San Charbel

Charbel

Sur les ailes de l'amour

Saint Charbel est un saint qui vit encore, parce qu'il s'est laissé guider par l'esprit du Christ et, croyant en son amour, il est devenu un saint de la liberté, du détachement, de la pureté, car il était un maître de la joie.

Prodigies

Père Charbel, au nom du Christ, a travaillé de nombreux prodiges:
Un jour où les provisions du couvent étaient rares, le supérieur ordonna au saint de bénir la dispensation. Après avoir arrosé les bocaux d'eau bénite, les contenants étaient remplis de blé. La même chose s'est produite avec du huile.

En 1885, raconte un père, une multitude de sauterelles, voilant littéralement le soleil, tomba sur Annaya et les villages voisins. Voyant le terrible danger, le Supérieur ordonna à l'ermite Charbel de bénir l'eau et de l'arroser dans les champs. Tous les champs qu'il pouvait atteindre étaient protégés. L'eau bénite par le Saint, et utilisée par les habitants eux-mêmes, défendait leurs cultures contre les attaques des locustes.

Une année où les criquets ont ravagé la région des cultures, Père Elijah de Mechmech a ordonné au saint pour arroser les limites de la propriété du couvent avec l'eau bénite. Le père Charbel obéit, mais il oublia de bénir un champ. Les sauterelles dévastaient les plaines, les collines, les champs secs et verdoyants et, au milieu de la désolation complète, tout ce que l'ermite avait béni était sauvé, sauf le champ qu'il avait oublié.

A une autre occasion, les sauterelles ont menacé Tourzayya, un village habité par des chrétiens et des musulmans. Les chrétiens coururent d'abord appeler le père Charbel et son supérieur l'envoya bénir leurs champs. Les sauterelles se sont ensuite dirigées vers les terres des musulmans, qui à leur tour ont demandé l'aide du saint. Après sa bénédiction, le nuage de prédateurs a quitté la région.

Le père Charbelhon ne tue pas les insectes, les fourmis ou les animaux venimeux, car il respecte toutes les créatures de Dieu: un jour, une vipère se glisse dans les fissures du mur de vigne. Les paysans effrayés ont rassemblé des pierres pour le tuer, mais comme il ne sortait pas de sa cachette, ils ont pensé à abattre le mur pour le débusquer. Le père Charbel a appelé la vipère et lui a ordonné de partir. Elle quitta l'abri et s'éloigna docilement de la vigne.

Le père Charbel récitait le bureau de minuit, son supérieur l'envoyait chercher. Le saint a cessé de prier et s'est immédiatement rendu au couvent. L'urgence était due à une épidémie qui avait frappé les chèvres et menacé de les exterminer. Le supérieur lui a demandé de les bénir et le bétail s'est rétabli.

La mule du couvent, par une maladie, tomba à terre avec de grands yeux. Vu inutile toute tentative de sauvetage, les moines ont appelé le père Charbel. Après ses prières, l'animal s'est levé à nouveau.

Un étudiant passa l'été au couvent de Maifouq, dans la chambre de Fra Bartolomeo di Aito, vit des insectes très minces et épuisés lui demander des explications et le compagnon désigna une bouteille: "Vois cette eau?", Répondit-il. "Le Père Charbel l'a béni. Quand je l'ai utilisé pour saupoudrer la pièce, les punaises de lit sont minces et n'ont plus le pouvoir de piquer».

Un éleveur de Batroun a supplié le père Charbel de sauver son bétail d'une épidémie mortelle. Le saint a répondu: "Suis-je Dieu pour empêcher la mort?" Alors il lui a donné l'eau bénite avec laquelle le fermier a arrosé le troupeau qu'il a guéri.

La bénédiction du père Charbel a empêché à plusieurs reprises la ruine des éleveurs. Pour sauver les vers, il suffisait de les asperger d'eau bénite par l'ermite.

Une année la sécheresse a menacé les fermes et les vers, arrivés à la quatrième mue, sont morts. Le supérieur du couvent de Qartaba envoya un moine du Père Charbel lui demander une bouteille d'eau bénite et les punaises guéries. La sécheresse a duré huit ans, mais les vers ont été sauvés avec le même système aussi les années suivantes.

Une fois une maladie de mûrier a causé une épidémie dans la ferme d'un fermier. Les insectes jaunissent, traînent sur les bords des treillis et tombent au sol. L'éleveur les aspergea de l'eau bénite par le père Charbel et les vers se rétablirent, retournèrent sur les étagères, retournèrent manger et la ferme donna un bon revenu.

Chrouty de Batroun se tourna vers l'ermite parce que ses insectes diminuaient visiblement et qu'il ne pouvait pas comprendre pourquoi. Juste un peu d'eau a été béni par le saint et quelques jours plus tard, à côté des étagères, il a trouvé des rats morts et des parasites et un serpent sans vie, comme si l'eau avait été un poison mortel pour les prédateurs.

Saba Ghostine Obeid d'Ehmej raconte que dans son troupeau les rats se multipliaient excessivement, dévorant les vers à soie. Le fermier mouillé ses treillages avec l'eau bénite par le Père Charbel et le lendemain il a trouvé toutes les souris mortes, mais le saint lui a demandé de ne pas divulguer l'incident.

Youssef Hasrouni, frère du père Charbel dit: "Quand j'étais novice et je lis la vie des saints, je doutais les faits et les vertus qui ont été attribués aux ermites et béni, et je les croyais être exagérations, parce qu'il a dépassé les possibilités humaines. La proximité assidue du père Charbel et de l'expérience directement ses vertus, je suis certain que la grâce divine fait des merveilles dans les âmes, et que tout ce que nous lisons dans les biographies des saints est inférieure à ce que je l'ai vu travailler avec les yeux du père Charbel, un géant de l'austérité et de la pénitence».

Du 22 Avril 1950, les événements miraculeux sur la tombe du père Charbel se multiplient de façon spectaculaire, si bien qu'en 1950 a été appelé un an, "charbeliano". A partir de ce jour, les moines enregistrèrent les miracles dans les registres du couvent et, en quelques mois, plus de deux mille témoignages furent recueillis. La foule se pressait sur la tombe de l'ermite Annaya sans cesse soulevé le cri: "Miracle, Miracle" et les cloches sonnaient l'annonce de chaque prodigieuse.

Voici quelques témoignages de cette période rapportés par les registres d'Annaya:

22 Avril 1950, à l'ouverture du tombeau du Père Charbel, le Maifouq Emile Boutros, qui était dans le couloir et marchait avec des béquilles, a été guéri. Un autre homme, ne pas être en mesure de visiter l'exhumation tombe en cours, il se contenta de frotter dévotement son chapeau sur le mur et, à la maison, il le donna à sa nièce paralysé, qu'il se mit à marcher.

Youssef Sleiman Ibrahim Hanna, dix-sept ans, et sa soeur Chahidé, quatorze ans, sont nés sourds et communiqués par gestes. Ils se sont rendus au tombeau du Père Charbel le 11 juin 1950 et ont immédiatement acquis l'usage de l'ouïe et de la parole.

Hanna El Alani de Bcharre, âgée de neuf mois, a été frappée par la fièvre typhoïde et l'a laissée paralysée et sourde. En 1950, le garçon avait vingt ans et, depuis que la renommée du père Charbel se répandait, ses parents l'ont emmené dans sa tombe, mais sans résultat. Deux semaines plus tard, le 6 juin 1950, ils l'ont ramené à Annaya parce qu'il a précisé qu'il avait vu le père Charbel. Sur place, la mère le frotta avec de l'eau bénite et de l'huile. Vers trois heures de l'après-midi.

Hanna se leva, retrouva son ouïe et commença à parler et à danser de joie.

Tanios Azar, âgé de quarante-cinq ans, originaire de Jezzine, est tombé d'un arbre et s'est cassé la jambe droite. Il a été opéré quatre fois, mais il a marché avec des béquilles et avec beaucoup de difficulté. En novembre 1950, il a visité la tombe du père Charbel, où il s'est rétabli. Immédiatement, il laissa ses béquilles et se dirigea vers l'ermitage à pied.

En novembre 1950, Antoine Joseph Sfeir, à l'âge de deux ans, est tombé malade de la polio, qui lui a frappé la gorge. Pour ses médecins, sa fin était imminente, mais sa mère l'ingéra avec de l'eau bénite et supplia le père Charbel. L'enfant s'est progressivement amélioré jusqu'à ce qu'il se rétablisse. Les parents se sont rendus à l'ermitage à pied pour remercier le saint.

L'épouse de Mansour, Youssef Saber, un travailleur de la construction de Ghosta, souffrait d'un cancer depuis cinq ans. Malgré la chirurgie et plusieurs cycles de radiothérapie, la maladie s'est aggravée. Quand il a entendu parler des miracles du Père Charbel, il a visité sa tombe avec son mari. Ici, Charbel est apparu à elle et l'a guérie de sa maladie. La femme a été témoin du miracle en juillet 1951.

Mandar Tannous Saadé de Lehfed en 1951 souffrait de calculs rénaux. Son médecin lui a dit que la seule façon de les enlever était la chirurgie. L'homme, inquiet, se rendit au tombeau du père Charbel et, à son retour, il commença une neuvaine en son honneur. Au bout de neuf jours, les troubles ont disparu et le médecin, perplexe, lui a rendu visite et n'a trouvé aucune trace des calculs.

Tu es intéressé