Le Saint Ermite

Charbel

Il a vécu pour Dieu

Le père Charbel était comme la lune parmi les étoiles. Une pratique radicale des vertus et de la pénitence s'imposait ainsi à tous les autres ermites.
Il réussit admirablement dans son ascétisme vers le ciel, parce que son cœur battait et brûlait de l'amour de Dieu.

La pénitence comme mode de vie

Le père Charbel infligeait la pénitence de toutes sortes et ne se plaignait jamais de rien, restant toujours serein comme dans la souffrance plutôt que dans l'adversité.

Quand les tribulations sont arrivées, il n'a pas pleuré. Il s'est confié aveuglément dans le Seigneur et a répété: Dieu arrange les choses, c'est sa volonté! Ou: Nous sommes des pèlerins qui voyagent pour l'éternité.

Il ne préférait pas la santé à la maladie et ne dérangeait pas les problèmes. Personne ne l'a jamais entendu dire: "J'ai faim, j'ai soif, je suis fatigué. Quand il a été accusé à tort, bien que non coupable, il s'est agenouillé et a imploré le pardon sans disculper.

Il a accepté la douleur comme un moyen de faire pénitence. Elle souffrait de graves douleurs à l'estomac, mais refusait de se calmer sans la permission du supérieur, même lorsque la maladie devenait insupportable. Il souffrait également de coliques néphrétiques chroniques, qui s'aggravaient en hiver, mais il cachait son état de santé sans se plaindre et ne demandait pas la visite d'un médecin. Il n'a jamais demandé de boissons fraîches en été ou chaud en hiver.

Un jour, alors que Fra Elias A1-Mahrini, chargé des travaux agricoles, travaillait dans la vigne avec le père Charbel, le saint avait une colique rénale. Il commença à se tortiller et à se pencher, laissant échapper quelques plaintes. Fra Elias l'invita à retourner dans sa cellule, mais l'ermite répondit: "Je ne peux pas parce que je me reposerais contre la pauvreté sur la conscience", et il continua à travailler toute la journée, endurant silencieusement la douleur.

Le soir, tandis que les ouvriers mangeaient des lentilles et de la salade, il mangeait les tiges des légumes. A l'aube, la colique le frappe à nouveau. Malgré le mal a refusé de se reposer. Malgré l'insistance du Frère Elias, le saint a travaillé toute la journée dans les camps comme s'il allait bien.

Quand le père Makarios lui offrit du riz beurré, il refusa de respecter la règle des ermites qui limitait cet assaisonnement aux solennités. Ils lui ont ensuite apporté une décoction d'herbes amères pour calmer les douleurs. Le saint a accepté, à la condition qu'il ne soit pas édulcoré: parce que "le Seigneur Jésus sur la croix a bu du vinaigre et de la myrrhe alors qu'il était à la hauteur de la soif et de la souffrance".

Le père Charbel portait une chemise de cheveux de chèvre et une ceinture de fer sous sa robe. Quelquefois il enveloppait son front d'une branche et lui enserrait le poignet avec un bracelet, ou marchait de ses pieds nus sur les arbustes épineux et se flagellait pour se faire une pénitence volontaire. Personne n'était au courant de ses douleurs et de ses maladies qu'il dissimulait soigneusement.

Quatre ans avant sa mort a été frappé d'hémiplégie ou paralysie de la moitié du corps, à partir de laquelle il a récupéré, comme le neveu. Pour problèmes d'estomac le supérieure lui a ordonné de porter des chaussettes en laine, mais les portait une fois pour l'obéissance.

En hiver, les frères dormaient dans la cuisine du foyer pour se protéger du froid intense. Le saint, cependant, resta seulement quelques instants près du feu, puis se retira immédiatement dans sa cellule froide.

Le lit du saint était une palette de feuilles de chêne, couverte d'un tapis de chèvre. Une souche enveloppée dans un chiffon servait d'oreiller. Père Charbel était endormi en été et en hiver, sans matelas ni couvertures et souvent préféré se coucher sur le sol.

Le père Chabel se nourrissait une fois par jour, ne consommait jamais de vin ou de boissons désaltérantes. Son repas était une soupe de légumes et de céréales.

Le père Charbel a surmonté tous les autres ermites dans la pratique des vertus et de la pénitence. Se mortifications qui imposées ne sont pas obligatoires, comme le jeûne permanent, des veillées incessante, le travail au cours de la maladie, le gel de la nuit, le refus des médicaments. Déjà au moment de son noviciat à Maifouq il fut appelé "l'Esprit Saint" de la communauté.

Tu es intéressé