôtres sont vraies: "Tu boiras le poison et il ne te fera pas de mal".
Frère Antoine s'est réuni en prière, a fait un signe de croix sur la nourriture et a ensuite mangé paisiblement, sans subir aucun dommage. Confus et repentants de leur mauvaise action, les hérétiques ont demandé pardon, promettant de se convertir.

Le jeune homme ressuscité.

Frère Antoine a réussi à sauver son père, qui a été faussement accusé. Alors qu'Antoine était à Padoue, dans la ville de Lisbonne, un jeune homme tua un de ses ennemis la nuit et l'enterra dans le jardin du père d'Antoine. Une fois le corps retrouvé, le propriétaire du jardin a été inculpé. Il a essayé de prouver son innocence, mais a échoué. Le fils, ayant appris cela, se rendit à Lisbonne et se présenta au juge déclarant l'innocence du parent, mais ce dernier ne voulut pas le croire.
Le Saint fit alors amener le corps du mort au tribunal et, à la grande frayeur des personnes présentes, le rappela à la vie et lui demanda: "Est-ce mon père qui t'a tué?". Le ressuscité, assis sur le lit, répondit: "Non, ce n'était pas ton père" et retomba sur le dos, retournant à un cadavre. Puis le juge, convaincu de l'innocence de l'homme, le laissa partir.

Le don de bilocation.

Antoine a enseigné un cours de prédication à Montpellier, en France. Lors du discours dans l'église cathédrale, il se souvint que ce jour-là c'était à son tour de chanter l'Alléluia pendant la messe conventuelle qui était célébrée dans son couvent, et il n'avait mandaté personne pour le remplacer. Puis suspendant la conversation, il tira la cagoule sur sa tête et resta immobile quelques minutes.
Merveille! En même temps, les frères le virent dans le chœur de leur église et l'entendirent chanter l'Alléluia. A la fin de la chanson, les fidèles de la cathédrale de Montpellier l'ont vu trembler comme du sommeil et reprendre la prédication. De cette manière, Dieu a montré à quel point les travaux du fidèle serviteur lui étaient agréables.

Le diable moqueur.

Un jour dans la ville de Limoges, en France, le Saint prononçait un discours ouvert car aucune église ne pouvait contenir le grand nombre d'auditeurs qui affluaient. Soudain, le ciel se couvrit d'épais nuages qui menaçaient de tomber en une grosse averse. Certains auditeurs effrayés ont commencé à partir, mais frère Antoine les a rappelés en leur assurant qu'ils ne seraient pas touchés par la pluie. En effet, la pluie s'est mise à tomber tout autour, laissant le sol occupé par la foule parfaitement sec. Après le sermon, tous louèrent le Seigneur pour le miracle qu'il avait accompli et se recommandèrent aux prières du saint frère si puissant contre les pièges du diable.

Antoine a ramené à la vie un enfant qui s'était étouffé dans son sommeil en enroulant les couvertures autour de son cou.

Même après sa mort, de nombreuses merveilles ont été réalisées par Antoine.

Le jour de l'enterrement d'Antoine, une femme malade et infirme priait devant son urne était complètement guérie.

La même chose est arrivée à une autre femme qui avait une jambe droite paralysée. Son mari l'a emmenée sur la tombe d'Antoine et pendant qu'elle priait, elle avait l'impression que quelqu'un la soutenait. Sa convalescence s'effectuait, il laissait ses béquilles marcher parfaitement.

Une petite fille aux membres atrophiés et extrêmement faible fut placée sur la tombe du saint et guérie complètement.

Un épisode singulier est arrivé à un chevalier nommé Aleardino da Salvaterra, qui s'était toujours moqué des fidèles en les considérant comme ignorants ou naïfs. Dans une taverne, il commença à se moquer publiquement de ceux qui parlaient avec enthousiasme des nombreux miracles d'Antoine. Le chevalier, se moquant d'eux, dit: "Il est possible que ce frère ait fait des miracles quand cette coupe de verre ne se brise pas en la jetant avec force sur le sol. Fais ce miracle ton saint et j'embrasserai ta foi".
Aleardino da Salvaterrà a jeté avec force le verre au sol, mais il ne s'est pas cassé, au contraire, il a égratigné les pierres sur lesquelles il est tombé. A ce miracle, le chevalier se convertit et devint catholique, renonçant à ses erreurs.

Tu es intéressé